J’ai joué à Cars 3

Il y a quelques temps, j’ai réalisé avec stupeur que les jeux issus de franchises, surtout de films, ont presque complètement disparu de nos tablettes de magasin (les magasins aussi sont pas mal disparus, mais ça c’est une autre histoire). Certes, il y a quelques jeux de franchise ici et là, pensons à Spiderman ou aux jeux de Batman, mais somme toute, ils sont plutôt rares.

Et ils me manquaient un peu. Ce n’était pas toujours de bons jeux, mais ces titres tirés de films et de séries ont bercé mon enfance. Je garde de bons souvenirs du jeu du Roi Lion au SNES, d’Aladdin, de Batman: The Animated Series.

C’est alors avec un intérêt qui m’étonnait moi-même que j’ai accepté d’essayer l’adaptation de Cars 3 pour Multijoueur. Et je me suis rappelé pourquoi les développeurs ont arrêté de faire des adaptations de films et de séries : c’est pas ben bon.

J’ai décidé de profiter de ma visite dans ma famille à Rimouski pour faire essayer le jeu à mes jeunes frères, âgés de 5 et 8 ans. Ils aiment la franchise Cars, ils aiment bien les jeux vidéo, et surtout, ils sont le public cible de ce jeu. Ça me semblait naturel.

Les armes apportent un côté trop aléatoire... venant d'un fan de Mario Kart, ce n'est pas peu dire.

Après quelques minutes à essayer, le plus vieux des deux m’a dit : ‘’bon, on joue-tu à Zelda à place?’’ Je dois avouer que la compétition est injuste : peu de jeux peuvent rivaliser avec Zelda: Breath of the wild. Mais ça augurait mal. J’ai voulu rejouer avec eux pendant mon séjour, mais ça ne marchait jamais. Ils n’avaient pas vraiment envie de jouer, et je pense que moi non plus.

J’ai finalement rejoué seul chez moi. Et je ressors confus de l’expérience.

Ce n’est pas un mauvais jeu en soi. Visuellement, c’est joli, tous les personnages y sont, les contrôles répondent bien, et la présentation est sympathique, avec les autres voitures qui nous narguent pendant la course.

Mais c’est un jeu beaucoup trop complexe pour des enfants. Il n’y a pas de place dans le menu pour jouer en multijoueur : il faut que le deuxième joueur appuie sur Options dans le menu principal pour rejoindre la partie. Le menu est lourd et encombré, et pour débloquer les nouveaux types de course, il faut avoir essayé le type précédent. Les cinématiques ne peuvent pas être coupées. Rien de bien dramatique, mais de petits irritants qui s’accumulent.

Et après chaque course on nous présente un tableau avec des objectifs à atteindre : déraper après un atterrissage, conduire à reculons pendant 15 secondes, etc. Une bonne idée, mais peut-être un peu complexe pour les jeunes. Pendant les courses, on doit aussi varier son style de conduite: on peut déraper, conduire sur deux roues, sauter et faire des figures aériennes, conduire à reculons et plaquer ses adversaires. Il y a là un début de bonne idée, mais dans la structure actuelle des pistes, on a simplement trop de choix et même moi du haut de mes 23 ans d’expériences avec une manette dans les mains, je m’y perds un peu.

Cars 3 n’est pas un mauvais jeu; je serais injuste en disant que les développeurs, Avalanche Software, ont été paresseux. Les développeurs ont de toute évidence mis beaucoup d’efforts pour offrir un produit intéressant qui se démarque.

Mais les adaptations de franchises n’ont pas le luxe de prendre tout le temps de développement nécessaire pour peaufiner les mécaniques du jeu. On se retrouve donc rarement avec des jeux complètement aboutis. Cars 3, malgré ses bonnes intentions, ne réussit pas à être plus qu’une version décevante de Mario Kart 8.

Finalement, si on veut des adaptations vidéoludiques de films, on se contentera des apps terribles de iPhone. C’est moins cher.

 

Catégories
CritiquesMicrosoftNintendoPlaystation
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet