L’essentiel de l’E-Sports en 2014

L'E-Sports en tant que domaine majeur et distinct du jeu vidéo

L’année 2014 aura vu la constante progression de l’E-Sports de manière globale, et son affirmation comme un pendant désormais incontournable du jeu vidéo. La plupart des indicateurs sont au beau fixe, avec des sommes toujours plus importantes, des statistiques d’audience en explosion, et des événements toujours plus impressionnants. Que ce soient les presque onze millions de dollars alignés par la communauté lors du International 4 sur Dota 2, ou les quarante mille personnes amassées dans le stade de la Coupe du Monde de Séoul pour les finales de League of Legends, les proportions des grands événements E-Sports deviennent pharaoniques. Les jeux avec une scène compétitive tendent à se diversifier également, avec un acteur d’un nouveau genre, à savoir le jeu de carte HearthStone. Blizzard a ainsi su diversifier son offre : son futur MOBA Heroes of the Storm tente de renouveler le genre, et sa présentation d’Overwatch durant la BlizzCon fut prometteuse. Ce FPS à classes vient clairement marcher sur les plates-bandes de Team Fortress 2, et la prochaine extension de StarCraft II devrait relancer le jeu de stratégie en léger déclin ces derniers mois.

Sanggam Stadium

La finale des LCS à Séoul, d'envergure légendaire.

CS:GO, des hauts et des bas

boostgateEn réponse, Valve continue ses efforts autour de ses deux jeux étendard, à savoir Dota 2 et Counter-Strike : Global Offensive. Seul ce dernier aura montré quelques fissures, en dépit de son ascension fulgurante cette dernière saison. Les scandales autour des VAC-bans durant le mois de novembre, suivis du “boostgate” survenu lors de la DreamHack Winter font tâche sur une scène pourtant vieille de presque quinze ans,  pour un jeu considéré comme un des ancêtres du sport électronique. Ces années d’expérience n’auront pas permis de se mettre à l’abri de tels désagréments, les problématiques de triche et d’abus existant pourtant depuis les premiers âges du jeu.

La professionnalisation en ligne de mire

Autre signe fort de l’expansion de l’E-Sports, le rachat de la plateforme de streaming Twitch par Amazon, pour un montant chatouillant le milliard de dollars. Si Twitch n’est pas exclusivement dédié aux compétitions, le développement réciproque du site et de l’E-Sports est intimement lié. Preuve en est, l’acquisition par Twitch de la structure Good Game, bien connue par ses équipes Evil Genius et Alliance, afin d’améliorer ses compétences dans l’accompagnement et le conseil des joueurs à succès. La professionnalisation de la discipline et l’amélioration des conditions de “travail” des plus grands joueurs prend donc un aspect de plus en plus concret, même si les situations de monopole parfois engendrées restent une problématique à garder à l’oeil.

L’E-Sports sauce québécoise s’épaissit

Du côté de l’E-Sports québécois, de multiples événements ont eu lieu cette année. Outre la constance du Lan ETS, dont le millier de billets “BYOC” pour l’édition 2015 est parti en une soirée le 10 décembre dernier, on peut noter le succès de la première édition du DreamLan. Si la qualité du Lan ETS n’est plus à remettre en question de nos jours, il faut saluer les efforts des organisateurs du DreamLan, oeuvrant avec ses armes dans l’interêt d’une cause noble, à savoir la lutte contre le suicide au Québec (AQPS).

On soulignera également la qualité de la finale NA de l’ESWC, prenant place pour la première fois au sein du festival Juste Pour Rire. La production des tournois de CS:GO, Call of Duty et Just Dance fut soignée, même si succès populaire ne fut hélas pas vraiment au rendez-vous, seul bémol de l’événement. Enfin, il faut souligner la performance extraordinaire de Carl Jr, conservant sa couronne de champion du monde sur TrackMania Nation durant la finale mondiale à Paris, au sein de la Paris Games Week.

Les structures E-Sports ont également connu de multiples évolutions : la principale fut la fusion entre Boréal et Armata, pour donner Boreal eSports. Ainsi, la structure se pose dorénavant comme leader quasi incontesté sur la scène québécoise, intégrant également plusieurs éléments de Killing Spree, qui a du se retirer des scènes compétitives.

Pour terminer sur une petite touche nostalgique quant à cette année achevée, voici un magnifique aperçu de la mode sur la scène pro sous Broodwar, il y a des temps immémoriaux...

Catégories
ActualitésEsports
Tombé dans la NES quand il était petit, c'est un fan de jeux vidéo depuis l'enfance. Console, puis PC, c'est l'avènement d'internet qui scellera sa passion pour le jeu en ligne. FPS, STR, MOBA, un café, l'addition, tout l’intéresse, et il suit avec attention la scène pro à travers le monde. Au diapason de ses origines, il trouve son inspiration au sein d'une organisation secrète: #FrenchWhine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet