Un premier tir dans l’esport pour l’Impact de Montréal

Immense nouvelle pour les amateurs de FIFA : l'Impact aura officiellement son propre représentant sur le jeu d’EA Sports, à l’issue d’un tournoi se déroulant samedi sous les tribunes du stade Saputo.

Premier festival Rien Que Du Soccer, mais aussi des jeux vidéo

La journée de samedi proposera donc dès 13h les phases finales du tournoi du FIFA Club de Montréal, événement communautaire existant depuis plusieurs mois, et qui sera renommé en IMFC FIFA 17 à l'occasion de sa fusion avec l'Impact. La projection de la finale de la Ligue des champions confrontant le Real de Madrid et la Juventus de Turin suivra, avant de laisser la place à la réception des Red Bulls de New York par l'Impact.

Les quatre meilleurs joueurs de FIFA de la région devront donc batailler pour avoir la chance de porter le bleu du club montréalais, et ainsi devenir le deuxième joueur esport officiel du circuit MLS, après l'embauche de Christopher Holly par le New York City Football Club.

Pour cette occasion, nous nous sommes entretenus dans les bureaux du club avec André Côté, vice-président aux revenus pour l'Impact de Montréal, ainsi qu'Alexis Bossard, responsable du FIFA Club de Montréal et du nouveau pôle esports pour l'Impact, et également Franck Delagneau, l'un des tout meilleurs joueurs de FIFA dans la région.

Dans un avenir immédiat, il n'est pas question de projet à grande échelle, mais l'objectif sera la tenue de matchs de gala, opposant le futur représentant de l'Impact aux joueurs d'autres clubs. Car si l'Impact est la seconde organisation à s'intéresser au jeu vidéo, après le NYFC, il fait peu de doute quant à l'arrivée prochaine d'autres équipes. "Les clubs s'observent beaucoup", selon Alexis. Et la présence de EA Sports en tant que sponsor officiel de la MLS n'est pas un hasard : "Il y a eu des présentations à tous les clubs", nous explique le VP de l'Impact. "On reçoit des informations sur les profils des joueurs qui viennent de la région de Montréal. On travaille avec EA Sports pour mieux comprendre cette clientèle, et savoir comment les amener dans les stades". Stratégie somme toute logique de la part du développeur, les profils des amateurs de soccer et de jeux vidéo se recoupant bien souvent.

Et si certains clubs comme le PSG ou encore le FC Schalke 04 ont frappé fort en se lançant sur la scène de League of Legends, l'Impact poursuivra son développement progressivement. Première échéance importante pour son futur joueur FIFA, la qualification en ligne pour la prochaine édition de la FIFA Interactive World Cup, compétition mondiale organisée par la FIFA, la fédération internationale elle-même. Ce tournoi, organisé depuis de nombreuses années, attribue des places aux représentants des clubs professionnels dans une phase qualificative qui leur est propre. EA Sports réservera donc une place pour le joueur de l'Impact pour la prochaine compétition sur FIFA 18, nous précise Alexis. On pourra donc voir l'Impact se mesurer aux plus grands clubs européens, mais à travers le jeu vidéo.

Cependant, à l'instar des véritables footballeurs, les joueurs virtuels d'Amérique du Nord accusent un certain retard, comme nous l'explique Franck Delagneau, favoris au titre de samedi. Joueur de FIFA depuis près de huit ans, il connaît bien la scène, et sait qu'il sera compliqué de se tailler une place parmi les cadors européens. "il y a beaucoup plus de tournois physiques en Europe, et depuis plusieurs années. Les joueurs ont l'habitude de cette pression, ce que ne connaissent pas les nord-américains". C'est donc un symbole fort envoyé par l'Impact, même si l'investissement peut sembler pour l'instant assez timide. On reste loin d'un joueur employé à temps plein, qui suit le club dans ses déplacements comme le fait l'Olympique Lyonnais avec son représentant FIFA. Mais étant considéré la bonne évolution de l'Impact, et si l'initiative trouve son public, il n'est certainement pas à exclure un bel avenir grâce à cette longueur d'avance que peut prendre le club québécois sur les autres équipes de la MLS qui rentreront dans la danse.

Un développement récent

La particularité de la scène FIFA par rapport aux autres jeux compétitifs repose sur son parallèle avec la discipline qu'elle imite. En effet, la communauté qui s'est développée est essentiellement composé d'amateur de soccer, détaille Alexis. "Cependant, on commence à se créer un réseau de gens qui sont plus des gameurs". Et la montée du soccer à Montréal n'y est certainement pas pour rien. Les derniers tournois de FIFA ont regroupé jusqu'à 64 joueurs, ce qui est plus qu'une grande partie des tournois de jeux dans la région. Et cet endossement de la part de l'Impact devrait représenter un coup d'accélérateur pour la communauté, qui partage un point commun malheureux avec les autres scènes : l'exclusion des joueurs québécois est aussi de mise du côté de chez EA, comme on peut tristement le constater sur le règlement officiel du FIFA Ultimate Team. C'est d'ailleurs ce blocage qui a poussé Alexis à contacter l'Impact. Voici donc une nouvelle bataille que devra mener la FQSÉ sur le plan de l'exclusion.

De l'intérêt pour le spectateur

Si le concept de regarder du monde jouer à des jeux vidéo commence doucement à se faire comprendre par le public, celui de regarder des compétitions sur des jeux de sport peut sembler être un cran au-dessus de l'étrangeté : pourquoi regarder du "faux", alors qu'il y a tant de matchs de véritable soccer à voir?

"Un match de FIFA, ça reste du vrai foot", d'après Franck. "il y a un côté tactique et technique. Si un match de foot peut parfois être un peu long et ennuyeux, sur FIFA, ça va vite, et ça se termine rarement par un 0 à 0". Il suffit de venir voir par soi-même, et la journée de samedi sera l'occasion rêvée pour comparer l'élite virtuelle montréalaise, avec le plus haut niveau de soccer européen et nord-américain.

Catégories
ActualitésAu QuébecEsports

Tombé dans la NES quand il était petit, c’est un fan de jeux vidéo depuis l’enfance. Console, puis PC, c’est l’avènement d’internet qui scellera sa passion pour le jeu en ligne. FPS, STR, MOBA, un café, l’addition, tout l’intéresse, et il suit avec attention la scène pro à travers le monde. Au diapason de ses origines, il trouve son inspiration au sein d’une organisation secrète: #FrenchWhine.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet