Un dépotoir nommé Steam

Chaque début de mois, depuis presque 3 ans, je publie une liste des jeux à venir lors du prochain mois. Au début, c’était facile. Quelques dizaines de jeux, et hop! Aujourd’hui, c’est une tout autre histoire. En 2012, 379 jeux ont été publiés sur Steam. En 2016, ce nombre grippe jusqu’à 4207 : ça représente 38% de la librairie, maintenant à plus de 14 900 jeux.

Le résultat de l’acceptation inconditionnelle de Valve est en train de nuire à la plateforme, puisqu’elle se rapproche de plus en plus du fameux App Store d’Apple. Il faut creuser son chemin vers les jeux potables : ça devient de plus en plus difficile de trouver des joyaux cachés dans ce gros Winners du jeu vidéo.

À un brainstorm près d’être attirant

Même si ton dungeon crawler est le meilleur de sa catégorie, tu dois tout de même faire un effort pour y donner un titre qui nous donnera envie d’en savoir plus. On navigue le magasin Steam et on a l’impression que plusieurs ont eu recours à un générateur aléatoire de nom pour un dungeon-crawler-16-bit-roguelike-à-génération-procédurale. Voici quelques VRAIS titre qu’on trouve sur Steam : Super Dungeon Bros, Super Dungeon Run, Dungeon of the Endless, Endless Legend, Legend of Dungeon, Deep Dungeons of Doom, Doom & Destiny, Destiny of a Wizard, WizardCraft, Craft Keep, Keep Defending, Defend Your Crypt, Crypt of the Serpent King, King and Heroes, Heroes of Loot, Loot Hero, Heroes of Dark Dungeon, Darkest Dungeon, Trois p’tit chat, chat, chat.

Un bon titre de jeu est à lui seul capable de piquer notre curiosité. « Sundered », c’est original et ça a de la gueule. S’il s’était nommé Lovecraftian Dungeon, je ne suis même pas certain qu’il aurait réussi sa campagne Kickstarter...

L’attaque des clones

Message au développeur: par pitié, arrêtez de faire des clones. Votre clone ne sera JAMAIS aussi populaire que le jeu original. Ça pollue le magasin Steam, ça fait perdre du temps au développeur, et ça ne peut que décevoir les joueurs qui s’attendent à quelque chose de mieux. Minecraft ? TankCraft, ConflictCraft, TurretCraft, MouseCraft, SoulCraft, StreetCraft, TownCraft, FortressCraft, GemCraft, Adventure Craft…

C’est normal que les développeurs soient inspirés par leur jeu favori, mais quand on parle de plagiat pur et dur, ça ne devrait jamais passer. Selon Steam Enhanced, les développeurs de Bloodbath Kavkaz auraient réussi à vendre 300 000 copies de leur jeu à des gens qui ne connaissent pas Hotline Miami, visiblement.

Du gros n’importe quoi

Être original c’est bien, mais à l’extrême, ça peut être aussi pire. La conséquence d’un si grand nombre de jeux, c’est que les développeurs tentent de se démarquer à tout prix, donnant des résultats insolites tout à fait hilarants. Voici quelques descriptions de jeux (qui existent pour vrai, je vous le jure) :

“Have you ever wanted to poop on party goers but were too socially awkward to just go for it? Well, Super Duper Party Pooper is about to change all that. In this follow up to the smash hit There’s Poop In My Soup”

“Mold on Pizza is a mold-growing game to fight against the Preservative troops and conquer a pizza!”

“In Super Flippin’ Phones, you flip phones out of people’s hands to warn them about an impending disaster.”

“Loading Screen Simulator: A game about never-ending problem of loading screens. We’ve all experienced it while playing games, while downloading something, while installing an operating system etc..”

“Hand simulator is such a game in which you can control your hands. Your task is to learn how to work by your fingers well, how to master the art of shooting and to try to become the fastest and the sharpest shooter in the whole wild west.”

“Cat President ~A More Purrfect Union~. Find love, in a world where cats run the U.S. government!”

Et puis… l’horreur

Finie l’époque où Steam vous garantissait des jeux de qualité. À un moment donné, ils ont ouvert la Valve, sans regarder ce qui en sortait. Aucun contrôle de qualité, aucun filtre. Juste de la pure ****e. Les jeux mentionnés précédemment étaient farfelus, mais avaient en général de bonnes critiques. À l’inverse, Steam contient des horreurs qui n’auraient jamais dû se trouver sur la plateforme.

Que dire de Wild Animal Racing, ce jeu si horrible que la note sur Steam est positive par ironie. La communauté Steam ne comprend pas que d’écrire une critique positive pour la blague aide le jeu à se faire voir, et par conséquent aide le développeur à se faire du pognon facile. Le “The Room” du jeu vidéo?

NotGTAV quant à lui ose utiliser du gameplay de GTA V dans sa bande-annonce pour vendre leur horrible clone de « Snake ». Ça a fonctionné, puisqu’ils auraient écoulé environ 100 000 copies. (À 3,29 $, ça donnerait un total de 329 000 $ de profit. Félicitation les gars).

Le piège, c’est que certains YouTubers utilisent ces jeux pour faire des vidéos qui les ridiculisent, ce qui leur donne un bon coup de pub. C’est donc possible de se faire une petite fortune en créant un jeu volontairement mauvais.

En gros : trop de jeux, ce n’est pas bon pour personne. S’il sort 20 nouveaux jeux par jour sur Steam, qui prendra le temps de regarder chacun d’entre eux si la plupart sont incroyablement nuls ?

Catégories
Opinion
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
3 commentaires
  • Alex Popo
    7 août 2017 at 15:59
    Laisser un commentaire

    https://www.polygon.com/2017/2/10/14581774/steam-direct-steam-greenlight-changes-reaction
    http://www.wired.co.uk/article/valve-drops-steam-greenlight-for-steam-direct
    https://mic.com/articles/173248/steam-direct-greenlight-abuses-changes-valve#.I38fcI73c (pas trop certain de la fiabilité de ce-dernier)

    Ça fait un moment que Steam est au courant de cette situation. Il faut juste regarder la surface pour dire que c’est  »Steam » le problème. Au contraire. Pendant que Greenlight était en place, les devs se créaient de multiples comptes steam pour pouvoir faire un thumgs up! Une fois qu’un jeu avait été thumb up, certains devs avaient un passe droite pour produire plus de jeux. Lorsque Steam a pris cette décision, c’était, il me semble, pour couper des processus managériales en ne pensant pas (néglieant, peut-être) que certaines personnes voudraient sortir des jeux mauvais pour faire de l’argent.

    Maintenant, chaque application de jeux sera traitée de façon indépendante. Alors, pour soumettre un jeu on doit payer un montant  »X » qui est remboursé seulement si le jeu atteint  »Y » nombre de ventes (je ne me souvient pas des montants au moment ou j’écris ce commentaire).

    En espérant que ça règle la situation

  • David
    10 août 2017 at 00:44
    Laisser un commentaire

    Bonjour,

    Article fort intéressant, je soulignerais par contre que le problème ne survient que lorsque ces jeux finissent en featured d’une manière ou d’une autre.
    Je pense toutefois que c’est fair que steam donne une chance équivalente à tous les jeux légitimes (excluant les copies). Souvenons-nous de flappy bird, jeu médiocre qui a vu sa popularité grimper grâce à des moqueries sur youtube et facebook.
    Ce genre de jeux se compare au films de série B, petit budget, petite équipe et je pense que c’est correct qu’ils existent.

    Je suis d’avis que le travail de filtrage de ce genre de jeu serait plutot dans la cours des joueurs, et non dans la cours de Steam. Je prendrais bien le temps d’élaborer sur le sujet mais il se fait tard alors ce sera pour une prochaine fois!

    David
    (p.s.j’ai un irritant majeur sur votre page web, les fleches gauche et droite changent d’article, ca rend la navigation dans la boite de commentaire tres difficile)

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet