J’ai essayé des clones de Zelda sur Android

Je fais partie des chanceux qui ont pu mettre la main sur une Switch. Mais constamment des connaissances viennent me voir pour me demander où j’ai trouvé ma console dans l’espoir d’en trouver une eux aussi. Je les comprends, le dernier Zelda est bel et bien un chef-d’oeuvre.

Par contre, pour le moment, les Switch se font aussi rares que les fruits et légumes frais dans un LAN party. Alors, j’ai décidé d’aller dans les profondeurs abyssales du Google Play Store, vous savez, cet endroit rempli de jeux faits avec Paint et visiblement programmés dans le Notepad de Windows? J’en suis ressorti avec quelques clones éhontés de Zelda. Voici mes impressions.

 

Super Zelda Adventure Games

Aucune idée de pourquoi le nom est au pluriel. C’est vraiment qu’un seul jeu (et encore là, à peine). Peut-être ont-ils mis le nom au pluriel parce qu’il est nommé de plusieurs façons? En effet, dès que vous ouvrez l’application, c’est soudainement ‘’Zelda World’’.

Tout d’abord, on voit la grande créativité dont ont fait preuve les créateurs de SZAG. Ils ont pris Link, et ils ont changé les couleurs de Link dans Paint (d’ailleurs, on dirait vraiment que ses cheveux ont été dessinés à l’aérosol). Oh, et ils sont les seuls qui ne savent pas que Zelda, c’est la princesse, et non pas le héros. À moins que tout ça ne soit qu’une vaste farce dont je suis le dindon. Je ne l’exclus pas.

Oh, et bien sûr, on ne lésine pas sur les micro-transactions. Vous pouvez payer pour des vies, des munitions, et d’autres skins tout aussi peu inspirés que ‘’Zelda’’.

Côté gameplay, c’est un clone terrible de… Super Mario. Vous retrouverez toute la galerie d’ennemis célèbres de The Legend of Zelda, comme la touffe de poils qui fait la vague :

 

et l’escargot blasé qui crache du mucus au derrière de Link :

Vous savez, des classiques.


Super zelda adventure world

Après quelques recherches, je suis tombé sur ce jeu. Déjà, les critiques étaient prometteuses.

J’ouvre donc le jeu, m’attendant au meilleur.

Voyons, c’est quoi l’obsession de ces jeux à ne jamais avoir le même nom sur le Store et dans le jeu? Bon, de toute façon, appuyons sur Play.

Wow. la belle carte. Je ne sais pas ce que j’aime le plus : le brun enchanteur, le château à faire rêver, le fait qu’il n’y a que cinq niveaux, ou la publicité d’assurances qui s’est faufilé au sommet.

Encore un clone de Mario. Mais, qu’est-ce qu’il y a sous les pieds de Link? Un… un skateboard. Vous savez, en référence à toutes les fois dans les jeux précédents où Link faisait de la planche à roulettes.

Ben non, vous savez bien pourquoi Link fait de la planche à roulettes dans ce jeu : parce que ça leur évitait de programmer une animation de marche pour Link. Un projet de passion, vous voyez.

Le gros point fort de ce jeu, c’est qu’il est très court. J’ai donc rapidement vu le boss de fin. Qui est-ce vous croyez? Ganondorf, ou Ganon? Peut-être Vaati ou Demise?

Non. Une grosse patate orange qui lance des soleils. Après quelques essais, je l’ai battue en lui faisant un Tony Hawk sur la tête. Quelle était ma récompense?

Une publicité de Subway.


Oceanhorn

Pour être parfaitement honnête, j’avais déjà un peu entendu parler de ce jeu. Il s’agit d’un jeu indie qui souhaite reproduire la sensation des Zelda 2D, dans un univers rappelant Wind Waker.

Le jeu commence sur une jolie petite cinématique et...

Quoi? Ok, visiblement ce jeu a été fait par des gens qui savent ce qu’ils font.

J’ai commencé le jeu, et j’ai été un peu confus. Le gameplay n’essaie pas de copier Super Mario avec un skin de Zelda. Ça se joue vraiment comme un jeu de Zelda. En plus, les assets ne sont pas des images volées à Nintendo et repeintes sur Paint. Ce sont des nouveaux assets originaux. Incroyable.

Et nulle part notre personnage se met à faire du skateboard. Un nouveau monde.

Il y a une histoire, de jolis graphismes, le gameplay est amusant et après l’essai gratuit qui a duré une trentaine de minutes, j’en voulais plus. Je vous encourage à donner une chance à l’essai gratuit, voir si c’est pour vous. Si vous êtes fan des Zelda 2D, les chances sont bonnes que vous embarquerez.


The Legend: The Wild

Si on était de mauvaise foi, on irait jusqu’à croire que ce jeu ne tente que de capitaliser sur la confusion des jeunes joueurs qui cherchent The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Heureusement que nous sommes de bonne foi. Heureusement.

J’ai ouvert le jeu et tout de suite on m’accueille sur cet écran:

          

Lol, non.

Et ensuite, le magnifique écran d’accueil (une capture d’écran volée du jeu de Nintendo):

Oui, bien sûr, je suis prêt à l’aventure.

Heu, Adventure Mode.

Un chargement interminable. Au bout de quinze minutes, je me suis résolu à redémarrer l’app et à plutôt essayer ‘’Quick Fight’’. Même résultat. Un chargement sans fin entrecoupé de publicités.

Ce qui est bien, c’est qu’après tout ce temps à regarder un écran de chargement sans fin, j’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir. À méditer sur le message que ce jeu tentait de m’envoyer. Peut-être que dans le fond, on tentait de me faire prendre conscience que je passe ma vie dans l’attente d’un bonheur futur. Sauf que pendant que j’attends passivement le bonheur, on me bombarde de publicités, tentant de me faire consommer pour oublier la douleur de ce bonheur qui n’arrive jamais. Qu’au fond, ce n’est pas le capitalisme qui m’apportera le bonheur: si je veux vraiment vivre une aventure, je n’ai qu’à déposer mon téléphone et aller jouer dehors. Le monde m’attend.

Ou peut-être que c’est une app pourrie qui tente juste de faire un peu d’argent de pub sur le dos des naïfs qui pensent jouer à Zelda.

 

Qui sait.

Catégories
Mobile

La première vidéo de Pier-Luc, c’est lui, à l’âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l’une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l’ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu’il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet