Splatoon, le jeu de tir sauce Nintendo se dépeint

La dernière capsule du Nintendo Direct a été l'occasion pour le géant japonais de dévoiler plus de détails concernant Splatoon. Une image plus précise de ce que pourra donner ce jeu pour le moins innovant commence donc à se peindre...

Résumé des épisodes précédents

Pour ceux s'étant noyés dans le flot d'informations et d'annonces lors du dernier E3, on pourra résumer le concept de Splatoon ainsi : il est aux jeux de tir ce que Super Smash Bros. est aux jeux de combat : concept et mécaniques innovants, accessible au plus grand nombre, pour du fun instantané et sans la moindre goutte de sang. Du Nintendo dans tout son savoir faire, en somme. Ainsi, Splatoon remplace les balles de .45 par de la simple peinture, tel un bon vieux paintball. On savait d'ores et déjà que ce jeu comprendrait une campagne solo, en plus du coeur du gameplay s'articulant autour d'un mode en ligne, opposant des équipes de 4 joueurs chacune. Le but de ces affrontements ne sera non pas d'abattre l'équipe adverse, même si cela y contribue, ni de capturer un quelconque point stratégique ou drapeau. Non, Nintendo a réussi à complètement sortir des archétypes vus et revus, pour se baser sur un principe simple : repeindre toute la carte à la couleur de son équipe, et couvrir plus de surface que l'adversaire. De plus, étendre son territoire permet une plus grande mobilité au cours de la partie, et inflige des dégâts et ralentit l'adversaire lorsqu'il y trempe le tentacule. Ah, oui, petit détail : les avatars sont d'étranges créatures, calmars dans la peinture, "simples humains" ou presque en dehors. On est donc bien loin des plombiers salvateurs et autres maniaques destructeurs de poteries, ce qui apporte immédiatement un vent de fraîcheur chez Nintendo. Le programme est vaste...



Les nouveaux ingrédients qui tachent

Mais venons-en au fait, les nouveautés annoncées. Le premier point présenté durant cette session est le "menu" du jeu. Dehors les lignes de texte, bonjour l'immersion : votre avatar se retrouve plongé au centre d'une vaste place ou vaquent les autres joueurs, et peut donc se diriger vers le bâtiment qui l'intéresse. Idée intéressante, qui nous fait se rapprocher plus d'un MMO que d'un jeu de tir en ligne. Reste à savoir si l'utilisation quotidienne ne deviendra pas rapidement rébarbative, cet environnement nécessitant donc de prendre une poignée de secondes pour passer d'un magasin à l'autre, plutôt que d'y accéder via un menu classique.

Car oui, on va donc faire du magasinage dans Splatoon. À l'instar de nombreux jeux en ligne, vous allez donc pouvoir choisir votre équipement, tant que vous pourrez assumer la facture à la sortie. Le mot est donc lâché, une monnaie d'échange virtuelle régentera les transactions. Les précieuses pièces seront obtenues par les parties jouées en ligne. Si le démon de la micro-transaction n'a aucunement été évoqué pour l'instant, il reste à savoir si Nintendo osera franchir ce cap dangereux, ce qui serait une nouvelle pas nécessairement bien vue par son public. Un premier pas avait été fait avec les DLC de Mario Kart 8, au demeurant de très bonne qualité en terme d'ajout de contenu. Il serait tout de même fort surprenant que Nintendo cède à la tentation et trempe dans cette sauce. Mais revenons à nos pinceaux : le contenu proposé est d'ordre technique, mais aussi cosmétique. Car quoi de mieux pour repeindre la surface de l'e-planète qu'une tenue fun et bigarrée? Vous pourrez ainsi passer aux quatre différentes échoppes vous proposant respectivement couvre-chefs, vêtements et souliers, dont les vertus ne seront pas seulement cosmétiques. En effet, votre casque de cycliste pourra possiblement modifier vos statistiques de base, comme la force ou la vitesse de déplacement. Bien entendu,  le principal magasin restera l'armurerie, votre arsenal personnel se déclinant en trois catégories : l'arme principale, outil central pour "splatter" vos enemis et colorer les murs, la "sub weapon", qui sera un gadget plus contextuel, comme un bouclier ou une grenade, et enfin l'arme spéciale, dont le tir chargé aura un impact plus large. Il sera possible de changer librement votre équipement entre chaque partie, parmi vos pièces d'arsenal déjà acquises. Les collectionneurs se régaleront, tant la variété semble sans limites.



Quelle sera la couleur du fun?

Si Nintendo avait surpris son auditoire lors de l'E3 avec un concept de base innovant, cette capsule aura donc levé le voile sur les outils essentiels à tout jeu se voulant un minimum compétitif, à savoir les éléments permettant de varier au maximum les stratégies, et possiblement amener une dimension de "theory crafting" intéressante. On peut faire confiance aux cerveaux de Nintendo pour nous apporter des armes aux effets originaux et fun. L'univers totalement nouveau, sans le moindre champignon galopeur à l'horizon est également un gros plus, prouvant aux mauvaises langues que la firme nipponne ne râcle pas uniquement ses fonds de tiroir. Cependant, le jeu de tir est un territoire plus que conquis, voire saturé. Le concept est absolument novateur, et promet une belle profondeur stratégique. Mais si Nintendo a toujours su tirer son épingle du jeu, certaines de ses plus grosses faiblesses sont la gestion de la communauté en ligne et les infrastructures et mécanismes dédiés. Un tel jeu réclamera un système de matchmaking efficace, sous peine de frustrations des joueurs débutants se faisant implacablement repeindre la face par les joueurs chevronnés. Enfin, la possibilité de micro-transaction serait un aspect surprenant de la part de Nintendo, mais pas impossible même si absolument rien n'a été annoncé pour l'instant. Quant à savoir si Splatoon pourra faire émerger une véritable scène compétitive, le potentiel est présent, mais la volonté et les outils restent à définir pour convaincre une future communauté à l'âme de peintre en bâtiments. La réponse en mai prochain.

Catégories
ActualitésWii U
Tombé dans la NES quand il était petit, c'est un fan de jeux vidéo depuis l'enfance. Console, puis PC, c'est l'avènement d'internet qui scellera sa passion pour le jeu en ligne. FPS, STR, MOBA, un café, l'addition, tout l’intéresse, et il suit avec attention la scène pro à travers le monde. Au diapason de ses origines, il trouve son inspiration au sein d'une organisation secrète: #FrenchWhine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet