Nintendo dévoile les derniers secrets de la Switch

Le 12 janvier (Amérique) et le 13 janvier (le restant de la planète), Nintendo annonçait finalement les derniers éléments clefs pour la sortie de sa prochaine console, la Switch. Tour d’horizon de ce qui sera en vente dès le 3 mars 2017.

Le 3 mars 2017, soyez prêts à faire la file d’attente — ou pas — pour la sortie de la nouvelle console de Nintendo, la Switch. Une console présentée comme en étant une de salon, mais qui offre la possibilité d’être apportée avec soi un peu partout ; il s’agit là d’une différence marketing de Nintendo pour la dissocier de sa gamme de produits annoncés comme portables (les 2DS et 3DS). Au lancement, la console de base sera en vente pour 399,99 CAD. Pour les curieux, la vidéo ci-contre présente l'entièreté de la présentation (débute à la 33è minute)

Une console, plusieurs façons de jouer

La présentation de Nintendo (en direct, pour une fois ! Avec DJ sur place avant l’une des premières sorties publiques de son nouveau président, Tatsumi Kimishima) s’est ouverte sur un tour rapide des différentes composantes de la console. Ils ont omis les détails techniques, mais ceux-ci ont été mis rapidement à la disposition de tous sur leur site Internet dans l’heure suivant la présentation. En rafale, voici ce que comprend la Switch, lors de sa sortie :

— La tablette, nommée la Switch (32 go de mémoire, mais fonctionne avec des cartes micro SD), avec un écran tactile multitouches de 6.2 pouces, soit 15,75 cm. Résolution de 1280 X 720. L’écran peut être joint aux deux Joy-Con (les manettes de la Switch) pour jouer, ou non, selon les jeux et les goûts. Elle aura entre 2,5 et 6 heures d’autonomie. The Legend of Zelda: Breath of the Wild par exemple, si joué sur la batterie, la videra en 3 heures. Elle se recharge avec le dock ou par une prise USB de type C.

— Le Dock et les accessoires d’usage (HDMI, adaptateur AC, etc.)

— Deux Joy-Con (soit gris, soit un bleu et le second rouge. Nintendo a annoncé deux ensembles dont l’unique variation est celle-ci). Le Joy-Con de droite peut lire les Amiibo et chacun se recharge sur le dock.

Les deux ensembles annoncés pour son lancement le 3 mars 2017.

Du côté des Joy-Con, quelques informations pertinentes : elles peuvent être utilisées comme l’était la Wiimote. Elles comprennent des gyroscopes et une caméra qui est, selon toute attente, en mesure de discerner la distance qui la sépare des objets et de différencier les objets dans son environnement.

Nintendo décide aussi de faire le saut dans l'ère du jeu en ligne. Celui-ci sera offert gratuitement à l’ensemble des joueurs de la Switch jusqu’en automne, période durant laquelle il faudra se procurer un abonnement (prix non dévoilé). L’abonnement permet de discuter avec d’autres joueurs et d’obtenir une sélection de jeux NES et SNES gratuite chaque mois.

Des jeux, mais annoncés subtilement

Du côté des jeux, seulement deux titres ont été annoncés pour le lancement de la console : 1,2 Switch et, évidemment, The Legend of Zelda: Breath of The Wild. Aucune information ne semble vraiment avoir filtré du côté du prix en ce moment pour les jeux au Canada (le site étasunien annonce 59,99 $) ni si le prochain Zelda allait être proposé dans une boîte avec la Switch…

Officiellement, Nintendo prépare beaucoup de jeux. Splatoon 2 (été 2017) ; Arms (printemps 2017), jeu de combat entre la boxe et le tir, dans lequel les Joy-Con sont utilisés indépendamment dans chaque main ; Skyrim (automne 2017) ; Super Mario Odyssey (Noël 2017), nouveau Mario dans un monde ouvert similaire à la Super Mario Sunshine ; la vidéo ci-contre vous permettra d’en juger ; Xenoblade 2 ; Shin Megami Tensei ; Octopath Traveler ; Fire Emblem Warriors (Fire Emblem rencontre Dynasty Warriors, semble-t-il); 1,2 Switch (mars 2017)…. et une pléthore d’autres titres qui ont été montrés (très) rapidement. À noter : un nouveau Bomberman (mars), I Am Setsuna (mars) qui arrive sur Switch, DragonBall Xenoverse 2, Disgaea 5, Farming Simulator (et bien…), Ultra Street Fighter, Steep, FIFA, Just Dance (mars), NBA2K18, Lego City Undercover (printemps 2017), Sonic Mania (Printemps 2017), Mario Kart 8 Deluxe (avril), Has Been Heroes (mars), et la liste continue.

Une liste (que l'on souhaite non-exhaustive) des partenaires de Nintendo pour la Switch.

Une présentation un peu vide

Certes, Nintendo a présenté quelques jeux et soumis suffisamment de nourriture pour occuper l’esprit des joueurs et joueuses pour quelque temps. Mais l’annonce, en soi, manquait de substance. Notamment, la plupart des informations techniques sur la console n’étaient disponibles que sur leur site Internet. Une décision qui peut se justifier, sachant que tout le monde, de toute façon, allait vérifier le site pour être certains de ce qui avait été abordé. C'est ainsi, notamment, que l'on découvre l'ensemble des titres annoncés pour janvier et qui sont affichés sur leur site. Alors que la présentation s'est faite avare en titres, leur site, lui, tend à se montrer plus loquace.

Aussi, à noter : la présentation, en direct me faut-il souligner à nouveau, s’adressait principalement à un public japonais. La plupart des titres étaient présentés pour le marché japonais, dans lequel les J-RPG (Fire Emblem, Xenoblade, Octopath Traveler) marchent particulièrement mieux qu’ici.

Une annonce d’une heure qui a fait le tour des principaux attraits de la console. Certains la monteront aux nues, d’autres seront sceptiques, voire rejetteront la console entièrement. Une annonce étant ce qu’elle est , il faudra attendre de l’essayer (notamment ses 32 go, bien que la console fonctionne avec des cartouches pour la 3DS) pour savoir s’il s’agit de LA console qui, selon certains, pourra rattraper l’échec théorique de la Wii U.

Catégories
À venirActualitésOpinion
Rédacteur, linguiste et étudiant à la maîtrise en traductologie, il oriente son regard vers les impacts sociaux et culturels des jeux.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*



Dans le même sujet