La copie de l’inspiration

Qu’est-ce qui différencie l’inspiration de la copie? Dans l’industrie du divertissement, que ce soit dans le domaine cinématographique, vidéoludique ou même les jeux de table, l’inspiration est nécessaire pour faire progresser les idées. Cependant, où doit-on tirer la ligne?

Je soutiens souvent que Game Dev Tycoon s’est inspiré de Game DevStories et n’est donc pas une copie de ce dernier. En contrepartie, je crois que Plague Inc: Evolved est une copie conforme de Pandemic. J’assume que mes jugements sont objectifs et j’essaie en vain d’expliquer pourquoi il en est ainsi. De même, le succès de Game Dev Tycoon a poussé certains développeurs à créer d’excellents jeux inspirés de ce dernier tels que Software Inc, qui pousse le concept encore plus loin en instaurant un système “à la Sims” où l’on doit construire et agrandir le bâtiment dans lequel les employés de notre compagnie travaillent pour créer des jeux, des systèmes d’exploitation et d’autres logiciels. Parallèlement, un autre développeur travaille de son côté pour créer Mad Games Tycoon, un autre jeu encore plus ressemblant à Game Dev Tycoon et pourtant clairement différent. Ces deux jeux n’en sont qu’à la phase “early access” au coût de 20 à 30 dollars canadiens.

Il est pratiquement impossible de délimiter objectivement une différenciation entre deux concepts extrêmement subjectifs. Dans le cas de la copie conforme, il est clair que l’on peut déterminer que, par exemple Madden 09 est une copie de Madden 08… Mais cela ne surprendra et n’offensera personne. D’autant plus que c’est ce que les amateurs de ce jeu désirent chaque année, une version mise à jour de leur jeu de football préféré. Dans le cas de jeux créés par des compagnies et des développeurs différents, la question est beaucoup plus complexe et litigieuse. Pensez notamment à tous les titres ressemblant à Minecraft sur toutes les plateformes...

Comme je l’évoquais plus tôt, l’encre a beaucoup coulé pour décrier GreenHeart Games (Game Dev Tycoon) en tant que copieur de Kairosoft (Game Dev Stories). Et de même pour Softonic (Plague Inc.) et Dark Realm Studios (Pandemic). Il y a aussi eu une bonne controverse entre les applications mobiles 2048, qui est gratuite, et le jeu Threes qui est payant. La question qui revient souvent dans ces cas-là est celle des droits d'auteur. Est-ce qu'une compagnie peut détenir des droits sur des mécaniques de jeu? Ou alors est-ce que ces droits devraient être uniquement applicables aux éléments visuellement artistiques? Le débat a toujours eu sa place dans le divertissement et particulièrement dans celle des jeux vidéo.threes-vs-2048

Crédit image : businessinsider.com

Pourtant, c’est l’inspiration et l’évolution entre les divers jeux à travers les âges qui permettent à l’industrie d’évoluer et de s’améliorer avec le temps. Dans un passé pas si lointain, on accusait tous les FPS créés après Doom d’être des “Doom-clones”. Petit à petit, le terme FPS ou tir à la première personne a fait son chemin et est maintenant une catégorie proprement dite. Aujourd’hui, on voit naître de nouvelles catégories de jeux qui ne sont pas toujours bien identifiées comme les “Rogue-likes” qui deviennent tranquillement des jeux procéduraux.

Au lieu de s’obstiner à savoir si l’un a copié l’autre ou si l’autre s’est inspiré d’un tel pour un meilleur résultat, on n'a finalement qu’à choisir son préféré et continuer d’apprécier une industrie qui s’améliore toujours de génération en génération.

crédit de l'image en bannière : usgamer.net

Catégories
Opinion
Étudiant en conception de jeux vidéo de l’UQAC et amoureux de l’industrie des jeux vidéo, Simon aime partager sa passion à tous ceux qui veulent bien en savoir davantage. Jeux vidéo, jeux de société, cinéma... bref, tous les médiums du divertissement sont au cœur de ses préoccupations.
2 commentaires
  • Magus
    22 août 2015 at 05:31
    Laisser un commentaire

    Le problème des copies c’est surtout une histoire d’argent. Sans même parler des conflits pour plagiat que ça peut générer entre les développeurs de jeux vidéos, pour le consommateur c’est un réel problème. Car quand on a déjà pour avoir un jeu, payer encore une fois pour le même jeu mais avec quelques features en plus, c’est pas super.

    • Simon Côté-Duchesne
      22 août 2015 at 11:59
      Laisser un commentaire

      Je suis bien d’accord que c’est un problème d’argent, mais parfois beaucoup plus pour les développeurs que pour les consommateurs. Par exemple avec 2048 qui a carrément copié les mécaniques en place dans l’application Threes et qui a distribué le jeu gratuitement en y ajoutant des publicités pour rentabiliser le titre.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet