L’indie fait son retour au collège Dawson

La scène indie fait sa rentrée lors d'un festival au collège Dawson. Notés sur des critères aussi variés que l'innovation, le gameplay, la narration et la qualité de la trame sonore de leur jeu, une quarantaine de studios se sont battus ce samedi pour être le premier de la classe. Nous étions d'ailleurs présent pour décerner le prix du gameplay.

festival-ludique_pld_20160917_014

À Dawson, on a des simulateurs d'animaux de forêt qui traversent des autoroutes entre deux coins de verdure (Infinideer), des jeux de coopération sous-marine tentant de transposer l'expérience d'Artemis sous l'eau (The S'crew) ou encore, Karl Tremblay (des Cowboys Fringants) qui cache des monstres derrière des portes (Gauche-Droite : le Manoir ) dans un jeu tablette signé Triple Boris.

 

festival-ludique-gagnants_pld_20160917_106Malgré toute cette effusion visuelle, difficile de passer à côté d'Anamorphine et de son voyage au cœur de la mémoire. Car non, cette création d'Artifact 5 n'est pas simplement un énième walking simulator tentant de vous faire ramasser tous les objets et bribes d'histoire sur votre passage pour en reconstituer le récit, il s'agit plutôt d'une expérience littérale de la reconstitution d'un souvenir. Allez savoir, peut-être que c'est pour cette raison qu'ils ont gagné les prix de l'innovation et de la narration!

 

Void & Meddler et son jeu d'aventure point and click cyberpunk ascendant maniaco-dépressif s'est aussi démarqué grâce à son approche narrative, mais c'est finalement leur visuel épileptique qui leur aura valu le prix de la meilleure direction artistique. Comme quoi, les jeux sur la conscience et la perte de mémoire, ça a le vent en poupe en ce moment !

void

Côté musique, la symphonie merveilleuse de l'univers de Stories : The Path of Destinies semble avoir séduit le juge de l'orchestre symphonique de Montréal puisque c'est avec le prix de la meilleure trame sonore que l'équipe de Spearhead Games et Vibe Avenue (l'équipe audio) sont repartis gaiement.

 

festival-ludique_pld_20160917_011D'un point de vue gameplay de notre côté on l'avoue, on a un peu craqué pour Bootleg Systems, un jeu d'action/puzzle environnemental centré autour d'une mécanique de multiplication d'objets assez inventif qui peut vite devenir assez cocasse. Cependant, en tournant la tête de l'autre côté de la rangée, on a aperçu un bon vieux jeu de rôle tactique, sauf que celui-ci avait des dés, des cartes et même du crafting ! Très sceptiques, on s'est approchés incrédules, puis finalement les deux joyeux lurons qui tenaient le stand (Jason Kim et Andrée Boutin) n'avaient pas l'air de mordre, du coup on même finit par s'essayer. Finalement, le verdict pour le prix du gameplay est tombé  : Children of Zodiarcs, un jeu qui brasse certes de nombreuses mécaniques, mais à aucun moment celles-ci ne viennent alourdir le système. Au contraire, celles-ci s'imbriquent très bien les unes dans les autres pour créer une expérience dynamique, variée, très fun et très complète ! Manifestement, on ne s'est pas trompé puisque le public de passage samedi a lui aussi décidé de décerner son coup de cœur au studio Cardboardiariesspaceportjanitor1d Utopia.

En ce qui concerne le prix artistique 3D, c'est l'entreprise Autodesk qui a donné l'honneur au très surréaliste et intrigant Diaries of a Spaceport Janitor. Avec son style rétro et son mélange de couleurs vives, le studio d'Ottawa, avouons-le, a de quoi se démarquer de la masse!

En attendant que Dawson remette le couvert l'année prochaine on vous laisse explorer ces quelques jeux via le site officiel du Festival Indépendant Ludique de Montréal.

 

Crédit photo : Pierre-Luc Daoust

 

Catégories
ActualitésÉvénementsLocales
Rédactrice, narrative designer, scénariste de jeu vidéo et multi-task à temps partiel, elle porte une attention toute particulière à la dimension narrative des jeux ainsi qu'à la scène du développement indépendant.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet