The Legend of Zelda: Breath of the Wild – La légende renaît

« Breath of the Wild est vaste, riche et tout simplement incroyable. »

Avoir une franchise qui a plus de 25 ans est chose rare. Il faut se l’avouer, The Legend of Zelda repose sur une formule efficace pour livrer des aventures intéressantes de console en console. Un désir de briser cette formule traditionnelle s’est toutefois manifesté à travers les derniers titres de la franchise. Après quelques essais et erreurs dernièrement, on peut constater la concrétisation de cette ambition de façon absolument magistrale avec Breath of the Wild.

Soyez avertis : Il est absolument impossible de décrire tout ce qui est différent ou nouveau dans The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Plutôt que de tout révéler ici, la critique se concentrera sur les points saillants du jeu.

Vaste. Vif. Verdoyant.

S’il fallait décrire l’étendue du monde de Breath of the Wild en quelques mots, on dirait vaste, vivante, impressionnante, voire majestueuse. Même si la franchise entre dans le terrain des « mondes ouverts », la mappemonde est tout simplement unique en son genre. Les multiples régions apportent diverses particularités en plus des nombreux habitants à la fois colorés et hors du commun. Plus particulièrement lors de longs voyages entre deux destinations, on se retrouve devant des paysages qui sont si magnifiques qu’on s’arrête pour les contempler. À cheval, sur le pic d’une montagne ou à pied, chaque point de vue est essentiellement une fresque à admirer.

Chaque changement de la météo peut affecter les voyages effectués, que ce soit de la pluie ou une nuit plus froide. Les régions ont leur propre climat, forçant souvent à changer d’équipement ou se préparer en conséquence. Par exemple, en cas d'orages, il faut éviter de rester près des arbres ou de porter tout équipement métallique pour s’éviter une mort certaine. Un aspect souvent trop négligé par les prédécesseurs de la franchise qui rayonne pleinement dans cet opus.

Contrairement à ce que de nombreux sceptiques craignaient, ce n’est pas un monde vide qui nous attend, bien au contraire. Hyrule possède une faune très variée à chasser. On se retrouve avec un monde qui nous redonne ce sens d’émerveillement et d’incrédulité devant une si grande étendue. Il est temps de dire adieu à ce qu’Ocarina of Time a établi comme standard pour les vingt dernières années et laisser place à un nouveau champion.

 

Stratégie et brutalité.

Ce n’est pas parce que nous sommes dans un monde fantastique et grandiose qu’il est dépourvu de dangers. L’Hyrule de Breath of the Wild est en ruines et regorge de menaces à tous moments. Même si on incarne un champion de la justice, c’est bien la première fois qu’un jeu de la franchise Legend of Zelda nous force à prendre des décisions plus stratégiques ou de simplement battre en retraite.

L’explication est bien simple, le jeu ne pardonne pas les erreurs vis-à-vis des combats. On y subit une brutalité qu’on connaît bien à des jeux comme Dark Souls, il est mieux d’esquiver ou de bloquer les coups qui arrivent plutôt que de se prendre des claques en pleine figure. De plus, la préparation à chaque combat est la clé pour survivre. Tout équipement a une durabilité variable et peut causer bien des maux lorsqu’on se retrouve dans des combats intenses avec des armes endommagées. Armes et armures sont maintenant garnies de statistiques qui permettent de savoir si on est prêt pour tuer une créature ou éviter tout contact avec celle-ci. Dimension fort intéressante lors des nombreux voyages, car même bien préparé, une erreur tactique peut s’avérer fatale.

Cette expérience rend Link et son aventure plus humains dans son approche. Au lieu d’être ce héros qui peut se prendre des carquois de flèches entiers, on incarne une personne qui doit user de tous les tours dans son sac pour survivre une autre journée. Ça n’évite pas les moments de pures frustrations qu’on peut retrouver à chaque erreur ou faux mouvement, car tout l’équipement du monde ne peut éviter notre propre bêtise.

La tâche d’un héros.

Un monde vaste et hostile n’aurait pas raison d’être sans les multiples tâches que Link doit accomplir pour survivre et sauver le monde. Le nouveau système de quêtes est simple et particulièrement intéressant. Il permet d’avoir une idée générale d’où aller pour aller chercher ce dont nous avons besoin, rappelant un Witcher 3. Les quêtes secondaires sont aussi clairement représentées et ne sont pas à ignorer pour bien progresser.

La différence majeure par rapport aux titre précédents est la quasi absence de gros donjons, pourtant une marque de commerce pour Legend of Zelda. On y retrouve maintenant de multiples sanctuaires dans lesquels on peut faire des puzzles qui rappellent énormément ceux que l’on retrouvait dans les donjons classiques. De plus, une fois activé, le sanctuaire devient une manière de voyager plus vite. Fort heureusement, puisqu'à dos de cheval, on peut parfois passer des heures pour atteindre sa destination. Ce changement invite donc le joueur à explorer les vastes étendues d’Hyrule. Cet élément est plus que bienvenu et suggère une nouvelle tournure au bon vieux système de voyage rapide.

Un triomphe.

The Legend of Zelda: Breath of The Wild met un terme à la formule conventionnelle depuis vingt ans avec Ocarina of Time. Pourtant, personne n’aurait pu s’attendre à ce que la formule soit si bien adaptée. On pourrait prétendre qu’il n’est plus un vrai “Zelda”, mais il demeure fidèle à ses racines et met de l’avant de très nombreux changements qui remettent la série au goût du jour. Des personnages sympathiques  sur notre chemin aux monstres impitoyables causant notre ruine, le monde regorge de belles rencontres et de moments forts qui marqueront l’imaginaire pour les prochains temps.

Breath of the Wild est vaste, riche et tout simplement incroyable. Il encourage l’exploration ET la découverte vers de nouveaux horizons sans nécessairement perdre de vue l’objectif principal. On nous présente avec ce chef-d’oeuvre un point de vue unique sur la quête du héros d’Hyrule. L’attention aux détails portée dans Breath of the Wild fait preuve d’un dévouement que peu de titres du genre auraient pu recevoir à leur sortie. Un tel renouvellement réussi pour une franchise aussi vénérable que The Legend of Zelda est un exploit colossal. Seul réel point d'irritation : les baisses de performance qu’on subit lors de certains moments clés. Faute pardonnable, devant la qualité générale qu’offre le jeu.

10

Majestueux et tout simplement grandiose, The Legend of Zelda: Breath of the Wild redéfinit la franchise et l’amène vers de nouveaux sommets. Il est l’apogée de la franchise et est décidément un des meilleurs jeux des dernières années. Ne pas y jouer serait un sacrilège.

Les plus
  • Monde gigantesque et vivant
  • Une transition réussie
  • Des combats stratégiques et satisfaisants
  • Probablement le meilleur Zelda à ce jour
Les moins
  • Baisses de performance à certains moments
Catégories
CritiquesNintendo
Cofondateur de Multijoueur, Bruno est un grand passionné de l'industrie vidéoludique. Non seulement il aime jouer, mais il adore discuter de cet univers. N'ayant pas la langue dans sa poche, il ne se gêne pas de critiquer les erreurs qui passent sous ses yeux!
6 commentaires
  • SiliticX
    2 mars 2017 at 09:33
    Laisser un commentaire

    Le jeu est-il seulement mal optimisé tu crois ou ben c’est déja la switch qui est cappée?

    • Bruno-Pierre Campeau
      2 mars 2017 at 10:08
      Laisser un commentaire

      Manque d’optimisation ou simplement un désir d’en mettre trop plein la gueule graphiquement. Ce serait difficile de spéculer. Ceci étant dit, je reste sur mon opinion, ça ne nuit en rien à l’expérience de jeu.

    • Vincent bilodeau
      2 mars 2017 at 14:43
      Laisser un commentaire

      Étant dans le domaine du développement des jeux vidéo, les jeux sont toujours mal optimisés pour une sortie console, et c’est seulement en fin de vie que les développeurs ont une maîtrise de la console qui est suffisante pour exploiter son plein potentiel. Il suffit de jeter un oeil en arrière pour bien le voir, par exemple, The Last of Us sur ps3, vs Call of Duty 3, un launch game de ps3, la qualité n’est pas du tout la même

  • cmUss
    2 mars 2017 at 09:50
    Laisser un commentaire

    Merci pour le review. J’espère que les performances seront acceptables sur la WiiU.

    • GVirus
      2 mars 2017 at 10:03
      Laisser un commentaire

      D’après moi la Wii U risque de mieux le rouler. L’engine à la base a été conçu pour celle-ci. J’vais toute streamer ça demain.

  • GVirus
    2 mars 2017 at 10:01
    Laisser un commentaire

    Bon review! J’suis juste pas d’accord que la perte de performance soit pardonnable. C’est le flagship de Nintendo pour leur noouvelle console qui se trouve à être un port de Wii U. S’ils ne sont pas capable d’adapter un port de Wii U sans baisse de performances, ça augure mal pour la switch. Peu importe que ce soit le fait que la console soit pas assez forte ou qu’elle soit difficile à optimiser, je crois que le Big N aurait du s’assurer que BoTW mette leur nouvelle console qui laisse déjà beaucoup de sceptiques en douter briller dans toute sa splendeur.

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Dans le même sujet