Comment être un meilleur gamer

Malheureusement, je ne suis pas ici pour vous donner des conseils pour améliorer vos combos à Street Fighter. La communauté des gamers est souvent décevante, et je me suis demandé ce qu’on pourrait faire pour que chacun de nous soit un « meilleur » gamer. Un joueur plus informé, respectueux, curieux, qui connaît son passe-temps favori en long et en large, et qui contribue à son succès.

Ne soyez pas fanboy

Non seulement être un fanboy ne sert à rien et risque de causer des tensions dans vos discussions avec d’autres joueurs, mais ça vous nuit à vous aussi. Un fanboy érige des barrières psychologiques en se forçant à détester la concurrence, l’empêchant de simplement apprécier les jeux en général, peu importe la machine sur laquelle il est jouable. Les fanboys ont aussi tendance à surjouer leur amour pour certaines franchises médiocres, uniquement pour vanter les mérites leur plateforme favorite.

Être végétarien, c’est un grand geste posé dans le but de sauver l’environnement.
Être un PC Master Race, à part être désagréable, je ne vois pas qu’est-ce que ça apporte.
Vous savez, c’est possible d’être un joueur PC sans se vanter des spécifications de sa machine dans tous les forums, ou sans cracher sur les consoles. La vérité, c’est que toutes les plateformes ont des avantages et des inconvénients, il faut être capable de l’avouer.

Arrêter de jouer à DOTA ou World of Warcraft, ne serait-ce qu’une soirée

Écoutez, je ne suis pas anti-MOBA ou anti-MMO, mais si vous jouez 7 jours semaines au même jeu depuis des mois, il y a de fortes chances que votre backlog s’accumule ou que vous ayez passé à côté de titres qui vous auraient charmé. Prenez une pause, replonger dans ce jeu que vous aimiez il y a quelques mois, mais que vous aviez abandonné parce que vous manquiez de temps. Je suis absolument certain que le jeu que vous essayerez vous laissera des souvenirs mémorables, du moins, beaucoup plus que votre mille-sept-cent cinquante-quatrième heure de DOTA 2. Bien sûr, si vous ne consacrez que quelques heures de jeux par semaine, c’est tout à fait justifié de jouer uniquement à votre franchise préférée.

Cherchez l’innovation

Lorsqu’on acclame un jeu «triple a» pour une mécanique originale, il y a de fortes chances qu’un jeu indépendant (ou moins connu) l’ai déjà exploité. Ne vous limitez pas aux 10 titres les plus populaires sur votre magasin en ligne préféré : osez creuser plus loin, partez à la recherche de ces fameux joyaux cachés. N’oubliez pas : plus le jeu a demandé du budget, plus il a été conçu pour atteindre le plus grand public possible (question d’être rentable). Si on suit cette logique, ces jeux les plus vendus sont ceux qui prennent le moins de risque. Vous êtes donc gagnant à essayer les jeux (pas nécessairement indie) qui flottent autour de votre franchise favorite.

Payez pour vos jeux

Le meilleur moyen de s’assurer que votre médium préféré reste en santé, c’est de contribuer à son succès. C’est particulièrement vrai pour les jeux indépendants, où chaque vente est importante pour garder un studio (et les gens qui y travaillent) en vie. À une époque où les démos se font rares, je peux comprendre les joueurs qui piratent un jeu pour le tester, pour voir si sa machine le supporte. Mais une fois que tout fonctionne et que vous aimez le jeu, vous DEVEZ l’acheter un jour ou l’autre, sans quoi le développeur ne prendra pas la peine d’investir dans une suite. N’oubliez pas que Steam offre maintenant la possibilité de se faire rembourser, c’est donc moins dangereux d’oser prendre des risques. Je sais que ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de se procurer des nouveautés à 80 balles, ce qui m’amène au point suivant :

Profitez des bundles, des spéciaux, de la location de jeux

Parce que même si vous avez un budget limité, vous pouvez vous en sortir avec beaucoup de jeux pour pas cher.

-Solde Steam : avec de la patience, vous pourrez vous bâtir une liste de souhait sur Steam, et une fois par saison, vous en procurer quelques-uns à plus de 50 % de rabais.

-Bundles : pour aussi peu que 1 $, Humble Bundle vous offre des groupes de jeux de qualité, chaque semaine. Vous pouvez vous bâtir une libraire de jeux Steam assez rapidement pour très peu d’argent.

-Abonnements : Sur le même site, Humble Monthly vous propose 8 jeux mystères pour 12 $ par mois. La valeur de chaque bundle tourne autour de 150 $, c’est donc une excellente affaire. Pour vous donner une idée, Dark Souls 2 était dans les jeux du mois de juillet. C’est le même principe pour PlayStation Plus et Xbox Live Gold, qui vous donnent plus de 4 jeux par mois pour un maigre 50 $ par année.

-Microplay : Oui, oui, les clubs vidéo existent encore ! Pour environ 6 $, vous pourrez tenter d’avoir une copie des nouveautés de la semaine et en profiter pendant plusieurs jours.

-Bibliothèque : faites quelques recherches, il se peut bien que votre librairie de quartier ait des jeux vidéo en location. La Grande Bibliothèque à Berri est très à jour dans ses nouveautés. Il est possible de réserver un titre, et même si ça peut prendre plusieurs mois avant d’être le prochain sur la liste, le service est GRATUIT !

Partagez votre passion plutôt que votre haine

Le point le plus important de la liste. La haine est omniprésente sur le web, et la plupart du temps, ce n’est pas constructif. À quoi bon détruire un jeu sur les réseaux sociaux ? Vous ne faites qu’attirer l’attention sur un mauvais produit alors que des centaines d’excellents jeux ont peine à se vendre parce qu’ils n’ont aucune publicité. Si vous faites une découverte, parlez-en !

Intéressez-vous au médium, pas seulement aux franchises

Au lieu de votre d’écouter votre YouTuber hystérique favori vous défoncer les tympans en jouant à « I am Bread », il est possible de suivre des chaînes plus éducatives, qui analysent les choix de design de vos jeux favoris. La chaîne du GDC met en ligne à chaque semaine des conférences de développeurs qui parle de leur expérience, de conseils ou d’embûches qu’ils ont rencontrés lors de la création de leur jeu.

Lorsqu’on est conscient de l’effort qui a été mis sur un produit, on a tendance à avoir un peu plus d’empathie. Ça nous aide aussi à comprendre la raison d’être de certains choix de design qui nous ont peut-être échappé en y jouant.

Le podcast « Les jeux sont faits » est une excellente fenêtre sur le développement de jeu. La chaîne Game Maker’s Toolkit de Mark Brown, quant à elle, se penche souvent sur le level design de série connu, comme The Legend of Zelda Wind Waker ou Donkey Kong Tropical Freeze. Noclip propose des documentaire socio-financé à propos de différents jeux vidéo, par exemple celui sur le dernier Doom. Jetez-y un œil !

Respect, respect, respect.

Les gamers ont une grosse tache à leur dossier : le manque de respect. On oublie trop souvent qu’un jeu vidéo, c’est fait pour s’amuser, pas pour s’engueuler entre coéquipiers. Certaines communautés sont tellement désagréables qu’elles en sont toxiques… Peut-être que si nous faisons chacun un effort pour rendre l’expérience agréable, tous les joueurs pourraient se tenir main dans la main et vivre dans la joie et l’harmonie...? Peut-être ?

Catégories
Opinion
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet