Starfox Zero: Comment tuer un renard

Le retour de la grande franchise Starfox sur nos consoles était attendu de pied ferme. Après le saut d’une console, de la Gamecube à la Wii U, j’avais hâte d’y mettre mes mains et reprendre le vol avec Peppy, Slippy, Falco et Fox. Pourtant, personne n’avait prévu que le jeu soit un désastre interstellaire de cette envergure.

Starfox Zero aurait pu être quelque chose de grandiose et d’intéressant. Avec toute la force que la Wii U offre ainsi que d’excellents titres déjà présents tels Mario Kart 8 et Super Mario 3D World, on aurait pu espérer ce qu’il y avait de mieux pour la série. Pourtant, c’est possiblement un des plus grands écrasements que j’ai vus à ce jour.

Vers l’infini et plus moche encore

S’il y a bien une chose qui échappe à ma compréhension, c’est la manière dont ils ont pu décider de livrer un jeu si laid et si… polygonal. Les ennemis rencontrés ressemblent souvent à des formes géométriques sans personnalité, souvent sortis tout droit de Starfox 64, ou pire encore, de Super Nes. Il semble que presque aucun effort n’ait été donné pour que le jeu jouisse de quelconques avantages de la Wii U. On ne retrouve aucun effet spectaculaire, pas de jeux de lumière attrayants : que des polygones qui se heurtent les uns contre les autres dans une cacophonie de couleurs vives et criardes.

gmex9FN

Les niveaux semblent dénués de toute beauté ou de spectacle. On y retrouve des colonies avec des bâtiments plus pointus et affreux les uns que les autres. Par exemple, la planète Corneria semble ne pas avoir vieilli visuellement depuis notre dernière visite au Nintendo 64. Pour un titre sur une console en présumée fin de vie, c’est inexcusable. La majorité des lieux dans lesquels on nous parachute sont le plus souvent vides, sans attrait ni signe de vie outre quelques formes polygonales étranges. On retrouve soit une désolation de textures laides, soit un horizon étoilé sans contenu.

Zéro contrôle

Un jeu ayant une apparence très peu reluisante est, à mon avis, une faute pardonnable si ce dernier reste amusant. Malheureusement, Starfox Zero est réellement douloureux à jouer. L’introduction nous présente comment contrôler notre Arwing via le gyroscope du gamepad et dès lors, on peut noter qu’il est extrêmement difficile de piloter quoi que ce soit. L’idée aurait pu être très applicable étant donné que Splatoon a implémenté l’idée avec un bon succès. Ceci étant dit, un autre gros problème est que Zero demande de regarder deux écrans en même temps. La télévision présente une caméra classique à la série, à la troisième personne et le gamepad offre une vue du cockpit. Sur papier, le concept peut sembler excellent, mais la dépendance au gyroscope rend le mélange réellement chaotique et injouable.

scZO0BI

Quand la situation demande d’être précis, on se heurte à des objets ou des ennemis, mais quand on demeure en mode classique, on se fait punir par des ennemis qui ne sont que visibles via l’écran du gamepad. Le changement de vue constant devient réellement difficile et rend bien souvent des combats contre certains ennemis excessivement difficiles pour de très mauvaises raisons. Particulièrement les zones de combats en 360 degrés, qui étaient une épreuve à cause de la nécessité du mode cockpit.

Si ce n’était pas assez, toute communication se fait directement à travers les haut-parleurs du gamepad plutôt que directement sur la télévision. Encore une fois, le concept peut sembler intéressant, mais il devient rapidement lassant vu qu’il y a déjà une surcharge cognitive à gérer entre les deux écrans et l'action qui s'y trouve.

Une ménagerie de véhicules

Un des éléments qui permet à Starfox Zero de remonter des abysses est la variété de véhicules à travers les nombreux niveaux. Une mention très spéciale au gyrocopter qui était un réel plaisir à manipuler dans une mission furtive. Les niveaux créés spécifiquement pour chaque véhicule sont souvent une réussite et restent amusants à explorer. Toutefois, quand une mission demande l’utilisation de multiples véhicules, le résultat retourne au bordel général que le jeu a établi dès le départ avec un manque de cohésion totale entre les séquences.

StarFoxZero-Screen-Shot-42016-10.43-AM-2-980x551

La difficulté du jeu est aussi un énorme problème. La variété de véhicules est une excellente distraction d’une mission à l’autre, mais une fois que nous arrivons à la fin, c’est le coup de barre, car le jeu s’attend à ce que le joueur soit un pilote expert dans tous les domaines. Sans parler du jeu qui est incroyablement court. Une session de 3-4 heures est assez pour terminer le jeu et les différents branchements de planètes n’apportent qu’un seul et même chemin vers la fin. En dehors des médailles à cumuler à travers une exploration et une connaissance obsessive des niveaux, il n’y a pas grand-chose à gagner à rejouer Starfox Zero.

De héros à zéro

Starfox est une franchise qui est chère à plusieurs, mais le dernier chapitre de Starfox Zero est plus que décevant. S’il avait été publié en début de vie de la console, beaucoup de ces fautes auraient pu être pardonnées. Mais après trois ans et de multiples délais de livraison, Starfox ressemble plus à une démo technique qu’à un jeu complet.

Des contrôles maladroits qui rendent le jeu difficile au manque de cohésion entre les véhicules, Starfox Zero n’est réellement pas un jeu d’une qualité à laquelle Nintendo nous a habitués. Il ne donne pas envie d’être rejoué. Plutôt, le jeu ravive la nostalgie de Starfox au Super Nintendo ou celui au Nintendo 64, là ou tout était simple et cohérent, sans compliquer la sauce.

Catastrophique
4.5
Catastrophique

Un jeu qui manque de charme et qui utilise tout ce que la Wii U a à offrir de la pire manière possible. Starfox Zero est un titre à éviter à tout prix. Si vous avez accès à la console virtuelle ou à une Nintendo 3DS, Starfox 64 reste une meilleure option si vous voulez avoir un jeu de tir dans l’espace.

Catégories
Critiques
Cofondateur de Multijoueur, Bruno est un grand passionné de l'industrie vidéoludique. Non seulement il aime jouer, mais il adore discuter de cet univers. N'ayant pas la langue dans sa poche, il ne se gêne pas de critiquer les erreurs qui passent sous ses yeux!
Un commentaire
  • elementalsc
    25 avril 2016 at 11:38
    Laisser un commentaire

    C’est tellement triste… StarFox 64 a tellement marqué ma jeunesse et arrivait à rassasier autant mes instincts de joueurs d’arcade que de conquérants de l’espace. Déception :*(

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet