“Good Luck Have Fun” : l’E-Sports au Canada

À l’occasion de la disponibilité du film Good Luck Have Fun au grand public, Multijoueur vous propose de découvrir ce documentaire sur l’E-Sports canadien,  plus particulièrement la scène StarCraft II, réalisé par le journaliste Gavin Seal. Une projection au cinéma du Parc en juin dernier avait également été organisée. En voici le compte-rendu.

Journée E-Sportive au Parc

Good-Luck-Have-Fun-(Social)C’est un petit comité qui s’est présenté à l’entrée de l’un des plus vieux cinéma de Montréal, avenue du Parc. Sur kickstarter, un projet devait financer sa projection par une vente anticipée des places. Ayant tout juste passé l’objectif, on ne pouvait s’attendre à une foule bien épaisse. C’est le créateur du projet en personne, Gavin Seal, qui s’occupe de la billetterie, simple vérification de nom sur sa liste de “backers”. Mais c’est surtout pour un contact humain : Gavin s’emploie à saluer et remercier chacune des personnes présentes ayant soutenu son projet. C’est bien entendu le journaliste qui introduira brièvement une demi-heure plus tard son oeuvre au pied de l’écran, avant de nous plonger dans “Good Luck Have Fun”, phrase désormais rituelle introduisant depuis plus de 15 ans la plupart des matchs en E-Sports. Le documentaire de 23 minutes nous propose donc de suivre l’évolution de plusieurs personnalités dans leur domaine qui est leur passion avant même un métier : le sport électronique, ces étranges compétitions de jeux vidéo pour ados ou adultes n’ayant jamais vraiment décroché de leur clavier. Tout d’abord, Thierry Gagnon nous est présenté, ancien joueur de hockey reconverti dans l’organisation d’événements E-Sports et à la tête du pendant canadien des World Cyber Games, l’une des plus vieilles structures internationales sur la scène E-Sports. Les protagonistes à suivre sont deux joueurs professionnels, Henry “Hendralisk” Zheng, joueur zerg pour la team compLexity, et Marc-Olivier “DesRow” Proulx, joueur protoss indépendant : le documentaire en suivra l’évolution au cours des WCG Canada ayant eu lieu à Montréal en juillet 2013. Le joueur Wasif “CombatEX” Khan est également interviewé, malgré sa mauvaise réputation sur la scène Starcraft. De nombreux extraits d'entrevues de quelques grands noms de la scène Starcraft II, comme HuK, RotterdaM, MrBitter, ou encore Soe ponctuent également le documentaire. Réalisées durant les finales des WCS à Toronto, en octobre dernier, on y décortique les tenants et aboutissants de ce que représente et implique aujourd’hui le sport électronique au niveau professionnel. L’axe principal se porte sur les WCG Canada, avec en point d’orgue la finale du tournoi.

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas un “happy end” qui clôt le film, mais un goût amer, démontrant que la passion ne fait hélas pas tout : après 14 ans de tournois, les WCG annoncent l’arrêt de leurs activités. Une fois les applaudissements terminés, une séance de questions/réponses est enchainée. Deux des protagonistes du reportage accompagnent son auteur, le joueur DesRow et Thierry Gagnon et se prêtent volontiers au jeu. Des rythmes de travail du joueur aux futures ambitions du représentant de la Cyber Entertainement Agency, de nombreux sujets sont abordés autour de l’E-Sports au Québec, son développement, les possibilités et les difficultés rencontrées. Les plus intéressés auront enfin suivi les vedettes du jour dans un bar pour prolonger le débat dans l’après-midi autour de quelques verres.



"GLHF" : un regard différent

Les documentaires deviennent de plus en plus fréquents dans le domaine du sport électronique, en tant que vecteur d’information, voire de promotion d’une niche souvent regardée d’un oeil torve par le grand public. Des ancestrales « frag vidéos » comme Frag or Die au tout récent Free to play de Valve, un long chemin a été parcouru par la communauté, quelquefois trop partisan, ou souvent s’orientant vers une audience avertie. En bref : fait par les joueurs, et pour les joueurs. Mais la « nouvelle mode » est clairement à l’ouverture, et "GLHF" entre dans ce cadre. Mais qu’a-t-il à apporter de plus? Premier point, c’est un des rares documents à s’intéresser non pas seulement aux joueurs les plus étincelants, mais aussi aux travailleurs de l’ombre, les organisateurs d’événements.

À l’image de Thierry Gagnon, responsable 14 ans durant des WCG Canada, les nombreux obstacles se dressant sur son chemin sont évoqués avec humilité. La cessation d’activité de cette structure illustre d’ailleurs parfaitement un propos quasi mélancolique du documentaire, inspirant la difficulté à survivre dans ce milieu encore jeune, malgré les nombreuses années d’expérience accumulées par cette organisation. Second fait intéressant, l’interview du joueur CombatEX, réputé non pas pour ses faits d’armes mais pour sa tendance à franchir la limite de l’honnêteté et des règles du jeu. Gavin confiera d’ailleurs que ce fut un choix extrêmement critiqué par la communauté que de donner de la visibilité à un joueur dont l’étiquette de tricheur lui est gravée au front au sein de la scène canadienne. C’est un point délicat, que CombatEX aborde pourtant avec un grand naturel et sans retenue.

Enfin, l’ambiance générale dégagée par ce film n’est ni à l’euphorie de la compétition, ni à la débauche de “skill” et d’actions d’anthologie : les séquences de jeu sont en effet très peu nombreuses, permettant de ne pas noyer le spectateur néophyte sous des flots de combats souvent trop confus pour lui. Au contraire, c’est une ambiance studieuse autour des compétiteurs, et au final presque triste sur le dernier plan annonçant la fin des WCG qui rythme le documentaire. Oui, la somme de travail pour permettre à un joueur de percer au plus haut niveau est énorme, mais celle pour tenir des événements et compétitions de qualité est tout autant éprouvante, fait bien souvent mis de côté. "GLHF" est un document de qualité, accessible à tous, présentant un regard objectif sur la scène canadienne. Seul bémol, on ressent nettement un manque de budget pour pousser plus loin la réflexion, ce qui peut laisser un léger côté frustrant pour les connaisseurs. Il reste toutefois une magnifique présentation du milieu de l’E-Sports, disponible pour 5$ à partir du site officiel : http://goodluckhavefun.ca/

Catégories
ActualitésStarcraft II
Tombé dans la NES quand il était petit, c'est un fan de jeux vidéo depuis l'enfance. Console, puis PC, c'est l'avènement d'internet qui scellera sa passion pour le jeu en ligne. FPS, STR, MOBA, un café, l'addition, tout l’intéresse, et il suit avec attention la scène pro à travers le monde. Au diapason de ses origines, il trouve son inspiration au sein d'une organisation secrète: #FrenchWhine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet