Fract OSC – Un voyage musical inoubliable

Banniere Fract OSC
Banniere Fract OSC

Conçu par Richard E. Flanagan comme projet d’étude lorsqu’il était à l’Université de Montréal, Fract OSC rassemblait trois de ses passions : les jeux d’aventure du style Myst, les bases de la musique électronique et les débuts de la culture informatique. C’est plutôt réussi, puisque lorsqu’il a présenté son démo à IGF, il a été consacré gagnant de la catégorie « projet étudiant ». Il a réalisé que les gens étaient intéressés par son projet, et a donc décidé d’en faire un jeu complet, Fract OSC, sorti le 22 avril dernier sur PC et Mac.



Fract OSC est à la base un synthétiseur virtuel à oscillateur (d’où le titre OSC) incluant un séquenceur, qui permet de s’amuser à créer des mélodies électroniques. C’est un bon synthétiseur amusant à utiliser, soit dit en passant, avec une multitude d’options pour modifier les trois catégories de son disponibles : le lead, la base et les pads.

Fract OSC screen 1
Mais pour débloquer chacune des fonctions de ce synthétiseur (ainsi que les fonctions avancées), Fract OSC vous propose un jeu de puzzle à la première personne d’une durée d’environ cinq à six heures. On vous plonge numériquement au cœur d’un synthétiseur non fonctionnel, que vous devrez réalimenter en complétant des puzzles, ce qui offrira un défi autant à votre sens de la logique qu’à votre oreille musicale.

Sans aucune indication ou tutoriel, on vous plonge dans ce monde immense et polygonal. Fract OSC baigne dans cette idée de la représentation visuelle primitive d’un système informatique comme dans Tron, Rez, ou encore Amplitude.

Lors de votre arrivée, tout est sombre et sans vie, mais la résolution des puzzles formera une musique et de la lumière qui rendront cet univers de plus en plus spectaculaire. La tour mystérieuse au centre du monde de Fract OSC ne sera accessible qu’après avoir réussi tous les puzzles du jeu.

Un monde fascinant

Le monde de Fract OSC est divisé en trois sections : une section magenta (rose), qui vous fait jouer avec le synthétiseur « lead » (le son aigu qui forme la mélodie), une section cyan (bleu), avec des sons de basse (les sons graves) et une section verte, qui représente les pads.

Chaque section comporte ses propres types de puzzles, qui deviennent de plus en plus difficiles à chaque itération. On peut vous demander par exemple de faire traverser un rayon de lumière d’un bout à l’autre d’une structure formée de tube. Vous devez tourner les jonctions des tubes, pour rediriger cette lumière au bon endroit. Aussitôt que l’on voit le panneau, on comprend exactement le but du puzzle, même sans aucun tutoriel. Tout est donc intuitif, la vraie difficulté résidant dans la recherche de la solution.

Fract OSC screen 2

Un contrôle simple : comme un FPS pour bouger et regarder, et le bouton droit pour figer la caméra. Une fois celle-ci en place, vous pouvez déplacer la souris pour interagir avec les knobs, les leviers, et les séquenceurs des panneaux de puzzles.

Trame sonore extraordinaire

Fract OSC ne serait rien s’il n’était pas appuyé par une bonne trame sonore. Ce qui est comique, c’est que le compositeur de celle-ci, Mogi Grumbles, s’était amusé à refaire la trame sonore de Tron en 2011. C’est un signe que l’artiste a été parfaitement choisi, étant donné le style du jeu.

FRACT OSC Soundtrack by Mogi Grumbles

Exploration difficile

Beaucoup de succès Steam ("achievements") s’obtiennent en explorant hors des zones à puzzles. Même chose pour le puzzle final de chaque zone, qui est résolu en se remémorant les symboles sur des totems que vous devrez trouver dans la zone de la même couleur. Le lien entre les deux activités, c’est qu’elles vous encouragent à explorer le monde étrange qu’offre le jeu.

Explorer, c’est bien, mais pas lorsque le terrain ne semble pas fait pour cela. Dans Fract OSC, les chemins ne semblent pas toujours propices à la promenade : on se sent souvent comme dans Skyrim, lorsqu’on essaie de grimper une montagne trop abrupte.

C’est donc maladroit, surtout lorsqu’on a de grandes distances à couvrir, puisque le personnage marche plutôt lentement, même lorsqu’on tient la touche “majuscule” pour courir. Le jeu nous aide tout de même un peu avec des points de contrôle ("checkpoints"), qui agissent comme une station de train : une fois activés, ils permettent de voyager rapidement jusqu’à n’importe quelle autre station déjà visitée. Ces stations se trouvent généralement près d’un puzzle.

Il y a aussi les moments où l'on est perché très haut sur la structure d’un puzzle, qu’on tombe parce qu’on a voulu bouger trop vite, et qu’on doive tout recommencer du début. Ou encore les fois où la résolution du puzzle est rendue difficile parce qu’on ne voit pas tout les éléments puisque notre vue à la première personne limite notre champ de vision.

Fract OSC screen 3

Une expérience immersive

C’est le genre de jeu qui serait parfait pour l’Oculus Rift : un jeu qui permet, pour un bref moment, d’entrer en immersion totale dans un monde visuellement et musicalement impressionnant. C’est un voyage unique qui mérite d’être vécu. Malgré quelques problèmes de contrôle et de design, Fract OSC est un jeu hautement original.

Le développeur s’est limité à l’oscillateur pour une question de temps et de budget, mais qui sait ? Peut-être aurons-nous droit à Fract Drum ou Fract FX, cela reste à surveiller.

Catégories
CritiquesMacPC / MACWindows
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet