À vos manettes : des jeux qui donnent des émotions

Nouvelle semaine ? Nouvelle sélection !

À certaines occasions, il arrive que vous pouvez retrouver un.e gamer devant son écran ou sa télévision, le regard hagard, la larme à l'oeil. Il ou elle fixe le néant. Discret, vous l'approchez et vous lui demandez gentiment ce qui se passe.

Là où certains ne disent rien, que d'autres disent qu'il s'agit de ninjas qui coupent des oignons, nos rédacteurs, eux, soulignent la qualité de ces oeuvres qui les ont émus, qui leur ont fait vivre une pléthore d'émotions.

Je n’ai jamais autant pleuré en jouant que lorsque j’ai passé à travers That Dragon Cancer, mais étant donné que j’ai déjà expliqué pourquoi dans une critique, je profiterai de l’occasion pour mettre en lumière une petite merveille parue cette année : What Remains of Edith Finch. Il amène le « walking simulator » à un autre niveau en racontant l’histoire de nombreux personnages. Les membres de la famille Finch sont tous décédés d’une façon unique, et au lieu de nous décrire comment, vous incarnez chaque personnage dans leurs derniers instants. J’imagine que chaque personne sera touchée par un moment différent, selon leurs sensibilités, mais une chose est certaine : impossible de rester de marbre. Au point où il me suffit de repenser à une scène en particulier pour avoir « le motton » dans la gorge. Mais au-delà de l’émotion, Edith Finch est une expérience bien ficelée qui regorge de détails et qui vous absorbera dans son univers étrange, en une seule soirée inoubliable.

Ce jeu de survie à travers un environnement post-pandémique ne raconte pas ce qui est arrivé à l’humanité durant les 20 années séparant le prologue et son premier chapitre. C’est seulement via les dialogues d’exposition vagues et grâce à l’atmosphère générale que nous pouvons reconstruire l'histoire. Néanmoins, c’est la trame narrative principale qui nous touche le plus. L’univers créé par Naughty Dog ne présente pas uniquement un voyage dans les territoires américains d’un survivant; c’est surtout la rédemption de l’âme de Joel qui a du faire des choses horribles sous le prétexte de survivre. J’irai même jusqu’à dire que ce jeu a changé ma perspective sur mon avenir familial lorsque je le vois interagir avec Ellie. Chose certaine, si j’ai une fille, je la nommerai Elisabeth. Je vous laisse sur la scène qui m’amène à cette conclusion.

Lufia 2: The Rise of the Sinistrals est un jeu où les personnages sont réellement attachants. Le titre étant très chargé en émotion, c’est difficile de ne pas avoir de petits pincements au coeur. Que ce soit la relation de Maxim et Tia qui n'aboutit pas, le mariage de Maxim et Selan, la naissance de Jeros, Selan qui meurt face aux Sinistrals, Maxim qui se suicide pour aller rejoindre sa femme, leur départ pour protéger Jeros et finalement Tia qui réalise que son Amour sera toujours à sens unique. Comme ce n’est qu’une partie de l’histoire, je vous invite vivement à découvrir le reste.

Path of Radiance, même s'il s'agit d'un jeu de stratégie axé sur la guerre, a titillé l'adolescent que j'étais. On y aborde certes la guerre, mais on discute aussi de dégâts collatéraux, de racisme et d'attitudes xénophobes. On s'intéresse aux figures familiales, on parle d'espoirs et de craintes, de désirs, de peurs et d'échecs. Lorsque Greil, le père d'Ike, meurt devant lui, on comprend son désespoir et sa peine, et le désir de vengeance nous rejoint : on veut mettre une volée au Black Knight. On succombe aussi aux émotions lorsqu'on voit le traitement des Laguz : maltraités, mis en cage et massacrés. Sans compter certaines perles musicales, comme Father's Back, qui encadrent le récit et dont les premières notes rappellent à tout coup certains évènements du récit.

Catégories
AnnoncesJeux
Ce fut en écoutant Navi qu’il est tombé à jamais dans le jeu vidéo. Et en voulant se relever, il découvrit la Force. Geek et gamer (et traducteur quand il peut), il est un inconditionnel de Nintendo, des RPG et des jeux de stratégie. Entre deux Final Fantasy, il s’intéresse à la localisation des jeux et à leur impact socioculturel.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet