Overfall — une fusion de styles

C'est un studio indépendant de Turquie, Pera Games, qui nous présente ici Overfall. Ayant réussi son pari de financement Kickstarter à la hauteur de 65,000 $US, le petit groupe de développeurs veut frapper fort avec son premier jeu en carrière ! On a droit ici à un univers fantastique, une génération procédurale du contenu et des combats tour par tour. La question à poser est donc : est-ce un bon mélange de styles ?



Un univers fantastique

Dans Overfall, vous incarnez deux personnages : à la fois un guerrier et un clerc que vous pourrez personnaliser plus tard. C'est agréable de voir qu'il y aura plus de contenu au fur et à mesure de la progression du joueur, mais le choix est pas mal restreint au départ. Dans ce monde, vous discuterez, combattrez et recruterez des personnages à saveurs fantaisistes traditionnelles tels que des nains, des gobelins, des orques et des elfes. Il n'y a donc rien de bien innovant dans le fantastique présenté par Overfall. Cependant, l'ambiance est très remarquée de par les graphismes uniques et faits à la main ainsi qu'une trame sonore parfaite. Il y a aussi une touche d'humour très « pop/meme » qui n'est pas pour tous les goûts, mais qui aide à la lecture des dialogues à mon avis.20160512170211_1

Une génération procédurale

C'est là que Overfall s'impose et, surtout, inflige une lourde tâche à ses développeurs. Le monde, similairement à The Legend of Zelda : The Wind Waker, est composé d'îles qui sont libres à vous d'explorer ou d'éviter, et qui seront disposées de manière différente lors de chaque partie jouée. Ainsi, on assure une nouvelle expérience à chaque fois que l'on recommence une partie. De même, les interactions avec les personnages sur ces îles ainsi qu'entre tous les navires amis ou ennemis sont aussi aléatoirement définies. La seule information qu'on a sur une localisation avant de s'y rendre, c'est une courte description de ce qu'on peut y retrouver. Somme toute, l'aspect aléatoire assure une rejouabilité au titre, mais il est difficile de prévoir si notre prochain contact avec la population d'une île ou d'un navire sera hostile, amical ou encore garant d'une quête majeure.

20160518211734_1

Combats tour par tour

Les combats sont visuellement semblables à ceux des jeux classiques tels que Heroes of Might and Magic. On s'y retrouve naturellement. Par contre, chaque personnage a trois phases (déplacement, « buff/debuff » et attaque) et à effectuer, ce qui peut rapidement rendre les combats laborieux et lourds. Plus vous jouez, plus vous débloquez des recrues disponibles pour s'ajouter à votre groupe de deux aventuriers, ce qui, à terme, rend les combats encore plus longs. De plus, il y a aussi un système « à la Darkest Dungeon » où vous serez récompensé à la fin de chaque combat. Sauf que, ces récompenses, sont parfois des malus qui nuiront à vos prochaines batailles.

20160518214447_1

En fin de compte, il est possible que Pera Games ait tenté de toucher à trop de styles à la fois ce qui fait qu'aucun de ceux-ci n'a pu murir à point. Overfall est tout de même un beau jeu et une expérience unique que vous apprécierez peut-être pour la modique somme de 10,99 $.

Catégories
Opinion
Étudiant en conception de jeux vidéo de l’UQAC et amoureux de l’industrie des jeux vidéo, Simon aime partager sa passion à tous ceux qui veulent bien en savoir davantage. Jeux vidéo, jeux de société, cinéma... bref, tous les médiums du divertissement sont au cœur de ses préoccupations.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet