La saveur jeux vidéo du Comiccon de Montréal, cru 2017

Crédits photos : Pierre-Luc Daoust photographie

C’est une nouvelle édition du Comiccon qui s’est achevée dimanche soir au Palais des Congrès de Montréal. Une fois de plus, un record d’affluence a été atteint, avec 58 000 visiteurs sur la fin de semaine. Petite récap’ non exhaustive des activités jeux vidéo de l’événement.

Du jeu à foison pour la zone indie

Prenant de l’ampleur d’année en année, le Comiccon est une expérience aux multiples activités. Des conférences de célébrités aux exhibitions diverses et variées, panels, jeux vidéo ou jeux de société, sans oublier le phénomène cosplay… Il y en a pour tous les goûts dans tous les univers geek. Au rayon jeux vidéo, la zone des indépendants aura pris une expansion significative, grâce notamment au soutien de Loto Québec. Avec plus d’une trentaine de studios québécois exposant leurs créations, une scène d’exhibition animée par les joyeux lurons de IMGMR et Epic Joystick, ou encore un espace de jeux en libre accès, c’est un franc succès pour la zone qui revenait pour sa quatrième année.
Autre zone de jeu, l’équipe de retrogamer proposait de nombreuses consoles à disposition du public, permettant de redécouvrir avec délice les machines et jeux de toutes époques.

Sony règne toujours sur les triple A

Bien entendu, les triples A tels que Sony et Warner Bros, mais également Nintendo auront tenu le fort, avec quelques titres inédits. Si Splatoon 2 n’était malheureusement pas au menu chez Nintendo, le stand Playstation 4 était le plus fourni au nombre de jeux. Les séquences proposées par Détroit et la dernière occurrence de Call of Duty, WWII, n’étaient pas franchement intéressantes. Un simple “Team Deathmatch” sans aucun élément de jeu à relever pour la franchise de guerre, tandis que le prochain titre de Quantic Dream présentait exactement la même séquence vue au dernier E3. Mention spéciale à Moss sur PSVR, titre se réclamant de la lignée des Zelda, et mettant en scène une adorable souris escrimeuse. Malgré sa composante en réalité virtuelle, on a affaire à un jeu en vue extérieure, où la collaboration avec ce petit rongeur donne un sentiment d’avoir un jouet à portée de main. On contrôle évidemment Quill, mais la manette sert également à interagir avec le décor pour résoudre les puzzles. Un bon titre pour les âmes sensibles à la cinétose, étant donné la caméra fixe ne servant qu’à scruter les recoins de l’environnement.
Chez Warner, c’est le prochain jeu Lego Marvel Super Heroes 2 qui était accessible, mettant en scène les protagonistes des Gardiens de la Galaxie. Basé sur une histoire originale, la franchise continue sur sa lignée, avec un gameplay rodé : jeu en coop’, autodérision poussée au maximum, et un boss à la réalisation “god of waresque”. On nous promet plus d’une centaine de héros jouables, pour une sortie prévue au 15 novembre. Pas de Shadow of War sur le stand cependant, mais il devrait être là pour le prochain Fan Expo de Toronto début septembre.
On regrettera la surprenante absence d’Ubisoft, malgré l’excellente présentation donnée par le studio au dernier E3. Peut-être trop coincé entre Los Angeles et le Fan Expo de Toronto en septembre?

Panels de la dernière pluie

Osama Dorias, un des rare panels jeux vidéo intéressants de cette année

Le Comiccon, c’est aussi bien entendu une immense liste de panels et de présentations pour faire souffler vos jambes et votre porte-monnaie. Niveau jeu vidéo, pas grand-chose à se mettre sous la dent cependant cette année, avec quelques panels faits par des fans, pour des fans, sans aucune analyse plus poussée qu’une liste de jeux et d’anecdotes pas toujours intéressants. Seul panel d’un studio d’envergure, la présentation de BioWare sur le développement de Mass Effect Andromeda n’avait rien de bien captivante non plus.
On retiendra cependant une touchante leçon de création entre parents et enfants présentée par Osama Dorias, durant laquelle il aura fait partagé son expérience de confection de jeux de cartes, plateau et jeu vidéo avec ses bambins.

Il faudra que le Comiccon muscle un peu son jeu sur le domaine, si l’on veut aller au-delà de simple regroupements communautaires. Enfin, on regrettera l’annulation pure et simple de la section esports à seulement trois semaines de l’événement, qui promettait plusieurs tournois et conférences.

De la création de jeu avec la Jam Nation

Pour le lancement de sa ligue, la Jam Nation a donc élu domicile au Palais des Congrès pour stimuler les créateurs locaux durant la fin de semaine. Sur le thème “Rite de passage”, les treize équipes de développeurs devaient également intégrer des composantes audio provenant de visiteurs du Comiccon. C’est la section Oméga du studio Outerminds qui repart avec les lauriers, grâce à Mecha Super Nova, ou comment un père enseigne à son fiston la conduite de son gigantesque robot, en rasant une ville au passage. On retiendra également l’hilarant Baptize That Baby!!! proposé par Spearhead, adaptant le concept d’Overcooked pour donner le premier sacrement à des chérubins bien trop nombreux.
Vous pouvez retrouver toutes les soumissions sur la page itch.io de l’événement.


Ce lancement est une réussite pour les organisateurs, qui démarrent donc avec succès leur ligue. L’apport du studio de conception audio Vibe Avenue aura été un solide soutien qui s’est clairement ressenti dans la qualité des projets présentés, chaque équipe devant compter sur Vibe pour les aider dans leur jeu et leur faire gagner un précieux temps.
Prochaine édition de la Jam Nation à une date à venir en septembre, mais on sait d’ores et déjà qu’elle prendra place dans un chalet. À suivre!

Overwatch inspire les artistes

Crédits : Rawry & Pohly

Autre composante essentielle du Comiccon, les nombreux artistes exposant leurs épatantes créations sont toujours un régal. On aura remarqué cette année la montée en force d’Overwatch, qui aura envahi la plupart des stands des dessinateurs de la convention. Mon coup de coeur personnel ira à Rawry & Pohly, dont les libres interprétations de Pokémon et des héros du dernier jeu de Blizzard sont tout simplement hilarantes. Leurs créations sont disponibles sur leur page Etsy, ou encore leur page Facebook.

 

 

 

 

Catégories
ActualitésAu QuébecÉvénements
Tombé dans la NES quand il était petit, c'est un fan de jeux vidéo depuis l'enfance. Console, puis PC, c'est l'avènement d'internet qui scellera sa passion pour le jeu en ligne. FPS, STR, MOBA, un café, l'addition, tout l’intéresse, et il suit avec attention la scène pro à travers le monde. Au diapason de ses origines, il trouve son inspiration au sein d'une organisation secrète: #FrenchWhine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet