Ancestors de Patrice Désilet s’annonce avec Panache

Patrice Désilet, anciennement directeur créatif chez Ubisoft, a annoncé le premier projet de son studio indépendant Panache Digital Game : un jeu épisodique d'action-aventure-survie à la troisième personne.

Ancestors Banner

Le très connu développeur québécois Patrice Désilet était invité d’honneur à la conférence Reboot Develop (23 au 25 avril 2015), la plus grosse convention pour les développeurs de jeux vidéo en Europe du Sud-Est. Sa conférence intitulée 15+ years of AAA game development : what now? ouvrait l’événement. Il en a profité pour annoncer le nouveau jeu du studio Panache Game Digital, studio indépendant qu’il a fondé en 2014, Ancestors : The Humankind Odyssey. Les spectateurs ont eu droit à une vidéo intrigante sur le projet. On nous ramène aux premiers hommes, en passant par les premiers outils, puis on y lit ensuite des clins d’œil peu subtils aux épopées des différents protagonistes d’Assassin’s Creed et Prince of Persia. On termine le tout avec les mots «It is time for something new, for the greatest adventure of all our own».

Jusqu’ici, nous n’avons pas eu plus de détails. Cependant, il est facile de tirer des conclusions de la vidéo ainsi que du titre du jeu. Nous allons probablement avoir affaire à une aventure qui part du début de l’humanité et progresse en suivant la temporalité, à travers les moments marquants de l’évolution. Le jeu sera développé en mettant l'accent sur des aventures courtes et épisodiques et on nous promet une expérience de jeu de qualité Triple A. Désilet dit : « À travers chacun des épisodes, nous voulons que le joueur revive les plus grands moments de l’humanité à la façon d'un documentaire. » Plus d’informations devraient suivre cette année.

 

Ubi vs Désilet, les droits de 1666 : Amsterdam, une bataille qui continue

Patrice Desilet

Patrice Désilet a profité de sa conférence pour faire un point avec les médias. Il faut savoir que lors de son séjour chez Ubisoft, le créateur a travaillé sur Assassin’s Creed, Assassin’s Creed II ainsi que Prince of Persia : The Sands of Time, avant de partir une première fois en 2010. De retour dans le jeu en 2011 chez l’implantation montréalaise de THQ, il y restera jusqu’en 2013, avant que cette branche soit vendue à Ubisoft. Il se fera remercier en mai 2013, alors qu’il développait un projet nommé 1666 : Amsterdam. Il faut croire qu’il a un penchant pour les jeux qui prennent place dans le passé. En bataille juridique avec son ex-employeur pour les droits d’auteur du projet 1666 : Amsterdam depuis juin 2013, Désilet a glissé quelques mots sur l’affaire pendant Reboot Develop. Indiquant que la poursuite de 400 000 $ continuait, il a exprimé les hauts et les bas qu’il a vécu alors qu’il travaillait pour la compagnie, ainsi que les motifs de la poursuite. Il dit notamment : « Je n’ai rien contre la compagnie Ubisoft. Je n’ai rien contre les gens à Ubisoft qui travaillent sur ces excellents jeux. C’est un problème d’affaires. Sans Ubisoft et les grosses équipes qu’ils m’ont données, je ne serais pas ici. Je suis content – c’est la première fois que je le dis. »

Action, réaction

Après une courte recherche sur la conférence de Désilet, l’annonce d’Ancestors ne fait pas l’unanimité. On nomme évidemment des chances que le jeu soit une copie conforme d’Assassin’s Creed sans Eizo, Desmond ou les Templars. Ce qui a fait le plus réagir les utilisateurs de la Toile est le mot « épisodique ». On parle du terme comme une façon de voler les utilisateurs et d’une excuse pour livrer un jeu court, incomplet, mais rapidement, réflexion probablement fondée sur les jeux livrés à la bâcle dernièrement. Patrice Désilet répond en faisant un parallèle entre le jeu et la télévision. « Qu’est-ce qui est trop court? Pourquoi faire des jeux de 35 heures? », demande-t-il. « Les épisodes de grosses émissions de télévision sont deux heures maintenant. Pourquoi est-ce que 30 minutes c’est trop court? »

Pas facile de créer du contenu interactif, informatif et intéressant tout en respectant la production de contenu sur une base épisodique qui laisse le joueur sur sa faim… mais pas trop. C’est un défi auquel devra faire face l’équipe composée d’une demi-douzaine de personnes chez Panache Digital Game. Jusqu’à présent, j’arrive assez bien à imaginer l’idée de la troisième personne et du jeu documentaire. Je vois le projet comme un genre de film interactif où l’on doit s’adapter à chaque situation, avec des cinématiques qui accompagnent le joueur tout au long des épisodes, un peu comme Uncharted. La mission de vouloir nous procurer une expérience  triple A me semble tout de même comme un gros défi. Les jeux indies ont leur charme et bien que Désilet ait plus de 15 ans d’expérience dans l’industrie (d’où le titre de son panel), il est difficile de délivrer un produit similaire avec des ressources réduites, tant monétaires qu’humaines.



Catégories
ActualitésFaits au Québec
Force, sagesse, courage, Marilou aka Ribanne s’est initiée aux jeux vidéo avec la Sega Genesis et n’a pas arrêté depuis. Lorsqu’elle n’est pas sur les bancs d’école où elle étudie la communication, elle est sans doute en train de faire des modèles réduits ou de s’informer des nouvelles du jeu vidéo et de la techno. Son conseil : Swim against the current.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet