Amplitude – Un voyage synesthésique

Bannière Amplitude
Bannière Amplitude

Avant Rock Band et Guitar Hero, Harmonix nous était arrivé avec un concept de jeu de rythme complètement fou sur PlayStation 2 avec Frequency et Amplitude. Le joueur devait jouer l’équivalent d’un Rock Band à 3 boutons, mais sur plus de 5 rangées de notes différentes, représentant chacune un instrument. Sa trame sonore mémorable, son contrôle unique et son ambiance abstraite et futuriste se sont gravés dans la mémoire de ses fans, pour qui Amplitude est devenu un des classiques de l’ère PS2. Tout le monde en redemandait.

On nous a servi un Rock Band Unplugged sur PSP, un Rock Band Blitz sur Xbox 360 et PS3, mais même avec un gameplay semblable, ils ne réussissaient pas à capturer l’esprit si unique d’Amplitude. Après s’être fait harceler par les fans pendant des années, Harmonix a réalisé qu’il y avait une demande pour un nouveau jeu dans la série, et ont démarré un Kickstarter. Sans avoir atteint des montants record, ils ont réussi à amasser 844 127 $, dépassant de peu leur objectif de 775 000 $. C’est donc après un an et demi que le nouveau Amplitude sort sur PlayStation 4 et PlayStation 3.



Trois boutons, c’est simple, et c’est beaucoup plus libre que vous pensez. En fait, une multitude de configurations sont disponibles, vous laissant choisir votre mode de contrôle idéal. C’est un bel inversement de ce qu’on a l’habitude de voir, puisque c’est généralement nous qui devons nous ajuster au contrôleur conçu pour le jeu, et non le contrôleur qui s’ajuste au joueur pour personnaliser l’expérience.

Des bonus apparaissent parfois sur votre chemin : si vous réussissez à frapper toutes les notes qui le compose, on vous récompense avec un pouvoir qui s'active avec le bouton X, qui multiplie le score, complète automatiquement une piste, ralentit le tempo, ou vous fait entrer dans un mode d'improvisation.

Un tout homogène

Un des aspects les plus intéressants du jeu, c’est qu’il contient une campagne de 15 chansons originales, un album concept qui relie la musique et le style visuel du jeu dans un tout homogène. C’est un voyage expérimental à l’intérieur du cerveau de Sarah, qui semble être dans le coma. Le tout se termine en crescendo synesthésique à en donner froid dans le dos, et qui n’a rien à envier à Rez.

En plus de ces 15 chansons, on a droit à une quinzaine de pistes supplémentaires d'artistes tels que Freezepop, Jim Guthrie, Danny B., Insomniac Games, Symbion Project, Wolfgun et plusieurs autres. Quelques-unes sont très accrocheuses et même après des dizaines d'écoutes, je ne m'en suis pas encore lassé. Ça semble peut-être mince comme trame sonore (une trentaine de pistes), mais il faut se rappeler qu'Amplitude est un jeu à 20$, et qu'il offre quand même pas mal de contenu pour son prix.

Amplitude est beaucoup plus intense que la plupart des autres jeux de rythme sur console selon moi. Il demande plus d’observation pour enchaîner les combos, mais surtout, il vous demande de réussir des sections de 4 ou 8 beats sans manquer une seule note, ce qui est beaucoup plus sévère qu’à l’habitude. Si on manque une note dans Rock Band ou Guitar Hero, on perd des points, mais on continue comme si de rien n’était. À difficulté élevée, les notes sont nombreuses et rapprochées. Bien qu’accessible au débutant, il offre beaucoup aux habitués des jeux de rythme. C’est en partie pourquoi il fut un succès culte sur PlayStation 2, et pourquoi je l’adore.



Un mode multijoueur sympathique

En multijoueur, c’est un peu plus chaotique : 2 à 4 joueurs tentent en même temps de faire le plus de points possible en se promenant d’une piste à l’autre. L’embûche, c’est que s’il y a déjà un vaisseau présent sur une piste, lorsque vous décidez d’aller sur celle-ci, vous vous retrouvez derrière l’adversaire, et il est alors impossible pour vous de faire des points, sauf s’il décide de se déplacer. C’est donc beaucoup plus difficile d’enchainer des combos parfaits, puisque la plupart des allées sont généralement occupées. Votre seule solution, c’est d’utiliser le bonus « eject » pour l’envoyer ailleurs, ce qui brise son combo et vous libère le chemin.

Puisque tout le monde joue sur la même chanson au même moment dans le mode multijoueur, ça créer un nouveau problème : tout le monde doit jouer à la même difficulté. C’est pratiquement impossible de réunir quatre joueurs du même calibre, on se retrouve donc avec un énorme débalancement, si on compare à Rock Band, dans lequel on choisit individuellement sa difficulté.

Le vrai plaisir compétitif est présent dans les tableaux de classement pour chaque chanson, qui vous incite à vous améliorer. J’ai bien aimé l’ajout d’un score total qui combine tous vos meilleurs scores. Je me suis surpris à tenter d’améliorer mes plus faibles pointages pour augmenter le grand total : ce fût un des éléments qui m’ont fait rejouer, même après avoir complété la campagne.

Par ailleurs, les chansons bonus se débloquent après en avoir complété un certain nombre. La plupart du temps, nous n’avez qu’à essayer les nouvelles pistes disponibles, et en rejouer quelques-unes pour débloquer la prochaine.



La récompense ultime, la « Super difficulté », vous demandera énormément d’effort : vous devrez compléter les quinze pistes de la trame sonore originale à expert. Cette nouvelle difficulté comporte les mêmes notes qu’à « expert », mais contient uniquement le bonus « multiply », et il y est impossible de regagner de l’énergie. Les pistes réapparaissent plus rapidement, il est donc possible de faire beaucoup plus de points.

Amplitude est exactement ce dont ont pouvait souhaiter d'une suite, avec une excellente trame sonore, un design futurisme original, et un contrôle toujours aussi précis. Je suis hautement satisfait du résultat, et serait même prêt à acheter n'importe quel éventuel DLC.

Que dire de plus?
10
Que dire de plus?

Amplitude est exactement ce dont on pouvait souhaiter d'une suite, avec une excellente trame sonore, un design futuriste original, et un contrôle toujours aussi précis.

Catégories
CritiquesPlaystationPlaystation 3
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Un commentaire
  • Marc-André Blondin
    16 janvier 2016 at 17:08
    Laisser un commentaire

    J’approuve ta critique Martin: C’est vraiment un jeu hors du commun avec une trame sonore exquise, une présentation impressionnante, et une jouabilité excitante. Je n’y aurais pas mis une note parfaite, mais ça n’aurait pas été loin.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet