Sound Voltex – Du rythme remixé

Les jeux de rythme sont retombés dans l’underground après le déclin des franchises Rock Band et Guitar Hero, mais les vrais passionnés savent que le genre est plus vivant que jamais. Bemani, la filiale de Konami responsable des franchises comme Beatmania IIDX, Pop’n Music, Jubeat, Gitadora ou Reflec Beat continue de nous surprendre avec de nouvelles arcades plus folles les unes que les autres. Certaines finissent par disparaître, tandis que d’autres gagnent en popularité et deviennent de nouveaux incontournables. C’est le cas de Sound Voltex.

La base de Sound Voltex, c’est quatre gros boutons carrés (notes blanches), comme un beatmania épuré. Juste au-dessous, on y trouve deux boutons qui ajoutent des effets sur la piste en temps réel (notes oranges). Le clou du spectacle, c’est deux boutons de volume rotatifs, qu’ils faut tourner pour suivre une ligne bleue (knob gauche) ou rose (knob droit) qui apparaît sur la piste. C’est bien difficile d’expliquer tout ça, mais la vidéo de gameplay ci-dessous vous éclairera.

Les fans sont aussi inclus dans le processus de création grâce à des concours comme Sound Voltex Floor, qui permet de soumettre des chansons originales ou des remix qui apparaîtront peut-être dans la prochaine version du jeu.

K-Shoot Mania, la meilleure alternative

Pour les pauvres occidentaux qui ne peuvent pas se payer un voyage au Japon, il existe un simulateur pour PC, créé par des fans, qui reproduit le gameplay de Sound Voltex. K-Shoot Mania est l’équivalent de ce que StepMania était pour Dance Dance Revolution; moins beau que l’arcade, mais tout à fait fonctionnel.

Bien qu’il soit possible de trouver toutes les chansons officielles de Sound Voltex pour K-Shoot Mania, ce geste est considéré comme illégal. Par contre, vous pouvez créer et importer vos propres pistes. Des centaines de créations libres de droits sont disponibles sur le web, gratuitement et légalement.

(Note: la plupart des vidéos sur YouTube de Sound Voltex sont des joueurs expérimentés qui veulent montrer leur talent: ça ne représente donc que le côté extrême du jeu. Ils ont aussi la fâcheuse tendance à mettre l'option Hi-Speed qui accélère l'arrivée des notes (souvent mise à 400%). Ça semble donc super impressionnant et impossible, mais ce n'est qu'une illusion. Par exemple, le vidéo ci-dessus est à la difficulté moyenne dans K-Shoot Mania, et les notes accélérés à 240% (Hi-Speed 2,4.). Ce vidéo est donc beaucoup plus près de ce à quoi ressemblera le gameplay pour un joueur moyen).

Les merveilles de DJ Dao

Bien sûr, le plus grand plaisir d’un jeu de rythme, c’est d’apprivoiser son contrôle particulier. C’est pourquoi vous pouvez faire appel à DJ Dao et leur ligne de contrôleurs Benami construits à la main. À 149 $ US, ça reste tout de même abordable, quoique les frais d’envoi de 100 $ peuvent freiner votre enthousiasme. Néanmoins, je vous assure que le produit fini est d’une qualité impressionnante. Les boutons illuminent lorsqu’on les touche! Si vous avez de l’argent à jeter par les fenêtres, DJ Dao vous offre aussi la possibilité de changer les boutons, knobs, et couleurs de LED pour des pièces de qualité (encore plus) supérieures, pour des frais supplémentaires.

SVSE5 de DjDao

Et si vous êtes millionnaire, la version SVRE9 est une réplique exacte de la borne d’arcade. Elle coûte un rein, soit 399 $ US, plus les frais d’envoi de 100 $, pour un grand total de 625 $ canadien.

SVRE9 de DJDao

Et pourquoi pas la version officielle ?

Parce que oui, Konami vient tout juste de sortir une version PC de Sound Voltex III Gravity Wars en juillet dernier. Je serais le premier à lancer mon argent à Konami pour cette version officielle, mais malheureusement, je ne peux tout simplement pas. La raison est simple : Konami nous déteste.

- Le jeu n’est disponible qu’au Japon. Même s’il est sur PC il n’est téléchargeable que sur le site japonais, et nécessite une carte de crédit nipponne pour y accéder.

-Il est excessivement dispendieux. Il faut payer un abonnement mensuel de 2138 yens (24,50 $ canadien) qui ne vous donne pas accès à toutes les chansons, et ne permet même pas de sauvegarder votre pointage. Pour l’expérience complète, il faut acheter des « tickets » et payer par partie de 3 chansons, comme à l’arcade. 4320 yens (49,50 $ canadien) pour 235 tickets, alors qu’il vous coûte 6 tickets pour une partie à difficulté normale. En gros, ça vous coûte 1,25 $ chaque fois que vous appuyez sur « start ».

-Le contrôleur est épuisé, impossible de se le procurer. Jouer au clavier enlève tout le plaisir, ce n’est donc pas vraiment une possibilité. En plus de payer pour jouer, ce magnifique contrôleur officiel est plus dispendieux qu’un Dj Dao, disponible pour la modique somme de 29800 yens (341 $ canadien).

-La sélection de chanson est très limitée par rapport à ce qu’on retrouve en arcade (ou pour K-Shoot mania). Gravity Wars en arcade contient 885 chansons, c’est donc décevant de ne retrouver que le quart dans une version PC si dispendieuse.

Konami ne comprendra jamais

Tout ceci n’est pas surprenant, puisque Konami nous a fait le même coup avec Beatmania l’an dernier (paiement mensuel, contrôleur non disponible, uniquement au Japon).

La décision est claire : Konami tente d’instaurer le modèle d’affaire de type « arcade » dans vos foyers. Peut-être que l’achalandage des arcades au Japon est en déclin (j’en doute fort) et qu’ils tentent de migrer leurs profits vers les versions personnelles, ou souhaitent capitaliser sur les joueurs compétitifs qui s’entraînent chez eux sans relâche avant de montrer leurs talents en arcade.

Quoi qu’il en soit, les joueurs occidentaux sont mis à l’écart (comme toujours). Heureusement, la communauté est passionnée et travailleuse, et c’est grâce à elle qu’on peut goûter au plaisir des jeux de rythme Japonais. Vive K-Shoot Mania et DJ Dao!

Catégories
CritiquesOpinionPC / MAC

C’est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d’origine.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet