Satoru Iwata – Retour sur sa vie purement Nintendo

Hier, on apprenait la mort du président de Nintendo, Satoru Iwata. Le dirigeant de la compagnie japonaise est devenu rapidement une figure emblématique chez Nintendo avec le créateur de Mario, Shigeru Miyamoto et Reggie Fils-Aimé, président de Nintendo of America. Voici une rétrospective de son travail au sein de la célèbre compagnie.

Un petit visage souriant, un air sympathique et une gestuelle éloquente pour nous livrer “directement” des nouvelles : quand on mentionne Nintendo, on sait bien qui était son président. Cependant, beaucoup ignorent que Satoru Iwata n'a pas été catapulté à la tête de Nintendo par hasard, il a littéralement passé sa vie professionnelle entre ses murs et grandit avec.

Marcher dans le HAL du succès

54838-Balloon_Fight_(USA)-2

Balloon Fight

Originaire de Sapporo, au Japon, Satoru Iwata montrait un intérêt démarqué pour les jeux vidéos. À l’adolescence, il créait déjà des jeux électroniques par lui-même sur des calculatrices et les distribuait à d’autres écoliers. Iwata a apporté cette passion plus loin en allant à l’institut Technologique de Tokyo où il a fait ses études en sciences informatiques.

Sa relation professionnelle avec Nintendo a commencé lorsqu’il faisait de la pige pour HAL Laboratory, une division de Nintendo of Japan. Dès sa graduation, Iwata rejoint les rangs de la compagnie et devient coordinateur de la création de logiciels en 1983. Plusieurs jeux sur lesquels il travaille sont maintenant des classiques de la collection Nintendo, tels que Balloon Fight, Earthbound et la série Kirby. En 1993, Iwata devient président de HAL Laboratory et continue de travailler conjointement avec Nintendo pour créer des jeux de qualité. Il va sans dire que c’est sous sa responsabilité en tant que président que le jeu Super Smash Bros. ainsi que la série Pokémon sont développés.

Briser la chaine, instaurer du nouveau

En 2000, Satoru Iwata travaille directement chez Nintendo en tant que chef de la planification corporative. Son ascension ne fait que continuer, puisqu'il succèdera à Hiroshi Yamauchi pour devenir le quatrième président de Nintendo et le premier en dehors de la famille Yamauchi à prendre les reines de la compagnie en 2002. Son amour pour la compagnie HAL n’était décidément pas terminé, car tout en tenant la barre du vaisseau Nintendo, il continue à y offrir ses services de consultation. C’est par ailleurs grâce à son aide que Super Smash Bros. Melee arrive sur le marché à temps.

Durant sa présidence, on a pu voir trois générations de consoles de salon se succéder ainsi que la continuation de sa domination du marché des consoles portables. La liste est longue : la Gamecube, le succès fracassant de la Wii, la période trouble de la Wii U en plus de l’avènement de la Nintendo DS et de la Nintendo 3DS. Le renouveau et le risque étaient aussi à l’ordre du jour. Brisant lentement mais surement le conservatisme de Nintendo, Iwata a pu instaurer de nouvelles mesures pour pousser la compagnie vers le 21e siècle. Durant les dernières années, on a pu notamment constater une plus grande ouverture du studio en partageant au public ses secrets dans une section de leur site officiel nommée Iwata asks. Une autre décision-choc arrive lorsqu’il décide de prendre les reines de Nintendo of America. Il décide alors de supprimer les conférences en personne à l'E3 ou d’autres évènements du genre, et de faire naître à la place une réelle révolution dans le domaine du marketing avec les capsules Nintendo Direct.

La fameuse capsule de l'E3 fait des petits avec plusieurs annonces diffusées “en direct” avec des vidéos préenregistrées au fil de l’année.

La tourmente de Nintendo

Cependant, la présidence de Satoru Iwata n’a pas été des plus faciles. Durant la fin des années 90, Nintendo est passé de chef de file à bon dernier avec le résultat des deux dernières consoles. Le refus de la compagnie d’utiliser des disques pour la Nintendo 64 avait refroidi les développeurs et le succès commercial de la Gamecube fut très modéré en comparaison avec la Xbox et la PlayStation 2.

Même si la Wii a été un succès fracassant, les développeurs de tierce partie se gardaient une gêne à produire des jeux qui satisferaient l’enthousiaste comme l’expert. Le manque de puissance de la console par rapport à la Xbox 360 et la PlayStation 3 était la raison pour laquelle les compagnies snobaient la petite console. Iwata a aussi pris la malheureuse décision d’aliéner son public fidèle pour aller chercher les masses du marché du joueur occasionnel. On se rappellera l’annonce de la maintenant défunte Wii Vitality Sensor à la conférence de l’E3 en 2009. La presse était restée de glace devant ce gadget et les fans de Nintendo avaient senti leur confiance trahie.

Difficile également de ne pas évoquer la catastrophe qu’est la Wii U. Vrai, c’est possiblement la console de nouvelle génération qui offre, encore aujourd’hui, le plus de jeux intéressants. Mais ses ventes extrêmement faibles ont fait fuir les compagnies tierces approchées pour produire des titres sur la console. Ubisoft a notamment changé ses plans d’exclusivité de Rayman Legends pour le rendre multi-consoles, en enlevant les niveaux et les défis requérant le gamepad. Plus tard, Shigeru Miyamoto avoue l’échec de la console en mentionnant que les consommateurs n’ont pas compris son concept.

Iwata-and-the-Bananas

Une transformation réussie

Jusqu’à son dernier souffle, Satoru Iwata a continué à faire grandir Nintendo. De peine et de misère, il a changé plusieurs aspects qui maintenaient Nintendo dans une ère ancienne. Elle est maintenant plus ouverte et connectée que jamais avec son public. Les décisions d’Iwata n’ont pas toujours été les meilleures et certaines ont même été nuisibles à la compagnie qu’il dirigeait. Mais personne ne peut être parfait et Satoru Iwata l’a bien fait sentir en donnant un visage humain au monolithe que Nintendo était devenu.

Sayonara

On en savait peu sur l’état de santé du jeune président. En 2014, alors âgé de 54 ans, il s’est absenté de l'E3 pour soigner un problème de tumeur à la vésicule biliaire. Laissant ses complications de santé en arrière-plan et gardant son sourire enthousiaste pendant l’année suivante, son décès à l’âge de 55 ans étonne et attriste des millions d’amateurs de jeux vidéo. Un grand homme? Absolument.  L’absence du considérable Iwata laissera certainement un vide dans le cœur des gamers. Ses capsules vidéos sympathiques nous manqueront, maintenant qu’il fait partie des figures symboliques de l’histoire du jeu vidéo. Et il continuera à livrer les nouvelles “directement” de l’autre côté..

Sayonara, Iwata-san.

Catégories
ActualitésOpinion
Cofondateur de Multijoueur, Bruno est un grand passionné de l'industrie vidéoludique. Non seulement il aime jouer, mais il adore discuter de cet univers. N'ayant pas la langue dans sa poche, il ne se gêne pas de critiquer les erreurs qui passent sous ses yeux!
Un commentaire
  • 7h0m
    13 juillet 2015 at 10:21
    Laisser un commentaire

    Bon article, mais un petit détail, la Gamecube a eu un ”succès” commercial sensiblement égale à la Xbox à travers le monde.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet