The Dwarves : Petit nain va loin

Le premier décembre 2016, KING Arts Games publiait le jeu The Dwarves sur PC, PS4 et XBox One. Inspiré du best-seller de Markus Heitz, ce RTS RPG est-il à la hauteur du livre?

Une fois c’t’un nain

Le scénario est clairement sa grande force. Après le tutoriel, vous allez incarner Thungdil, un nain qui a grandi parmi les humains et les magiciens. Il n’a jamais rencontré de nain auparavant. Par une belle journée, il est appelé par son tuteur pour retourner des objets magiques à un de ses collègues magiciens. Au cours de son périple, il rencontre Boïndil et Boëndal ainsi que plusieurs hordes d’orcs et d’elfes maléfiques qui tentent de conquérir le monde. Thungdil arrivera-t-il à sauver le monde? Vous devrez jouer pour le savoir!

 

L'appât du nain

Le jeu consiste à sauver le monde et vaincre les troupes d'orcs et d'elfes qui se présenteront sur votre chemin afin de protéger cette région.  Comme mentionné précédemment, vous avez affaire à un RTS RPG: vous avez le choix de mettre le jeu sur pause afin de réfléchir à votre stratégie et donner de nouvelles commandes à vos personnages ou vous pouvez toujours laisser le temps aller et donner les commandes en temps réel. La carte ci-dessous montre comment vous vous déplacez. Vous cliquez de point en point, vous avez de petites histoires, des quêtes secondaires ou des choix qui rajoutent du piquant à l'histoire. Du moins, si vous avez survécu à votre déplacement. Vous avez presque toujours une horde d'orcs que vous fuyez pour la vaincre avec l'armée des nains. Donc, vous vous promenez de destination en destination dans le but de compléter vos missions.

 

 

« Ça ne compte quand même que pour un. » - Gimli, Seigneur des Anneaux, Le retour du roi, J.R.R. Tolkien.

Cette célèbre citation nous amène à discuter du doublage du jeu. Pour résumer en une seule phrase: c’est parfait! Les doubleurs sont dans leurs personnages. Les dialogues, les intonations, la narration ainsi que les commentaires en combat sont tous parfaits. Certes, le fait que le scénario provienne d’un livre aide à ce que l’histoire soit bien racontée, mais les personnes choisies pour nous la raconter sont excellentes. C’est aussi parfait que Sean Bean dans Civilization 6 (vous savez, la seule fois où il est resté vivant).

« Gimli : Je n'aurai jamais songé à mourir aux côtés d'un elfe
Legolas : et que pensez-vous de mourir aux côtés d'un ami ?
Gimli : Ah, ça je peux le faire. »

- Seigneur des Anneaux, Le retour du roi, J.R.R. Tolkien.

C’est un peu ici que ça se gâte. Les combats sont très exigeants, voire un peu trop. Même au niveau le plus facile, en mettant régulièrement les hostilités sur pause pour donner de nouvelles directives à vos personnages, vous allez mourir. C’est immanquable. En partant, vous serez toujours inférieur en nombre et vous n’aurez pas la potion magique du druide Panoramix­. Vous allez souffrir votre vie. Un combat à 10 contre 4 c’est faisable, mais à 80 contre 4 sans qu’aucun de vos personnages ne meure tout en protégeant 15 villageois dont 10 doivent survivre, c’est l’histoire de ce jeu. Même lorsque vous allez atteindre un total de 8 personnages dans votre groupe, vous devrez en sélectionner 4 et aller braver les hordes d’orcs jusqu’à ce que vous complétiez le ou les objectifs.


Un nain, ça ne grandit pas longtemps.

Aussi, il y a le problème de la progression des personnages. C’est bâti en RPG, jusque-là ça va. Par contre, une fois le niveau 10 atteint, l’arbre des compétences est terminé. C’est extrêmement décevant surtout que cela aurait été bien de pouvoir solidifier les attaques. De plus, vous n’avez pas de moyen de changer d’équipement. Donc, vous êtes pris avec les armures et les haches par défaut. Espérons que s’il y a une suite, les développeurs permettront de modifier plus que les potions et les amulettes.


Longue vie aux nains!

Somme toute, c’est un jeu que vous devez essayer. Si vous aimez les défis, vous en aurez un vrai auquel vous frotter. C’est un excellent divertissement et vous vous laisserez emporter par l’histoire. N’oubliez pas : il est très important de vous laisser pousser la barbe. On n’entre pas si facilement dans un jeu de nain sans avoir de barbe.

Catégories
CritiquesMicrosoftPC / MACPlaystation
Natif de St-Valère et bachelier en linguistique depuis 2015, je me suis toujours intéressé au domaine des jeux vidéo. J'adore tous les types de jeux, ma seule condition: avoir du plaisir à jouer. Je me spécialise en RPG, en jeux de sports et en licences oubliées.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet