Rocket League – Du plaisir explosif

Rocket League est le dernier né de la famille Psyonix et le successeur du méconnu Supersonic Acrobatic Rocket-Powered Battle-Cars sorti sur PlayStation 3 il y a sept ans de cela. L’objectif est simple : jouer au soccer à l’aide de véhicules téléguidés allant à des vitesses incroyables. Mais derrière cette simplicité se cache un niveau de complexité fantastique ainsi qu’un jeu incroyablement amusant et addictif.

Sur le principe, Rocket League est facile à comprendre. Il suffit de pousser un énorme ballon dans un but de soccer le plus souvent possible dans un espace de 5 minutes. Cela tout en étant aux commandes d’une voiture téléguidée supersonique. Celle-ci dispose de plusieurs capacités : elle peut sauter, utiliser son frein à main et accélérer à des vitesses élevées via l’utilisation de son turbo, une ressource se récupérant via des bases de recharges réparties un peu partout dans l’arène. Avec aussi peu à apprendre initialement, il est facile et rapide de se mettre aux commandes de notre voiture et d’aller entrer en collision avec le ballon dans l’espoir de marquer des buts.

rocketleague_2

Simplicité et maîtrise

Mais même si le jeu est très simple en surface, il suffit d’y jouer quelques heures pour rapidement faire face à un niveau de complexité et de profondeur assez élevé. Alors que les premières parties sont principalement gérées par le plaisir du chaos ambiant des voitures entrant en collision dans l’espoir de toucher à la balle pour ensuite l’envoyer dans des directions quasi incontrôlables, il en est tout autre dès que l’expérience et la finesse entrent en ligne de compte.

Plusieurs mécaniques demandant de la pratique, de l’expertise et beaucoup de patience sont une part essentielle du jeu. Il faut savoir bien maîtriser l’utilisation du turbo et de ses multiples utilités autant défensives qu’offensives. Il faut bien connaître ses angles, contrôler sa vitesse, apprendre à être patient avec la balle, éviter le chaos, bien se positionner, avoir le bon élan, savoir bien se contrôler sur les murs et plus encore. Ce jeu est régi entièrement par la compétence et l’expérience des joueurs se trouvant derrière le volant et aucun élément superflu ne vient changer cela lors d’une partie. Ce sont ces éléments qui transforment un jeu si simple d’apparence en une histoire d’angle, de positionnement et d’élan résultant à un but bien exécuté.

 

Du pareil au même

Rocket League n’offre malheureusement qu’un seul mode de jeu. Celui-ci venant sous plusieurs formes, il permet aux joueurs de s’affronter en ligne, faire une partie rapide contre l’IA ou bien démarrer une saison de plusieurs parties contre des équipes composées d’IA. Quel que soit le choix, il faut aussi décider du nombre de joueurs qui seront présents dans chaque équipe et puis finalement si nous voulons jouer pour le plaisir ou en format compétitif. Le jeu offre aussi bon nombre d’arènes visuellement uniques mais qui au final n’offrent rien de plus outre un environnement extérieur différent, hormis une seule se situant la nuit étant donc de facto plus sombre.

Dans le mode saison, il est possible de choisir la composition des équipes, le nombre de parties devant être jouées et le niveau de l’IA qui composera les équipes. Il est par contre dommage qu’il soit impossible de faire une saison en ligne en équipe avec ses amis alors que l’option est disponible en split-screen sur la Playstation. Ce n’aurait bien évidemment pas été aussi amusant qu’une partie contre d’autres joueurs mais l’accomplissement contre des IA de haut calibre aurait pu être assez intéressant à partager.

Jouer en ligne est tout de même l’aspect le plus intéressant et addictif du jeu. L’importance du talent rend l’IA incroyablement puissant vu sa capacité à bien contrôler ses angles et sa vitesse tout en évitant de se mêler ou participer au chaos créé par les joueurs. Par contre, même si l’IA semble avoir des capacités surhumaines, il agit tout de même comme un robot et cela le rend difficilement viable comme outil de pratique. Ses capacités dépassent celles du chaos habituel tout en n’atteignant pas celles des meilleurs joueurs humains dû à son incapacité à prendre des risques ou faire des jeux potentiellement dangereux. Se pratiquer contre l’IA ne réflète donc pas la réalité actuelle et vécue du jeu en multijoueur.

Même si le jeu n’offre qu’un seul mode de jeu, cela ne le rend tout de même pas inférieur. Il est tout aussi addictif et le nombre de joueurs présents dans une partie influence grandement le déroulement des matchs. Je crois tout de même qu’il serait intéressant de voir une expansion de ce côté, ou bien minimalement une différence de positionnement des bases de Turbo d’une arène à l’autre.

Rocket League_20150718163141

Pimp my ride

À la fin de chaque partie, une modification visuelle pouvant être appliquée à son véhicule est donnée à chaque joueur. Elles viennent sous plusieurs formes (voitures, antennes, chapeaux, etc.) et n’affectent en aucun cas la partie. Cela prend presque 200 matchs pour posséder l’entièreté des modifications, permettant de changer sa voiture en création unique comparée à celle de nos co-équipiers. Malheureusement, ces modifications étant octroyées après chaque partie peu importe le résultat, il est difficile de considérer ceux-ci comme étant un élément de progression et le gain récurrent fait disparaître rapidement le plaisir qu’il peut y avoir à acquérir un nouvel objet. Cela me prit moins de 20 heures de jeu pour posséder l’entièreté des cosmétiques et même si ce n’est pas grand-chose, j’ai maintenant l’impression que chaque fin de partie est un peu moins agréable car je sais qu’il n’y a plus cet élément hors jeu pouvant être reçu. Je suis tout de même heureux de pouvoir aller modifier mes véhicules entre chaque partie et posséder un nombre d’options tout de même incroyable.

cb18377ca39492086b60fc165a402083

Il n’y a pas que l’arène

Même si le jeu en soit est excellent, les fonctionnalités hors-parties sont aussi à pointer du doigt positivement. Il y a plusieurs façons de modifier nos options de caméra et notre champ de vision, permettant de mieux voir la balle et l’environnement nous entourant une fois en jeu. La page de statistiques personnelles est aussi très complète et indique bien nos performances en jeu via nos buts, assistances, taux de victoires et j’en passe. La trame musicale de type Trance a bien sa place dans le jeu à l’apparence futuriste et se mêle parfaitement au chaos ambiant des parties. Finalement, il faut préciser qu’il est possible de choisir sur quels serveurs nous voulons être jumelés contre d’autres joueurs lorsque l’on recherche une partie. Malheureusement, cet outil semble être ignoré par beaucoup de joueurs car il n’est pas rare de se retrouver à jouer dans la même partie que d’autres joueurs ayant des problèmes énormes de latences, affectant la partie entière de façon négative.

le jeu compte aussi bon nombre d’éléments importants pour un jeu compétitif. Le système de classement compétitif est excellent et fonctionne très bien. Il est possible d’aller voir le tableau des classements et prendre conscience d’où nous nous situons par rapport aux autres. Après chaque partie, il est possible de sauvegarder le replay du match pour ensuite allez le visionner et étudier ses forces et faiblesses. Il n’y a présentement pas de mode spectateur de disponible dans le jeu mais il fut annoncé que ça ferait partie de la prochaine mise à jour qui sera disponible lors du mois d’août.

 

Du plaisir garanti

Somme toute, Rocket League n’est bien évidemment pas parfait mais offre tout de même une expérience de jeu incroyablement amusante et addictive. N’ayant jamais aimé les jeux de voitures ou bien les jeux de sports, je ne m'attendais jamais à avoir autant de plaisir avec ce jeu. La simplicité, l’accessibilité, la rapidité des parties et la profondeur du jeu font de celui-ci un chef d’œuvre permettant à bon nombre de joueurs d’avoir une expérience de jeu incroyable,  même à travers ses quelques problèmes de latence, son manque de progression à long terme et sa répétition.  L’attrait du jeu est facile à comprendre et il est facile de prédire un futur positif pour ces voitures téléguidées supersoniques. Futur qui viendra bientôt sous forme de DLC qui inclura de nouvelles voitures ainsi que des modifications visuelles pour celles-ci et pour les véhicules déjà existants.

RocketLeague_04-1024x576

Catégories
Critiques
Grandissant entouré de jeux vidéo, jeux de rôle et jeux de société de toute sorte, Alexandre est aujourd’hui un passionné des passe-temps geek. Étant gamer de longue date, il préfère les MMORPG et les MOBA mais rien ne l’empêche d’apprécier tous les genres, tant qu’ils sont disponibles sur PC. Alex s’intéresse aujourd’hui à l’histoire des jeux vidéo depuis le boom internet des 10 dernières années, une page tournante de l’industrie.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet