Guardians of the Galaxy : le jeu vs le film

L'été est enfin arrivé, ce qui signifie pour la plupart des gens soleil, plage, fêtes et barbecues. Sauf que pour les geeks, ça veut surtout dire du temps pour rattraper les jeux sur lesquels ont a pris du retard, se faire harceler avec le ''mais il fait tellement beau dehors!'' et surtout, c'est la saison des blockbusters de super-héros. C'est donc vendredi dernier que sortait le très attendu Guardians of the Galaxy Vol. 2, film que j'attendais avec impatience puisque le premier trône encore au sommet de mes films de Marvel favoris.

J'ai aussi eu la chance de compléter le premier épisode du jeu de Telltale games sur Guardians of the Galaxy. J'ai donc décidé de profiter de la sortie consécutive de ces deux morceaux de l'univers des héros de l'espace, et de répondre à LA question qui s'impose : lequel est le meilleur, le film ou le jeu?

(note : pour simplifier la lecture, on référera dorénavant au film par GotG 2 et au jeu par GotG : TT.)

L'histoire

Le scénario de GotG 2 nous ramène quelques temps après les péripéties du premier film. Les gardiens de la galaxie sont maintenant des héros renommés grâce à leurs prouesses contre Ronan, et ils sont appelés à vaincre une terrible bête qui dévore les précieuses batteries des souverains. Par contre, un larcin de Rocket Raccoon fait de la fière race à la peau dorée des ennemis jurés de nos héros. En tentant d'échapper à leurs assaillants, les gardiens rencontrent un mystérieux personnage qui peut en apprendre beaucoup à Star-lord sur ses origines...

Pour ce qui est du scénario de GotG : TT, ça va être extrêmement dur de vous en parler sans vous gâcher toutes les surprises. Disons simplement que les gardiens sont là aussi des mercenaires réputés, et qu'ils font face à un ennemi dangereux. S'en sortant de justesse, ils savourent la gloire, mais leur victoire à l'arrachée leur attire des ennuis, d'autant plus qu'ils se retrouvent en possession d'un artefact mystérieux. Star-Lord doit aussi trouver un moyen de garder ses troupes unies.

C'est difficile de juger les deux sur un pied d'égalité. Le film est une histoire complète alors que pour le moment, seul le premier épisode de GotG: TT est sorti. Évidemment, ce premier épisode essaie surtout de mettre en place les pièces pour les futurs épisodes, ce qui n'est pas aussi satisfaisant.

Et GotG 2 m'a fait pleurer comme un bébé, ce que le jeu n'a pas encore réussi à faire.

Point : Film.

Ambiance

Pour ce qui est de GotG 2, j'ai dû aller le voir au cinéma. Le billet m'a couté un rein (j'espère qu'il y aura pas trop de suites, parce que je commence à manquer de reins), et pendant le film, il y a un gars qui s'est mis à répondre à ses textos. Il savait qu'il avait reçu un texto, parce qu'il avait laissé sa sonnerie, la marche impériale de Vader, ouverte super fort. Le gars en arrière a voulu lui signifier que la lumière de l'écran était déplaisante, alors il s'est mis à lui siffler après. Je comprends l'intention, mais maintenant je suis aveuglé par la lumière d'un cellulaire ET j'entends juste des sifflements.

Le jeu, j'y ai joué bien confortablement installé sur mon sofa, une bière à la main et le chat couché sur sur mes genoux.

Point : Jeu

 

Effets visuels

GotG : TT réutilise le vieil engin utilisé par tous les jeux du développeurs. Un engin éprouvé, mais qui réussit surtout aujourd'hui à prouver son âge. Visuellement, ce n'est pas laid du tout. Les personnages ont l'air d'être sortis d'une bande dessinée, ce qui cadre bien avec leur passé de comic books. Par contre, l'image saute constamment. Les ralentissements sont nombreux, si bien que les affrontements endiablés commencent à ressembler à des présentations Powerpoint. Dieu sait qu'il n'y a rien de moins excitant qu'un Powerpoint.

GotG 2, quant à lui, est une claque visuelle. Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un film en 3D, et pendant les premières secondes je me suis rappelé que le focus m'agaçait un peu. Mais finalement, le film a réellement débuté, et j'ai été très heureux de le voir en 3D. Les effets sont épatants, la 3D ajoute un côté magique au tout, et les artistes visuels se sont dépassés pour créer des mondes éloignés absolument renversants.

Par contre, c'est un peu déstabilisant, aucune scène d'action pendant le film ne s'est mise à lagger de façon exagérée, et jamais il n’y a eu de longs chargements dans le milieu d'un dialogue. Un peu déboussolant.

Point : Film

Groot

Dans le jeu, Groot est le même arbre qu'on a connu dans le premier film; un grand arbre dangereux, mais avec un cœur d'enfant et un vocabulaire limité.

Dans GotG 2, Groot est un adorable petit bébé avec de beaux grands yeux ronds et il est tout mignon et maintenant j'ai envie d'adopter un arbre.

...vous voyez où le film m'a mené? J'ai envie d'adopter un arbre. Un arbre.

Point : Film

Résultat final :

Film:3

Jeu : 1

Le jeu de Telltale est bon; si vous avez déjà joué à un autre de leurs jeux depuis The Walking Dead, vous vous y retrouverez. L'histoire est bien écrite jusqu'à maintenant, je me suis vite senti investi, et j'ai hâte de voir la suite. Les dialogues réussissent à faire sourire. Mais l'âge du moteur de jeu commence à beaucoup trop se faire sentir. Les nombreux chargements et ralentissements viennent tuer le rythme, ce qui est bien dommage quand ce qu'on nous propose, au fond, c'est un film interactif.

Le film Guardians of the Galaxy Vol. 2 est quant à lui incroyable; j'ai été énervé, inquiet, ému et j'ai éclaté de rire sans arrêt. Ruez-vous au cinéma, ou attendez qu'il soit sur Netflix si vous faites partie de ces personnes dont la patience est plus élevée que leur tolérance envers les autres gens qui vont au cinéma.

 

Catégories
CritiquesPlaystation

La première vidéo de Pier-Luc, c’est lui, à l’âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l’une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l’ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu’il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet