Ghost Recon Wildlands n’est pas prêt

Comme plusieurs, j’ai pris la peine de participer à la bêta ouverte de Ghost Recon Wildlands qui se déroulait cette fin de semaine. Ayant aussi eu la chance de l’essayer lors de la bêta fermée au début du mois, j’embarquais dans cette aventure ayant déjà une bonne idée de ce qui m’attendait. Étant sous embargo de discussion lors de mon premier essai, je n’avais pas eu la chance de donner mon opinion, alors la voici en format écourté. Wildlands n’est pas prêt pour une sortie le 7 mars, et malheureusement, mon expérience récente ne m’a pas fait changer d’avis.

Lorsque je pense aux gros titres d’Ubisoft, je pense à la série Far Cry, aux multiples Assassin’s Creed, à Watch Dogs ou bien encore The Division. Des jeux d’action de type bac à sable regroupant parkour, véhicules de toutes sortes, exploration et une histoire généralement intéressante. Certains diront que la formule Ubisoft est toujours la même, mais je crois qu’elle a fait ses preuves et que le développeur la maîtrise très bien. Il m’est alors très difficile de concevoir que le prochain Ghost Recon ait été fait par ce même développeur. Wildlands se voulant être un mélange de Metal Gear Solid 5, Far Cry et The Division, il essaie d’intégrer plusieurs éléments provenant de ces titres mais n’y arrive pas de façon efficace.

La conduite automobile est l’une des pires que j’ai eu la chance d’essayer depuis plusieurs années. Après avoir fait The Crew et Watch Dogs, je m’attendais à quelque chose de plus solide. Au lieu de cela, j’ai eu des VUS sans tenue de route, des Lamborghini parfaites pour le hors piste et des motos incapables de tourner.

Les mouvements et le système de couverture sont eux aussi criblés de problèmes ne faisant aucun sens suivant la perfection proposée par The Division. Le parkour fonctionne à peine, il n’est pas rare de se retrouver bloquer dans des éléments du terrain ou du décor et beaucoup d’objets parfaits pour du couvert ne sont pas utilisables.

La difficulté est montée artificiellement en laissant nos ennemis faire des 360 no scope, bouger à une vitesse surhumaine, tirer avec la précision d’un tireur d’élite, traquer les joueurs aussi bien que des chiens de chasse et agir en groupe comme s’ils avaient un esprit de ruche.

Il y a un nombre assez élevé de bogues en tout genre. Que ce soit par un moteur physique pouvant propulser les joueurs dans le ciel, les ennemis qui essaient de tirer aux travers des murs, voir le terrain disparaître sous nos pieds, des alliés qui ne répondent pas aux commandes, des pièces d’hélicoptères qui se mettent à léviter et j’en passe beaucoup car les exemples sont légion. Couplé à des problèmes d’optimisation sur PC rendant le jeu non fonctionnel sur certaines machines récentes, ça fait beaucoup de problèmes pour un jeu sortant très bientôt.

C’est vraiment triste car même avec un lot de problèmes techniques et de mécaniques centrales loins d’être parfaites, le jeu est amusant quand il fonctionne bien. Lorsque les étoiles s’alignent, que l’IA ne fait pas des siennes et que tout décide de bien fonctionner, il est satisfaisant d’entrer furtivement dans une base d’opération du Cartel et d’exécuter sa mission parfaitement. Dommage car ce jeu, développé par Ubisoft, aurait pu avoir mieux, beaucoup mieux, mais au lieu de cela, il est empli de mécaniques incomplètes. Alors non, je ne considère pas que ce jeu devrait sortir le 7 mars, car dans son état actuel, je ne serais pas surpris de le voir se faire détruire par la critique.

Catégories
Opinion
Grandissant entouré de jeux vidéo, jeux de rôle et jeux de société de toute sorte, Alexandre est aujourd’hui un passionné des passe-temps geek. Étant gamer de longue date, il préfère les MMORPG et les MOBA mais rien ne l’empêche d’apprécier tous les genres, tant qu’ils sont disponibles sur PC. Alex s’intéresse aujourd’hui à l’histoire des jeux vidéo depuis le boom internet des 10 dernières années, une page tournante de l’industrie.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet