King of Kong à l’Arcade MTL : On gravit les échelons !

Duel «King of Kong» au bar Arcade MTL entre Wes Copeland et Robbie Lakeman, champions mondiaux de Donkey Kong. Photographie : Pierre-Luc Daoust

C’est dans une atmosphère presque studieuse que j’ai découvert les visages de ceux qui décidèrent de maîtriser ce jeu presque jusqu’à le « casser » : Donkey Kong, (le célèbre jeu d’arcade datant de 1981) possède une véritable communauté, ainsi que des records à battre par plusieurs challengers. C’est donc à Arcade Montréal que le tournoi King of Kong (nom emprunté au célèbre film documentaire sur le sujet, que je vous recommande ! ) s’est déroulé le 1er avril, nous en avons donc profité pour nous renseigner d’avantage sur cette pratique compétitive, ainsi que de discuter avec nos différents champions.

Webdiffusion (streaming) sur Twitch du duel "King of Kong" au bar Arcade MTL entre Wes Copeland et Robbie Lakeman, champions mondiaux de Donkey Kong - Photographie : Pierre-Luc Daoust

Écouteurs dans les oreilles et serein, c’est ainsi que Wes Copeland, champion du monde, se tiendra sur la borne d’arcade d’un des jeux les plus connus de tous les temps. Beaucoup de monde se rassemble autour du joueur, dont Robbie Lakeman, premier concurrent prétendant au titre. Les scores augmentent et une atmosphère de compétition se développe, tout en restant fairplay.

En se baladant autour des champions, nous croisons Vincent Lemay, notre champion québécois, prenant le rôle d’observateur pour cette fois :

Vincent Lemay, champion québécois du jeu Donkey Kong, au bar Arcade MTL - Photographie : Pierre-Luc Daoust

V.L : « Malgré le fait d’avoir arrêté ce jeu (Donkey Kong) depuis quelques années, je continue à suivre les compétitions, que ce soit par les réseaux sociaux ou physiquement quand je peux : il y a vraiment un aspect social, une communauté qui s’est développé autour de ça. Il est toujours question de compétition, mon but en y jouant est évidemment de faire le maximum, de surpasser mes compétences et d’être dans les meilleurs, mais tout en gardant le fairplay, évidemment !

Je pense que Donkey Kong m’a appris plusieurs choses, dont le contrôle de soi, la gestion de ses émotions et de ses performances, d’ailleurs, je pense qu’un « vrai » bon joueur est quelqu’un capable de gérer ça, d’avoir du self control, et d’apprendre de ses erreurs. Quand tu pratiques beaucoup, la frustration se transforme en énergie et te permet d’aller plus vite vers la victoire. »

Nous avons ensuite eu la chance de pouvoir discuter avec Wes Copeland et Robbie Lakeman, qui nous confièrent les origines de leur attrait pour cet univers :

R.L. : « Quand je joue, je vois le jeu comme un défi me demandant de battre le record, ça force à te servir de tes compétences naturelles, bien que je connaisse par cœur le jeu. On pourrait faire un rapport avec certains sports, qui demandent différents sets de skills, et qui pour certains, nécessitent de recommencer encore et encore jusqu’à ce que l’on arrive à maîtriser l’intégralité des compétences. Dans le milieu des compétitions, tu es d’autant plus demandant avec toi même, car il s’agit de battre des joueurs à leur propre jeu, qui est aussi le tien : cela demande de la précision, de la rapidité et de la maîtrise, beaucoup. »

Robbie Lakeman et Wes Copeland, deuxième et premier champions mondiaux de Donkey Kong, au bar Arcade MTL pour le duel «King of Kong» - Photographie : Pierre-Luc Daoust

W.C. : « J’ai énormément joué à des jeux de stratégie comme Starcraft, ou même les échecs, ou il y a énormément de choix possibles qui te permettent d’exprimer des choses différentes. Dans un jeu comme Donkey Kong, c’est autour de règles assez strictes que tu t’exprimes, mais pourtant, la différence de gameplay entre deux joueurs peut être énorme. Je suis arrivé au stade où je suis capable de reconnaître le gameplay de certains joueurs à l’aveugle avant même d’avoir vu leurs noms (rires).

T’as souvent l’impression de jamais être satisfait, comme si on t’avait jeté un sort, en plus, l’ambiance énergétique des compétitions ajoute souvent un peu de pression, mais l’ambiance est toujours bon enfant ! J’en ai alors fait mon but principal, battre le record en vigueur et me surpasser de plus en plus, j’en ai fait mon jeu, quoi. »

 

Duel «King of Kong» au bar Arcade MTL entre Wes Copeland et Robbie Lakeman, champions mondiaux de Donkey Kong - Photographie : Pierre-Luc Daoust

Après avoir vu nos champions s’exercer et pratiquer pendant une bonne partie de la soirée, dans les rires, les encouragements et les high five, nous avons fini par nous dire que l’ambiance et la pratique de Donkey Kong se mêlaient bien entre eux, avec une communauté considérant le fair play et la bonne humeur comme pierre angulaire de la pratique de ce jeu. On attend donc avec impatience un nouvel événement de cette envergure !

Merci à Arcade Montréal pour son accueil, ainsi qu’aux participants pour m’avoir consacré un peu de leur temps !

(Traduction et restranscription libres).

Catégories
ActualitésAu Québec

Passionnée de jeux vidéo depuis pratiquement toujours, elle a même décidé d’y consacrer ses études en maîtrise à l’UQAM.
Intéressée davantage par la scène Indie, l’E-sport et la présence féminine dans les jeux vidéo, elle est également ouverte à tout ce qui concerne la scène vidéoludique !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet