Rick and Morty: Virtual Rick-Ality – Wubba lubba dub dub?

Le garage de Rick, le savant fou de la série animée Rick and Morty est un endroit étrange et merveilleux. Il contient une tonne de bidules aussi dangereux qu’intrigants, provenant de tous les recoins de la galaxie et même de dimensions alternatives… C’est donc avec un grand plaisir qu’on y rend une visite en VR dans «Rick and Morty: Virtual Rick-ality» dans lequel on peut s’amuser avec ces gadgets à nos risques et périls.

Les deux protagonistes doivent partir à l’aventure, ils décident donc de faire appel à un clone de Morty (incarné par vous!) pour effectuer diverses tâches dans le garage. Votre première mission, si vous l’acceptez, consiste à… faire une brassée de lavage.

Rassurez-vous, ça devient rapidement plus excitant. Avec votre montre holographique, Rick vous donnera des instructions que vous devrez suivre à la lettre. Ils consistent toujours en une manipulation d’objet, de casse-têtes simples ou des jeux d’adresse, tout en vous laissant la liberté de vous amuser. Ce n’est pas une surprise d’apprendre que Rick and Morty est développé par la même équipe que Job Simulator, puisque la forme est pratiquement identique.

L’application d’une franchise populaire sur un jeu original pourrait paraître comme une mauvaise idée, mais en fait, c’est tout le contraire. Ça ajoute une touche de personnalité qui manquait à Job Simulator. Au lieu de vous présenter des objets aléatoires, la plupart des bidules dans le garage sont des références à la série : les fans seront aux anges. Vous rechargez une pile à l’aide du microverse à l’intérieur, vous ferez apparaître un Mr. Meeseeks qui répètera tous vos mouvements, vous pourrez même jouer à un clone cheap du jeu Roy!

Virtual Rick-Ality est un jeu Room-Scale, il demande donc une assez grande pièce pour en profiter au maximum. Le garage consiste en trois différents espaces : vous pouvez vous téléporter de l’un à l’autre, mais il n’est pas possible de se déplacer autrement qu’en bougeant littéralement dans le monde réel. C’est un plus pour l’immersion, mais ça peut potentiellement être un problème les joueurs à l’espace restreint.

Visuellement, j’avoue qu’il y a quelque chose de magique à voir ces personnages à côté de nous, juste là, en trois dimensions! On pourrait penser que les graphismes réalistes seraient nécessairement la chose à faire en VR, mais c’est tout le contraire : on oublie le «uncanny valley» et on se laisse transporter dans cet univers.

Et l’humour dans tout ça?

À titre de référence, je dois vous avouer que je ne suis pas le fan numéro 1 de la série animée Rick & Morty. À son meilleur, les synopsis sont d’une originalité remarquable, nous rappelant avec nostalgie les premières saisons de Futurama. À son plus bas degré, je roulais les yeux aux gags vulgaires faciles ou la violence gratuite plutôt juvénile. Ne me comprenez pas mal, j’adore l’humour «trash», mais il doit y avoir un vrai gag derrière… Il y a aussi beaucoup d’humour de références du style Family Guy, où le gag n’est qu’un clin d’oeil à un élément de la culture populaire, sans plus. Je pourrais prendre comme exemple l’épisode où il y a une copie de l’attraction Pirate des Caraïbes dans une copie de Jurassic Park, dans cette copie de Back to the Future…. Bref, vous voyez le genre. Bien sûr, j’ai tout de même apprécié le divertissement et j'enchainais les épisodes les un derrière les autres, j’avais juste l’impression que cette série pourrait être beaucoup plus.

Tout ça pour dire que malgré tout, j’ai souvent ri aux éclats en jouant au jeu, parce que sérieusement, il contient de très bonnes lignes. J’adore le fait qu’il en profite pour se moquer de la réalité virtuelle ou même des jeux vidéo en général, alors que la plupart des adaptations ne font souvent que répéter les mêmes gags que le matériel original.

VR = vraiment ruineux?

Mais après la 9e mission, quelque chose d’épouvantable se produit : le jeu se termine. Woah. J’ai un sentiment de déjà-vu avec ma critique de GNOG où je faisais la même plainte! Virtual Rick-Ality est d’une durée d’environ deux heures, mais étant donné qu’il vous donne souvent l’occasion de prendre une pause des missions pour vous amuser, les joueurs les plus curieux en profiteront un peu plus longtemps.

Au point où on en est, il faut accepter le fait que les jeux VR sont plus dispendieux qu’ils ne devraient l’être. Ça fait mal à notre portefeuille, mais en même temps, ces jeux «deluxe» sont développés par de petits studios qui ont pris le risque énorme de créer des jeux pour un public limité. Bien sûr, ça fait partie du risque, mais en tant que supporteur du VR, je crois qu’il est essentiel d’appuyer ces pionniers.

Parce qu’au final, Rick and Morty, SuperHot VR, ou I Expect You To Die ne sont pas si dispendieux. Si leur prix idéal était de 20$, le dix dollars supplémentaire qu’ils demandent est votre vote pour le futur du divertissement. Rien que ça.

Ça vous intéressera peut-être de savoir que Justin Roland, le co-créateur de Rick and Morty qui prête aussi sa voix aux deux personnages a travaillé sur un autre jeu VR. Avec l’aide d’une partie de l’équipe de The Stanley Parable (devenu maintenant Crows Crows Crows), ils ont créé Accounting, un jeu humoristique et surréaliste assez troublant, disponible gratuitement sur Steam!

Sinon, Rick and Morty Virtual Rick-ality est un Job Simulator 2.0 bien amusant, particulièrement si vous aimez la série télé. Il n’est peut-être pas un jeu indispensable, mais vous êtes assuré de passer du bon temps.

Du bon temps en VR
7.5
Du bon temps en VR

Rick and Morty Virtual Rick-ality est un Job Simulator 2.0 bien amusant, particulièrement si vous aimez la série télé. Il n’est peut-être pas un jeu indispensable, mais vous êtes assuré de passer du bon temps.

Les plus
  • Beaucoup de fan-service
  • Un job simulator, en mieux
  • Quelques très bonnes blagues
Les moins
  • Peut avoir l’air court et dispendieux
  • Exige un grand espace de jeu
  • 7.5
Catégories
CritiquesPC / MAC
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet