Première édition de Jam Nations : des jeux vite faits, bien faits

https://www.facebook.com/JamNations/photos/a.533859463487799.1073741829.494339737439772/533859353487810/?type=3&theater
https://www.facebook.com/JamNations/photos/a.533859463487799.1073741829.494339737439772/533859353487810/?type=3&theater

Savez-vous ce qu’est un Game Jam? Avant de me rendre au vernissage de la première édition de Jam Nations, je ne le savais pas moi-même. Un Game Jam, c’est un défi qui peut durer 24 à 72 heures, où plusieurs équipes de développeurs de jeux tentent de créer des produits jouables dans le temps alloué tout en respectant certaines contraintes. Nul besoin de dire que cette activité, de plus en plus populaire auprès des développeurs et des joueurs, est une épreuve de créativité, de rapidité, mais aussi une occasion d’essayer de nouvelles idées et de faire du réseautage professionnel.

Jam Nations 2016

Crédit Photo: Martin Sauvé

 

Le vernissage de Jam Nations, c’était l’événement de clôture du Game Jam qui avait eu lieu durant la fin de semaine du 4 et 5 juin dernier. Au final, 14 jeux, produits par autant d’équipes, ont été évalués par un jury composé par des membres de Jam Nations ainsi que quelques représentants des partenaires de l’événement, c’est-à-dire l’Opéra de Montréal (commanditaire principal), le Quartier des Spectacles, l’agence de communication marketing Cossette ainsi que l’UQAM.

Durant la soirée, qui s’est déroulée directement dans les bureaux de l’agence Cossette sur la rue Drummond, des prix ont été remis aux équipes s’étant le plus illustrées aux yeux des jurés, certaines ayant aussi reçu des mentions « coup de cœur », attribuées par les différents partenaires présents.

 

Jam Nations : un projet qui pourrait faire des vagues

Donc c’est bien beau tout cela, mais c’est quoi Jam Nations? C'est une initiative de La Guilde des développeurs de jeux vidéo du Québec, qui a pour objectif de devenir un genre de ligue québécoise de game jam. L’idée étant d’organiser deux fois par année un game jam thématique, en partenariat avec diverses instances culturelles, médiatiques et professionnelles de la ville de Montréal. Qui plus est, ceux-ci veulent aussi établir un système d’incitation pour les studios et équipes qui participeront à d’autres game jams, qu'ils soient à l'extérieur de la province ou non. Bref, le but est d’encourager les développeurs à mettre leur créativité à l’épreuve, sensibiliser les créateurs et le public à l’importance du jeu vidéo à Montréal et permettre à tous ceux qui en ont l’envie de développer de précieux contacts dans l’industrie.

Deux jours, un opéra et des mégacontraintes

Les 14 équipes de ce premier game jam ont vraiment dû se creuser la tête afin de se soumettre aux paramètres de celui-ci. C’est l’Opéra de Montréal qui a fourni le thème principal que les jeux ont dû aborder. Certains d’entre vous le connaîtront peut-être, c’est un opéra très populaire composé par Verdi, et j'ai nommé : Aida (qui sera présenté à l’ouverture de la prochaine saison de l’Opéra de Montréal, cet automne). Pour corser encore plus les choses, les développeurs devaient penser à une manière originale d’intégrer une pyramide dans le design du jeu, une référence au contexte de l'opéra, qui se déroule en Égypte ancienne. Et la cerise sur le gâteau : le jeu devait être intégrable dans l’espace public. Un mandat aussi complexe qu’intrigant, que les équipes ont su aborder avec beaucoup d’originalité.

D’ailleurs, voici un petit aperçu vidéo du déroulement du Game Jam Opéra de Montréal, tiré directement de la page Facebook de Jam Nations.

Et le verdict du jury?

Une fois les jeux créés, les participants ont soumis ceux-ci aux jurés qui les ont évalués selon les critères suivants : l’art (ou aspect visuel), l’audio, l’expérience de jeu, l’innovation technique, le respect du thème et des contraintes.

Trois équipes se sont méritées des prix officiels : l’équipe dont le jeu a été le plus apprécié par le jury, celle qui a le mieux respecté le thème et celle qui a le mieux respecté les contraintes.

Le premier prix a été décerné à l’équipe Outerminds.

Jam Nations 2016: Outerminds

Crédit photo: Martin Sauvé

Le prix du respect du thème a été remis à Spearhead Games.

Jam Nations 2016: Spearhead Games

Crédit photo: Martin Sauvé

Finalement, le prix de respect des contraintes a été attribué aux membres de l’équipe Lumina.

Jam Nations 2016: Lumina

Crédit photo: Martin Sauvé

Mes impressions, en quelques lignes

Jam Nations en est seulement à sa première édition. Les organisateurs ont affectueusement qualifié l’événement de « beta test ». Bien que l’avenir de ce projet dépende encore de bien des facteurs, je crois pouvoir affirmer que j’ai ressenti une grande motivation de la part de tous les participants durant le vernissage. La passion des gens présents face à l’industrie vidéoludique était palpable. L’organisation tient définitivement à offrir quelque chose de prometteur et unique à la ville de Montréal et je leur souhaite la meilleure des chances.

Le vernissage devait aussi comporter une portion d’essai des jeux issus de ce premier game jam. Malheureusement, dû à une fuite de gaz dans le quartier, la rue entière était privée d’électricité. Manque de chance pour les organisateurs qui ont dû mettre sur la glace leur présentation multimédia et faire la remise de prix sans équipement audio ou vidéo. Évidemment, je n’ai pas pu tester les jeux des équipes présentes, mais même avec ces anicroches au portrait, l’organisation a su se débrouiller et nous offrir une soirée très agréable. Suite à tout cela, on nous a promis qu’il serait possible de tester les jeux, lors du prochain 5 à 7 mensuel de La Guilde, qui aura lieu au mois d’août. Nul besoin de dire que l’équipe de Multijoueur se fera un plaisir de vous donner un aperçu de ce que nous avons manqué ce soir. Notez bien cependant que tous les événements de Jam Nations sont ouverts au grand public, donc pourquoi ne pas venir les essayer vous-même si le cœur vous en dit?

Vous pouvez suivre les activités de Jam Nations et de La Guilde des développeurs de jeux vidéo du Québec grâce à leurs pages Facebook et leurs sites web respectifs :

Page Facebook Jam Nations et page web.

Page Facebook de La Guilde et page web.

Catégories
Semaine des Indépendants

Renaud Dallaire est un diplômé de Gestion des Ressources Humaines qui se passionne pour les arts et les jeux vidéo depuis un très jeune âge. Il aime plusieurs styles de jeux, mais particulièrement ceux dont l’aspect narratif est mis au premier plan. Ses autres intérêts inclus, mais ne se limitent pas à la musique, les séries télé et l’écriture d’oeuvres de fiction fantastique et sci-fi.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet