Chariot – Réinventer la roue

Chariot bannière
Chariot bannière

C’est l’heure de la critique hebdomadaire d’un puzzle-platformer indie, semble-t-il. On prouve encore aujourd’hui que le genre est très polyvalent avec ce titre de Frima Studios. Nos amis de Québec nous ont concocté un mélange de jeu de plateforme, de dextérité et de jeu coopératif très original et bien réalisé, qui est disponible sur Xbox One, PlayStation 4, Wii U et PC sur Steam.

Il raconte l’histoire d’une princesse (et/ou son fiancé) dont le père, le roi, vient tout juste de décéder. Votre mission : transporter son cercueil sur roues jusqu’à son tombeau pour qu’il soit enterré. Mais ce roi arrogant ne se laisse pas oublier aussi facilement. Son fantôme sort du cercueil et se plaint que ce tombeau n’est pas assez grandiose pour lui. C’est ainsi que vous traverserez tout le royaume à la recherche de l’endroit parfait où il pourra reposer en paix, traînant le chariot de Sa Majesté comme un boulet, bravant le froid des cavernes glacées et sautant par-dessus les marées de lave en fusion.



Bien qu’il soit monté sur des roues, ce n’est pas seulement en poussant le chariot que vous arriverez à vos fins. Lorsque vous êtes à une certaine proximité du chariot, vous n’avez qu’à appuyer sur la gâchette droite pour lancer une corde qui s’attachera automatiquement à la roue la plus proche. En tenant le bouton enfoncé, vous tiendrez le cercueil en laisse. Vous pouvez aussi donner du mou ou tirer la corde vers vous avec « LT » et « LB » respectivement.

Plusieurs cordes à son arc

Ça semble simple, mais rappelez-vous que ce chariot a un poids, et que les environnements que vous traversez sont rarement de simples surfaces planes. Pour vous aider, quelques gadgets se débloqueront lors de votre progression. Le plus utile est sans aucun doute l’œillet : il se plantera sur la surface la plus proche de vous, et le chariot y sera accroché grâce à votre corde. Le tout restera en place pendant quelques secondes, juste assez pour permettre d’avancer votre personnage et rattraper la deuxième roue du chariot. De nombreuses utilisations avancées des gadgets sont démontrées dans la vidéo ci-dessous.



À deux joueurs, c’est un peu moins difficile de garder le chariot hors de danger, mais comme Kalimba, le synchronisme est crucial. C’est un autre jeu qui demande un travail coopératif considérable, et qui est un véritable test de patience (et d’amitié !). L’avantage, c’est que chacun des personnages peut utiliser sa propre corde et son propre « power up », offrant un meilleur contrôle général sur le chariot. Seul, c’est un peu plus difficile, comme on peut le voir dans l’image ci-dessous.

Chariot - Mécanique de jeu

Chariot est très joli, et ce, malgré ses niveaux très vastes. Frima explique dans la vidéo ci-dessous qu’ils ont utilisé le logiciel Houdini pour décorer procéduralement les niveaux, sans nécessiter un artiste qui retouche le jeu en entier. Il suffisait de créer un gabarit qui s’appliquait automatiquement, ajoutant des vignes, du gazon, ou des plantes qui donneront de la vie à l’univers sous-terrain de Chariot. C’est très réussi, et avec la variété d’une zone à une autre, on ne se lasse jamais des décors de Chariot.

Détail intéressant : les niveaux ont plusieurs entrées, plusieurs sorties et plusieurs parcours possibles. Le parcours principal est parsemé de flèches qui vous indiquent par où continuer si vous souhaitez vous en tenir au minimum, mais une multitude de sections optionnelles n’attend qu’à se faire découvrir par les joueurs les plus aventuriers. Contrairement à Kalimba, il n’y a pas de niveaux spécifiquement créés pour le multijoueur. Au lieu de ça, certaines sections à l’intérieur des niveaux le sont. Une affiche vous indique que vous devez être deux pour réussir l’épreuve dans la prochaine pièce, que vous pouvez simplement ignorer si vous jouez seul. L’avantage, c’est que vous pouvez tout débloquer à un joueur, et jouer n’importe quels niveaux avec un ami à tout moment, sans être obligé de recommencer à zéro. De toute façon, vous approcherez les obstacles d’une manière complètement différente lorsque vous jouerez en coop, ajoutant une valeur de rejouabilité considérable.



Sur la corde raide

Chariot est un autre jeu qui demande énormément d’énergie, puisqu’on est souvent à une milliseconde de ruiner la situation par un mauvais mouvement. Heureusement, les vies ne sont pas comptées. La seule conséquence de rater son coup, c’est de perdre du temps : vous reviendrez au dernier point de contrôle instantanément. Ceux-ci sont parfois loin, vous obligeant à recommencer quelques minutes de jeu. La difficulté se situe donc plus au niveau de la patience.

Malheureusement, quelques éléments ne vous aident pas du tout à garder votre patience. Un monde de glace qui rend le contrôle encore plus difficile ? Check ! Un monde volcanique avec des niveaux où la lave en fusion monte tranquillement, obligeant un parcours parfait puisque les checkpoints sont assez éloignés ? Check ! Un monde dans le noir où l’on voit à peine ses environs avec plein d’ennemis qui sont donc impossibles à éviter ? Check ! D’ailleurs, ces ennemis ne devraient pas exister dans ce jeu qui demande déjà une concentration de fer. Ces ennemis vous attaquent et volent l’or que vous avez accumulé dès que vous faites un peu de bruit. Et tout fait du bruit, y compris accrocher une corde au chariot, action essentielle pour progresser.

Chariot screenshot

Il y a aussi les caisses qui contiennent des plans pour l’obtention de gadgets : lorsque vous en croisez un, il accroche automatiquement sur le dessus de votre chariot. Et attention : si le chariot est renversé plus de trois secondes, la caisse se détruit et vous devez recommencer cette section.

Devant les boeufs

On s’arrache les cheveux, mais en même temps, la réussite de chaque niveau en devient d’autant plus satisfaisante. C’est difficile, mais pour la bonne raison : Chariot utilise sa mécanique de jeu à son plein potentiel, nous faisant traverser toutes les sortes d’obstacles possibles. C’est le genre de jeu qui donne l’impression d’avoir appris quelque chose une fois terminé, le genre de jeu qui ne peut pas être réussi par de simples coups de chance. On doit maîtriser parfaitement les mécaniques de jeu pour réussir, et on doit former une équipe à toute épreuve en coop.

Chariot est difficile à souhait, et offre un gameplay original et des contrôles précis qui rendent justice à l’idée de base du jeu. Plus frustrant que Kalimba par moment, mais tout aussi satisfaisant. C’est en quelque sorte, le meilleur jeu Ice Climber qui n’aura jamais existé. On garde les yeux ouverts pour le prochain projet original de Frima Studios, compatible avec les casques de réalité virtuelle! C’est à suivre...

 

Difficile, mais très satisfaisant
8
Difficile, mais très satisfaisant

Chariot est difficile à souhait, et offre un gameplay original et des contrôles précis qui rendent justice à l’idée de base du jeu.

Catégories
CritiquesFaits au Québec
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Un commentaire
  • Montréal joue : les indies à l'honneur – partie 1 – Multijoueur
    11 mars 2015 at 11:37
    Laisser un commentaire

    […] Tout droit venu des studios Frima de Québec, Chariot est un jeu de plateforme coopératif sorti depuis cet automne sur Xbox One, PS4, Wii U et PC. Dans Chariot, vous incarnez une princesse (et/ou son fiancé) dont le père, le roi, vient tout juste de décéder. Votre mission : transporter son cercueil sur roues jusqu’à son tombeau pour qu’il soit enterré. Mais ce roi arrogant ne se laisse pas oublier aussi facilement. Son fantôme ne cesse pas de se plaindre en prétextant que les tombeaux que vous daignez lui offrir ne sont pas assez grandioses pour lui. C’est ainsi que vous traverserez tout le royaume à la recherche de l’endroit parfait où il pourra reposer en paix, traînant le chariot de Sa Majesté comme un boulet, bravant le froid des cavernes glacées et sautant par-dessus les marées de lave en fusion. Pour en savoir plus, vous pouvez aller jeter un oeil sur notre critique. […]

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet