On y était: La nuit blanche de Montréal

Le 1er mars dernier a eu lieu la nuit blanche de Montréal avec une foule d’activités nocturnes à travers la métropole. Pour la première fois, les organisateurs ont décidé d’ajouter aux activités culturelles un nouveau volet, les jeux vidéo!

La célébration ludique s’est exécutée en deux temps et à deux endroits. Le premier volet des activités se passait au hall d’honneur de l’hôtel de ville de Montréal. Plusieurs stations de jeux était mises en places pour le plaisir de tous. L’animation était assurée par l’équipe de Gros joueurs et présentait un mélange de jeux classiques, tel que Mario Kart 64, et de jeux spéciaux comme Super Mario Crossover. Malgré l’espace restreint du hall, les visiteurs ont put participer à de nombreux défis donnés par l’équipe d’animateurs.

Puis on se déplace à l’Excentris, où une arcade indie a pris place dans le lobby du cinéma. Red Barrel Games était à l’entrée avec leur jeu Outlast et un isoloir pour pouvoir essayer l’expérience d’horreur à son maximum. Plus tard, les créateurs ont offert un visionnement du jeu dans une salle de cinéma pour permettre à plusieurs d’avoir un aperçu du jeu. Plus loins dans le hall, on a pu retrouver le jeu A.N.N.E. de Gamesbymo, un metroidvania intéressant, ainsi que son créateur Moïse Breton. En face, on a pu voir un autre studio Québécois, Spearhead Games, montrer leur premier jeu: Tiny Brains, jeu dans lequel la coopération est de mise. Les deux studios ont présenté d’excellents jeux.

Cet initiative des organisateurs est plus que bienvenu et met les jeux vidéo non seulement sous une lumière festive mais met aussi de l’avant le savoir faire local des artisans du domaine. L’inclusion des jeux à la nuit blanche était un bon premier pas, est-ce que nous verrons un festival nocturne du jeu l’an prochain?

Photographies: Pierre-Luc Daoust

Catégories
Au Québec
Cofondateur de Multijoueur, Bruno est un grand passionné de l'industrie vidéoludique. Non seulement il aime jouer, mais il adore discuter de cet univers. N'ayant pas la langue dans sa poche, il ne se gêne pas de critiquer les erreurs qui passent sous ses yeux!
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet