The Stanley Parable

The Stanley Parable
The Stanley Parable doors

Nous sommes tellement habitués de suivre des chemins linéaires ou d'effectuer certaines actions obligatoires dans les jeux vidéo que nous oublions souvent notre liberté en temps que joueur. On pourrait dire que le but de The Stanley Parable est de jouer avec ces habitudes et de s'en moquer.

Oui, il fait partie de la nouvelle catégorie de jeux indépendant où l'on ne fait que marcher. Ces jeux (Gone Home, Dear Esther) ont tendance à être dramatiques. Ce n'est pas le cas pour The Stanley Parable, qui est une comédie très meta, jouant avec le concept même du jeu vidéo. Il pousse son concept parfois étonnamment loin. Pas de fusil, de puzzle à résoudre ou d'ennemis à combattre: le jeu se joue en faisant des choix, en explorant. Vous êtes suivi durant tout votre parcours par un narrateur, qui dicte vos moindres actions. Suivrez-vous ses indications?



La force du jeu réside dans les surprises qu'il vous réserve, cette critique sera donc volontairement vague et sans "spoiler". (N'ayez pas peur d'écouter les vidéos sur cette page, se sont des bandes-annonces qui ne révèlent rien et qui vous feront comprendre le ton du jeu.)

Premier conseil : ne jouez pas à la version de 2011 avant celle-ci. Vous vous gâcherez trop de surprises.
The Stanley Parable était à l'origine un mod gratuit pour Half-Life 2 sorti en 2011. La popularité du mod a poussé le créateur à faire une version "HD" avec de meilleurs graphiques, et plus de possibilités. Malheureusement pour moi (et peut-être pour vous), si vous avez déjà joué à la version de 2011, vous ne verrez pas beaucoup de nouveauté. Bien sûr, les graphiques ont été améliorés et ça se voit lorsqu'on compare des captures d'écrans, mais ma mémoire du jeu était très similaire, ce n'est pas un jeu où les graphiques sont importants. Il y a plus de fins, plus d'humour, mais c'est sensiblement la même chose : c'est une version "HD" et non un tout nouveau projet. Le but reste le même et vous l'aurez déjà compris, gâchant la plupart des surprises. Par contre, si vous n'avez aucune idée de ce qu'est ce jeu, vous êtes chanceux. Plongez tête première et vous ne serez pas déçus.

Deuxième conseil : jouez au démo d'abord puisqu'il fait partie de l'expérience
Il est d'abord important de mentionner que le démo (gratuit bien sûr) ne contient aucun contenu présent dans le jeu complet. C'est une "démonstration" de ce qu'est The Stanley Parable, jouant encore avec nos attentes face à ce qu'est un démo de jeu. C'est drôle, c'est méta, c'est incroyablement stupide, et pourtant si intriguant. Le pire dans tout ça, c'est que le démo nous montre EXACTEMENT comment se joue The Stanley Parable, sans même nous dire ce qu'est le jeu complet. C'est un accomplissement qui a le mérite de ne jamais avoir été fait.



Troisième conseil : ne consultez pas de guides sur le Web
Essayer d'explorer par vous même, c'est le plaisir qu'offre le jeu. Vous aurez fait le tour en 3 heures maximum, ça ne sert donc à rien d'aller voir les guides. Prenez le temps nécessaire, le jeu n'est pas difficile du tout. Expérimentez et vous serez parfois récompensé.

Quatrième conseil : suivez le narrateur d'abord, amusez-vous après.
The Stanley Parable se termine (et se terminera toujours), sur une petite déception; il n’y a aucun écran de félicitations ou une liste qui vous indique que vous avez trouvé toutes les fins possibles. Le jeu contient plus de 15 finales. Après chacune d'elle, on vous fait recommencer du début. Vous pouvez alors expérimenter à nouveau en choisissant un parcours différent (comme Le jour de la marmotte!). Vous allez donc inévitablement arriver au moment où vous allez vous dire : « Bon, alors c’est fini, j’imagine. » Et vous allez fermer le jeu vous ne plus jamais y rejouer. Une fois arrivé à ce moment (où vous avez trouvé plus d'une dizaine de fins et que vous n'avez plus d'idée), vous pouvez laisser tomber mon conseil numéro 3 et chercher un guide qui vous donne un indice pour accéder aux finales que vous n'avez pas vues. Après tout, elles vous auront tout de même coûté un dollar chacune!

En gros, le jeu n'aboutit pas sur une fin ultime ou sur une révélation-choc. Au lieu de ça, vous aurez une surprise à chacune des fins de parcours, qui touchent chacune à un concept différent. C'est un peu dommage que les différentes fins n'aient pas de lien entre elles. Elles ne contribuent donc pas à renforcer l’univers de The Stanley Parable, ni ses personnages. Les intentions et la personnalité du narrateur semblent changer chaque fois. Par contre, ça laisse au jeu une plus grande liberté pour vous surprendre.

Chaque fois que j'essaie un jeu indépendant de ce type, je me dis toujours la même chose : "Quel excellent concept, qui serait beaucoup plus frappant s'il était intégré à l'intérieur d'un jeu triple A". Si le concept de The Stanley Parable avait remplacé, par exemple, les longues sections vides dans Portal 2 où on est dans de grands espaces vides à chercher LE point où on peut lancer un portail, les critiques de Portal 2 auraient toutes plafonné. L'intégration aurait tellement été parfaite!



Cinquième conseil : ajouter The Stanley Parable sur votre wishlist Steam.

C'est un jeu unique et parfois très drôle qui questionnera la linéarité des jeux vidéos. Malheureusement, je ne veux pas vous citer mes moments préférés pour des raisons évidentes, mais disons seulement qu'il a réussi à me faire rire plusieurs fois, ce qui est rare pour un jeu.

Catégories
CritiquesSteam OSWindows
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
2 commentaires
  • Simon Forget
    7 novembre 2013 at 16:48
    Laisser un commentaire

    J’ai rarement trouvé un jeu aussi drôle! Il est vraiment génial!

  • Solde d'été Steam: Nos recommandations! – Multijoueur
    26 juin 2014 at 08:24
    Laisser un commentaire

    […] sur d’autres excellent jeux qui sont aussi en rabais dans la vente Steam, dont The Swapper, The Stanley Parable, Octodad Dadliest Catch, Broforce, Glitchspace, Outlast, Steamworld Dig, South Park: Le bâton de […]

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet