Platinum Demo – Final Fantasy XV : prélude au succès ou à la déception?

Platinum Demo est arrivé sur PS4 et Xbox One le 30 mars dernier afin de nous donner un avant-goût du 15e opus tant attendu de la saga légendaire de Square-Enix. En entrevue, Hajime Tabata et Tetsuya Nomura, les concepteurs du jeu, ont affirmé que le terme « démo » n’était pas adapté puisque cet extrait du produit fini est en fait un épisode à part entière, tenant lieu de prologue.

Bon, premièrement, il faut comprendre une chose : en écrivant cet article, je ne ferai pas une critique complète, mais je vais plutôt donner mes impressions finales sur la démo et comment celle-ci a influencé mes attentes pour l’avenir. Une alerte aux spoilers est donc de mise.

Nul besoin de dire qu’en tant que « fan fini » de la série depuis mon plus jeune âge, je me suis précipité sur Platinum Demo lorsque j’ai vu qu’il était disponible sur le PlayStation Store. Il se faisait tard déjà quand le téléchargement s’est terminé, mais comme tout bon gamer, le sommeil est relégué au rang de besoin secondaire lorsque l’aventure m’appelle. Il m’aura fallu terminer le jeu deux fois (environ 30 minutes pour une partie complète) avant de me faire une opinion sur la chose.

Le rêve du jeune Noctis

Platinum Demo nous invite à plonger dans un rêve de Noctis, notre ténébreux héros. Dans son monde imaginaire, Noctis est de retour en enfance (8 ans pour être précis) et se réveille dans une forêt luxuriante où il fait la connaissance de Carbuncle, une créature récurrente de la série. Ce dernier se présente comme étant le guide de Noctis. C’est avec cette maigre base narrative que le joueur prend contrôle de l’action et doit suivre le petit animal à travers plusieurs lieux différents, afin de récupérer des cristaux, combattre des monstres et finalement trouver la sortie du monde imaginaire.

Je veux tout de suite ouvrir le bal en affirmant que la trame narrative est faible, et ce, même pour une aventure de 30 minutes seulement. À la fin, on nous récompense avec un petit aperçu de la relation entre Noctis et son père Regis. Bien que l’aspect sentimental soit somme toute bien géré, les informations que l’on en retire sont assez banales. Bref, niveau narratif, on repassera. Après avoir complété Platinum Demo, vous ne saurez pas plus à quoi vous attendre pour le jeu complet qui sortira plus tard cette année.

Une esthétique digne des plus grands

Globalement, j’ai beaucoup aimé l’aspect esthétique du jeu. La première chose qui m’a frappé au démarrage, c’est la musique. Les aires de Yoko Shimomura, fidèle à son habitude, sont de petits bijoux de composition. Des mélodies lumineuses, colorées et surtout remplies d’émotions qui nous font vraiment sentir l’ambiance du jeu. Ma pièce favorite? La valse dans la salle de jeu (rappelant Strauss et Shostakovich, entre autres). Je n’ai pas pu m’empêcher de chercher à réécouter chaque pièce à plusieurs reprises, même après avoir terminé le jeu.

Côté graphisme, on remarque tout de suite l’attention qui a été mise dans la création de chaque environnement, chaque texture, chaque effet de lumière et modèles de personnages. Petit bémol ici par contre : les délais (ou le lag, pardonnez l’anglicisme). Dans les moments d’action, certains délais peuvent être remarqués ici et là. Particulièrement lorsque beaucoup d’effets lumineux s’entrecroisent, par exemple la lumière ambiante, les effets de certaines attaques ou encore la simple présence de plusieurs ennemis (dont les silhouettes dégagent une certaine lueur).

Où est passée la fluidité de Kingdom Hearts?

Niveau gameplay, c’est là que tombe l’épée de Damoclès. Le jeu se veut un titre d’action, similaire à l’autre enfant chéri de Nomura : Kingdom Hearts. Malheureusement, la fluidité et la rapidité des contrôles et de l’action que l’on connaît à la saga Square-Enix/Disney ne sont pas au rendez-vous dans ce titre. À la place, on se retrouve aux prises avec un Noctis rigide et statique, même lorsqu’il est hors combat. Les physiques sont atroces : aucun élan n’est conservé lorsque l’on passe de la course au saut, il est difficile de faire la différence entre la marche et le sprint et le bord des surfaces est mal délimité, ce qui fait que Noctis tombe parfois alors qu’on croit qu’il peut encore avancer. Qui plus est, la caméra n’est pas ajustable manuellement (ce qui serait merveilleux vu sa tendance à se coincer dans des structures semi-solides, bloquant parfaitement la vue du joueur). Je n’ose même pas parler des interactions avec des objets du décor. Dans les cas où cela est possible, je recommande de laisser l’objet tranquille, celui-ci pourrait décider de prendre son envol vers l’infini et plus loin encore ou même pire : se déplacer de manière erratique, vous amenant avec lui vers sa déchéance.

Un petit exemple condensé des problèmes que j'ai souligné :



 

Sur une toute autre note, le système de combat m’a paru adéquat. Je me réfère à Kingdom Hearts une dernière fois pour mentionner que le système de Platinum Demo est semblable, mais ne s’en rapproche pas beaucoup en termes de complexité, de fluidité et de profondeur.

L’impression finale est mitigée…

Là où j’ai de la difficulté à être heureux de mon expérience avec Platinum Demo, c’est que Nomura et Tabata ont stipulé que celui-ci avait été réalisé à partir de la version finale de Final Fantasy XV. Les problèmes de délais, le gameplay très décevant et les systèmes peu excitants qui ont été présentés dans ce Prologue ne donnent que des appréhensions quant au titre complet. Quand on sait que l’objectif était de donner un réel avant-goût du produit fini, le projet tombe un peu à plat.

Suite à quelques recherches, j’ai découvert que l’intention de base de la démo était de nous donner une aventure « peu émotive » qui aiderait à présenter la série à de nouveaux joueurs. À mon humble avis, ça aussi c’est un échec. Non seulement le jeu n’est pas émotif, mais il échoue aussi à être excitant. Avec une histoire plus captivante et qui donnerait envie de découvrir ce qui arrive dans le jeu complet, on aurait peut-être pu espérer attirer un nouveau public. Le centre d’attention aurait donc dû être la trame narrative, selon moi.

Considérant l’ampleur du projet Final Fantasy XV (qui contient aussi un anime de 5 épisodes et un film), ce qui nous est offert ici ne démarre pas le tout sur une note très positive. Bref, Square-Enix aurait dû nous donner un réel Prologue. Malgré les paroles des deux producteurs, je crois que « Démo » soit bien le seul mot qui convienne dans ce cas.

Il me reste tout un même un peu d’espoir. L’ambiance de la démo a su m’attirer au point d’y rejouer deux fois. J’imagine que l’univers charismatique créé par Nomura et Tabata laisse une envie tangible d’exploration, même dans sa forme la plus contenue. Ces derniers ont aussi mentionné qu’une partie complétée de Platinum Demo, débloquera du contenu supplémentaire pour Final Fantasy XV. C’est là une manière gratuite et intéressante de stimuler l’achat du jeu complet. Qui plus est, en tant que bon « fan fini », je refuse de me laisser abattre. Il n’est pas trop tard pour que l’équipe règle encore plusieurs problèmes avant la sortie. L’ampleur du produit fini et le reste de son contenu feront peut-être pâlir tous ses défauts. Qui sait…

Catégories
Actualités
Renaud Dallaire est un diplômé de Gestion des Ressources Humaines qui se passionne pour les arts et les jeux vidéo depuis un très jeune âge. Il aime plusieurs styles de jeux, mais particulièrement ceux qui présentent une esthétique unique. Ses autres intérêts inclus, mais ne se limitent pas à la musique, les séries télé et l'écriture d'oeuvres de fiction fantastique et sci-fi.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet