Brothers : A Tale of Two Sons

Brothers A tale of two sons
Brothers A tale of two sons

Deux frères partent à l'aventure pour trouver le remède pour soigner leur père malade. C'est la prémisse de Brothers: A Tale of Two Sons. Mais ce que le jeu tente surtout d'illustrer, c'est le puissant lien fraternel qui unit ces deux personnages.

Brothers est classé un peu partout comme un jeu d'action-aventure, mais cette étiquette générique ne le représente pas bien du tout. En vérité, son genre, c'est « Ico »: un jeu d'exploration avec de légers puzzles.Le jeu met l'accent sur un environnement intriguant avec des personnages très vulnérables dans un monde étrange. Comme Ico sur PS2, Brothers utilise très peu de dialogue, et ceux-ci sont dans un langage imaginaire (incompréhensible). Mais grâce à l'intonation, on comprend exactement la situation. Le vrai scénario se trouve dans le non-dit et dans la psychologie des personnages, et c'est ce qui rend son message si efficace.



À la troisième personne, on contrôle les deux frères. On suit toujours un seul trajet linéaire dans Brothers, mais on a tout de même l'impression d'explorer, grâce au sentiment de découverte de chaque nouvel environnement. Tout au long du jeu, on se sent comme un intrus qui infiltre un endroit interdit. On nous présente un monde à la fois magique et inquiétant qui s'éloigne rapidement de la beauté et de l'innocence du village natal des personnages. Les visuels du jeu sont très bien réussis et ils illustrent un monde riche et vaste. Même si notre parcours est linéaire, ce qui l'entoure est un monde très détaillé à perte de vue. Parlant d'Ico, on peut s'asseoir sur des bancs dans Brothers, simplement pour observer le paysage (ce ne sont pas des points de sauvegarde).

Ces points d'observations témoignent du rythme (voulu) du jeu : c'est une expérience qui se joue calmement, dans laquelle nous prenons le temps d'observer les alentours. Voilà comment ce jeu devrait être apprécié. D'ailleurs, ceux qui mettent un effort supplémentaire pour explorer et interagir avec les objets en dehors du parcours principal seront récompensés par de petits moments spéciaux, qui sont aussi les seuls « achievements »/trophées du jeu.

Brothers Screenshot 1

Son mode de contrôle est particulier : joystick gauche et gâchette gauche pour contrôler le grand frère, joystick droit et gâchette droite pour le petit frère (comme le jeu de PS2 The Adventures of Cookie & Cream, ou Schizoid sur XBLA). On commence à s'y habituer vers le milieu du jeu. On rencontre souvent des moments où le grand frère est à droite et l'autre à gauche, et l'inversion cause des problèmes de coordination, on se retrouve à perdre le contrôle, mais ça fait partie du défi. On pourrait croire que c'est un défaut de design, mais ce mode de contrôle est réellement l'âme du jeu. Ça illustre le lien des deux frères, ça renforce leur côté inséparable. Les gâchettes sont utilisées pour toutes les actions: interagir avec des éléments du décor, sauter, activer des leviers, etc. Étant donné qu'il n'y a qu'une seule action, les puzzles consistent généralement à trouver l'objet interactif à l'écran.

Le petit frère est capable de se glisser entre les barreaux, alors que le grand frère est le seul qui puisse nager, tenant le petit sur son dos. Ces différences font partie des puzzles, où vous devez utiliser le bon frère au bon moment. Il contient tout de même des batailles contre des « boss », mais rien de vraiment très complexe. Ceux-ci se règlent avec des casse-têtes puisqu'il n'y a pas de combat (ni d'ennemis) ailleurs dans le jeu. Vous n'allez mourir que très rarement, souvent suite à un saut manqué, mais les points de contrôle sont assez fréquents pour ne jamais rendre l'expérience frustrante.

Brothers A tale of two sons Screenshot 2

Mon seul regret est de ne pas avoir plus de renseignements sur ce monde mystérieux. Dans le chapitre 4, on marche à travers un champ de bataille rempli de géants morts et les puzzles consistent à utiliser les armes géantes au sol pour démembrer ces géants afin de libérer le passage. C'est beaucoup trop sombre pour ne pas mériter d'explication. Y avait-il un message derrière tout ceci? Mêmes choses pour quelques chapitres, où on est témoin de situations étranges sans jamais avoir la moindre idée de leur signification. Ce n'est pas comme le réalisme magique de Kentucky Route Zero, ou l'absurdité d'un Castle Crashers. Ce manque d'explication crée un manque homogénéité entre chaque chapitre (qui souvent n'ont rien à voir avec le précédent). Je pense à Bioshock Infinite, où l'histoire de Colombia est accessible dans les moindres détails, créant un monde peut-être irréaliste, mais étoffé et crédible. C'est ce qui manque dans Brothers.

La musique est discrète tout au long et appuie bien le ton du jeu, sauf à certains moments. J'ai eu l'impression qu'elle était intrusive et essayait trop de rendre le moment triste. D'un autre côté, elle est assez originale pour ajouter une saveur supplémentaire.

Par contre, ce jeu a déjà gagné la réputation d'être efficace du point de vue émotif. La valeur du jeu pourrait tenir entièrement dans un moment précis, où le reste du jeu prend tout son sens. Ce moment est incroyablement touchant, et pourtant si simple. Jamais je n'aurais cru que le simple fait d'appuyer sur un bouton aurait été aussi bouleversant. Sans vous dévoiler la surprise, je peux vous dire que le jeu réussit parfaitement à atteindre son objectif, et à vous faire réfléchir longtemps après l'avoir terminé. Peut-être que son secret, c'est que ce moment touchant a lieu au moment où vous croyez que le drame est déjà derrière vous.

Comme je le dis toujours pour les jeux au rythme lent, plus artistiques, axés sur l'émerveillement plutôt que sur le monde du jeu et avec un scénario qui véhicule un message plus émotif (Journey, Flower, Gone Home, Dear Esther, The Unfinished Swan), ce ne sont pas des jeux pour tout le monde. Si c'est l'expérience que vous cherchez, vous serez comblé. Un jeu magnifique aux moments mémorables, vous allez adorer. Vous savez aussi que ce genre de jeu n'est jamais vraiment long, soit3 h 30 pour Brothers. Ça semble court, mais c'est juste assez. Le message se perdrait dans un jeu de 20 heures, et les décors seraient probablement plus répétitifs et moins détaillés. Cette expérience condensée justifie son prix de 15 dollars selon moi (c'est le prix d'un film au cinéma!).

Mais si vous cherchez un jeu d'action-aventure comme l'indique sa description et que vous êtes du genre à calculer votre investissement avec un rapport « heures de jeu/dollars » vous avez été averti, ce jeu n'est pas pour vous!

Catégories
CritiquesMicrosoftPC / MACPlateformesPlaystation 3SonySteam OSXBOX 360
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
3 commentaires
  • Maxwell Landry
    15 février 2014 at 12:38
    Laisser un commentaire

    Un jeu dont on ne dira jamais assez de bien. Une expérience inoubliable plongeant le joueur dans un environnement d’une richesse éblouissante. C’est effectivement un jeu plutôt court et certains gamers pourraient reprocher un manque de difficulté. Je tiens toutefois à souligner l’impact émotif qui, quelques semaines après avoir terminer le jeu, se fait encore ressentir chez moi. Il est plutôt dommage de ne pouvoir élaborer davantage sans ruiner l’expérience ( je m’en voudrais de dévoiler le tout ).

    Je trouve toutefois admirable qu’un jeune site comme le vôtre prenne le temps de s’attarder à un jeu comme Brothers qui , comme plusieurs autres chefs d’oeuvre vidéoludiques, a été victime d’une date de sortie discutable et d’un marketing paresseux.

    Il est maintenant disponible gratuitement pour les membres de Playstation Plus en plus!

    Au plaisir d’en discuter davantage

  • Solde d'été Steam: Nos recommandations! – Multijoueur
    26 juin 2014 at 08:25
    Laisser un commentaire

    […] Broforce, Glitchspace, Outlast, Steamworld Dig, South Park: Le bâton de la vérité, Broken Age, Brothers et plusieurs autres! Bonne lecture! Partagez l’article: […]

  • David
    6 janvier 2015 at 12:36
    Laisser un commentaire

    Je m’arrêtais à chaque banc pour voir la vue panoramique.

    Super jeu, bon rythme, contrôles mélangeants mais parfait pour le type de jeu et la jouabilité est bien exploitée. Je ne suis pas d’avis que le jeu était trop court. Je préfère un jeu court mais bien ficelé qu’un jeu trop long et qui répète souvent les mêmes actions.

    Ma conjointe trouvait que c’était déjà un très bon jeu avant même d’atteindre la fin.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet