Children of Zodiarcs : course à l’originalité en pointure d’indie

Avec un succès chez Square Enix Collective, un Kickstarter bien réussi mais du retard sur sa sortie, Cardboard Utopia nous offre enfin son produit terminé : Children of Zodiarcs. Celui-ci tire plusieurs éléments du jeu de plateau, dont les cartes et les dés, pour offrir une recette originale qui ajoute beaucoup au genre du JRPG tactique. Vendu? Mais qu’en est-il du résultat final?

Me faire une idée de Children of Zodiarcs a été plus complexe que pour bien d’autres jeux, même après plusieurs heures à mettre en œuvre mes tactiques dans cet univers. On nous propose toute une gamme de contenu : des cartes évolutives représentant les actions des personnages, des dés influençant les actions mais pouvant être eux-mêmes modifiés afin de garder un certain contrôle, un deck modifiable pour les stratèges sérieux, des points d’expérience avec des statistiques de personnage, le tout régie par des règles rappelant le jeu de plateau. L’ensemble est présenté de manière progressive afin de ne pas perdre les nouveaux joueurs qui ne sont pas forcément des habitués des jeux tactiques. Cependant, il y a plusieurs petits irritants qui font que l’expérience n’est pas optimale.

L’expérience, en bref

Le jeu nous propose une quête principale à suivre via une série de missions sur une carte qui sert de hub. Chaque mission prend la forme suivante : on commence avec quelques échanges entre les personnages, des ennemis arrivent, les objectifs sont indiqués (vaincre les ennemis, fuir…). Puis, à chaque tour de jeu, le joueur choisit les actions des personnages dans l’ordre qu’il lui plaît. Chaque personnage a droit à un mouvement, puis une action par tour, sauf si un effet permet davantage. Ces actions sont représentées par des cartes, tirées au hasard dans le paquet du personnage. Lorsqu’une action est lancée, le joueur doit lancer les dés du personnage (avec certains dés en plus selon les effets en cours et les effets de la carte jouée), pour déterminer les bonus et les nombres impliqués dans l’action. Le jeu laisse la chance de rejouer deux des dés lancés, mais attention, ceux-ci peuvent tomber sur les dés placés et changer leur résultat. Puis, le personnage gagne de l’expérience, ce qui lui permet d’améliorer ses statistiques, ses cartes et le nombre de dés permis dans son bagage. Une fois les actions faites pour tous les personnages, c’est le tour des ennemis, qui feront la même démarche avec leurs cartes et leurs dés. Lorsque la condition de victoire est rencontrée, l’histoire se poursuit avec plus de dialogues, et on retourne à la carte du monde, où on peut s’entraîner avec les escarmouches, réadapter les paquets de cartes, choisir de nouveaux dés et/ou modifier les dés équipés, puis continuer la quête principale. Somme toute, j’ai aimé l’ensemble des mécanismes, que je trouve bien intégrés et fluides.

Une histoire simple mais suffisante

L’histoire concerne un groupe de rebels qui dénonce et tente de renverser les vilains nobles. Nahmie, la protagoniste, partira à la recherche d’une relique antique, sous les ordres de Zirchhoff, le père du gang de rue. Rien d’extraordinaire, mais le développement des personnages est bien cerné avec l’usage d’excès et d’humour présents à chaque début et fin de mission. Couplée avec la progression des cartes, des dés et des niveaux de personnage, la recette est suffisante pour me maintenir accroché, en tant que joueur  occasionnel de jeux tactiques.

Et l’immersion?

Children of Zodiarcs ne sort pas des sentiers battus au niveau artistique, la direction ayant plutôt opté pour un style animé à la japonaise, comme bien d’autres JRPG, mais ce style lui va bien. La musique, quant à elle, est plutôt entraînante par moment, même si elle devient répétitive, ce qui peut en endormir certains lorsque c’est combiné avec les actions lentes des jeux tactiques. Pour finir, les contrôles sont plutôt faciles à prendre en main, un défi considérable pour un jeu qui mélange la tactique et le plateau, mais qui dans ce cas-ci a bien été réussi.

Si l’expérience est bonne, pourquoi est-ce si compliqué de se faire une idée?

Pour faire simple, Children of Zodiarcs sent le manque de ressources. Ce sont des petits riens qui s’accumulent et qui peuvent très bien passer inaperçus pour plusieurs, mais pas pour moi. C’est le manque de fluidité dans les actions qui fait que le jeu est extrêmement long. C’est la caméra qui zoom sur un mur de maison lorsqu’on fait une action dans le mauvais angle. Ce sont les effets qui manquent de peaufinage, et j’en passe. Si ce n’était que ça, je me serais contenté de dire simplement que le jeu est excellent. Mais ce qui est triste dans ces situations-là, c’est que généralement on arrive aussi à une autre réalité : le jeu n’est pas ce qu’il aurait pu être. On a l’impression que le design a été simplifié par moment pour les besoins de livrer le produit sans provoquer d’autres délais. C’est malheureusement une réalité que beaucoup de studios indie vivent, et autant je trouve ça dommage de voir ce jeu devoir sortir sans son plein potentiel, qu’il est fascinant de voir un tel projet aboutir avec si peu de ressources.

Alors, faut-il y jouer?

Malgré ses petites lacunes, il n’en reste pas moins un produit qui se démarque par son originalité et démontre tout de même jusqu’où un concept de jeu audacieux peut se rendre. Il plaira aux fans du genre et ira même chercher un peu plus chez les autres. Pour ma part, je trouve que c’est une très belle découverte et qu’il faut tenir à l’œil Cardboard Utopia pour ses futurs projets.

Rédigé avec la participation de Vincent "Tetriste" Bilodeau. Une clé PC a été distribuée pour permettre la rédaction de cette critique.

 

Original, rafraichissant
7.8
Original, rafraichissant

Enfin un jeu qui propose une expérience originale mélangeant le jeu de plateau, la tactique et le JRPG. Une addition rafraîchissante au genre, malgré ses quelques lacunes.

Les plus
  • Mécaniques de jeu
  • L'expérience narrative
  • Durée de vie
Les moins
  • Tour de jeu long
  • Manque de peaufinage
  • Gameplay
    9.5
  • Histoire
    8
  • Audio
    7
  • Graphique
    6.5
Catégories
CritiquesFaits au QuébecLocalesPC / MACPlaystation
Diplômée en gestion de communauté, Cindy est passionné par l'univers ludique et principalement par les jeux vidéo. Nouvellement mère, elle doit trouver un moyen de concilier ses nouvelles responsabilités avec sa passion. Être geek et parent n'est pas toujours chose évidente!
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet