Rayman Legends – Définitivement amusant sur Switch

Ah, Rayman Legends. Une véritable légende parmi les plateformers, soigné, magnifique, brillant, et charmant. Ce qui devait être à l’origine un jeu exclusif pour Wii U s’est retrouvé à...

Ah, Rayman Legends. Une véritable légende parmi les plateformers, soigné, magnifique, brillant, et charmant. Ce qui devait être à l’origine un jeu exclusif pour Wii U s’est retrouvé à être le jeu le moins exclusif… au monde ! Il est sorti sur Wii U, Xbox 360, Xbox One, PS3, PS4, PS Vita, PC et Switch… et c’est une très bonne chose : tout le monde devrait en profiter ! J’espère que vous l’avez essayé... Sinon, c’est définitivement votre dernière chance, puisqu’il vient tout juste de voir le jour sur la nouvelle console de Nintendo.

C’est avec grand plaisir que j’ai revisité ce jeu, quatre ans après sa sortie initiale et je vous garantis qu’il n’a pas pris une ride. C’est en grande partie dû à ses décors peints à la main qui sont d’une richesse incroyable, qui reste à ce jour un des plus beaux jeux en 2D dont j’ai eu la chance d’admirer. Mais outre ses graphismes à en lécher l’écran, Rayman Legends est toujours amusant grâce à son level design génial, varié et dynamique. Il combine les meilleurs éléments des jeux Sonic et Mario, pour en faire un plateformer moderne.

Le meilleur de Sonic

On entend souvent les gens dire « Sonic, c’est facile. Tu n’as qu’à courir vers la droite pour gagner ». En vérité, tout est une question de fluidité. L’objectif est de ne pas être freiné dans sa course par les ennemis, ou encore devoir sauter au dernier moment pour éviter un piège mortel. C’est exactement de cette façon que sont structurés les niveaux de Rayman Legends. Il est possible (ou même parfois nécessaire) de courir continuellement vers la droite, et d’enchaîner les sauts comme on le ferait dans un auto-runner.

À l’inverse, la série Sonic est aussi reconnue pour encourager l’exploration, ce qui n’est pas toujours évident vu la vitesse grand V du hérisson. Le héros d’Ubisoft peut quant à lui s’arrêter à tout moment pour tenter de trouver les dix Teensies à libérer qui sont caché dans chaque zone. C’est grâce à eux que l’on débloque les niveaux dans Legends, on est donc grandement encouragé à repasser des environnements au peigne fin.

20,000 Lums sous les mers

Alors que les Mario se limitent souvent au « monde de feu/monde de glace » dans ses environnements, la série Sonic a toujours été plus inventive dans ses décors. Rayman Legends l’est aussi, avec par exemple un niveau qui se déroule dans une ville sous l’eau à la Bioshock avec une thématique d’espionnage, ou encore un monde de style Rome antique (un décor ensoleillé à la fin d’un jeu, wouah ! Révolutionnaire !).

Mieux encore, les niveaux sont visuellement différents les uns des autres. Ils ne sont pas qu’une série de blocs que l’on croise à répétition : tout est rond et fluide. Par comparaison, la série New Super Mario Bros. manque tellement d’imagination qu’elle semble avoir été faite par une firme de comptable.

Le meilleur de Mario

Legends reprend aussi des éléments des jeux du plombier moustachu. Il utilise la même philosophie de level design : introduire une mécanique, ajouter une difficulté, ajouter une variante, et ensuite la combiner avec une autre mécanique. Les niveaux sont donc toujours inventifs et rafraîchissants.

Côté multijoueur, il suit le modèle de la série New Super Mario Bros, en incluant un mode coopératif à quatre joueurs. Par contre, Rayman est beaucoup plus amusant puisque le nombre illimité de vies le rend moins punitif. Il est donc plus agréable pour les joueurs occasionnels qui veulent vous accompagner (ce qui en fait un bon jeu pour les couples).

J’ai aussi l’impression que l’expérience multijoueur est moins claustrophobique que dans les New Super Mario Bros. Lorsque Mario et son gang sautent sur la même plateforme en même temps, ils rebondissent sur la tête de tout et chacun, pour un résultat chaotique et frustrant qui mène souvent à la mort d’un personnage. Rayman peut frapper ses collègues, mais au moins, les séquences de plateforming sont beaucoup moins désastreuses.

Qu’est-ce qu’elle a donc de si définitive cette Definitive Edition ?

-Le mode Murphy Challenge, qui vous permet de contrôler Murphy avec l’écran tactile comme sur Wii U. Non seulement ce n’est pas une nouveauté, mais ces niveaux se répète dans la campagne, alors qu’ils sont joués en tant que Rayman. Les niveaux de Murphy, tactile ou non, ont toujours été ceux avec qui j’ai eu le moins de plaisir. Ils ne sont pas aussi efficaces que le reste : lorsque vous les jouez avec l’écran tactile, c’est l’ordinateur qui contrôle un Globox, et ses réactions ne sont pas toujours rapides ou prévisibles. Tandis que lorsque vous êtes Rayman, vous devez penser à appuyer sur » A » pour bouger les plateformes, ce qui n’est pas toujours intuitif, puisqu’il faut attendre que Murphy se positionne correctement pour être capable d’interagir avec lui…

-On y trouve tous les skins autrefois disponibles exclusivement pour certaines plateformes. Assassin Ray, Ray of Persia, Splinter Ray, Ray Plumber… Mon préféré est bien sûr celui qui déguise Rayman en Vaas de Far Cry. La plupart des costumes requièrent un certain nombre de lums, ce qui offre une raison de rejouer les niveaux pour débloquer du contenu.

... et c’est tout ? Les nouveautés ne sont pas très nombreuses, mais il faut avouer qu’à la base, Legends offre assez de contenu pour justifier son prix. N’oublions pas qu’il contient au moins la moitié des niveaux de Rayman Origins en bonus, le mini-jeu Kung Foot, et des heures de rejouabilité grâce aux nombreux secrets (Teensies) et collectibles (Lums) à trouver.

-Kung Foot offre maintenant un mode tournoi jouable en Wi-fi. Ce mini-jeu a toujours été une belle addition à Rayman Legends, très agréable à jouer en multijoueur.

Ses niveaux courts et sa rejouabilité sont des qualités qui en font un bon jeu portable, tandis que ses modes multijoueurs et ses graphismes magnifiques ont leur place sur votre télé du salon. C’est donc un autre cas où la Switch est une plateforme idéale.

Alors, est-ce que Rayman Legends Definitive Edition vaut son 60 $ ? Si vous n’y avez jamais joué et que vous vous cherchez un bon plateformer sur Switch (à part Sonic Mania, mettons), c’est un « oui » retentissant. Si vous l’avez déjà fini ailleurs, les ajouts ne sont pas assez nombreux pour justifier la différence de prix par rapport aux autres plateformes (30 $). Reste que c’est un excellent jeu, qui mérite de vous suivre partout où vous allez. Souhaitons que ce soit un signe qu’une suite est en préparation !

Toujours aussi bon
8
Toujours aussi bon

Un des meilleurs jeux de plateforme sur le marché. Une autre version portable est le bienvenu, mais si vous l’avez déjà complété, son prix de 60 $ est un peu élevé.

Les plus
  • Un jeu de plateforme rythmé et varié
  • Graphismes et musique à en couper le souffle
  • Grande valeur de rejouabilité, seul ou à plusieurs
  • Parfait pour la Switch
Les moins
  • Les niveaux de Murphy, tactile ou non, sont beaucoup moins amusants
  • Le contenu additionnel ne justifie pas le plein prix de cette édition
  • 8
Catégories
CritiquesNintendo
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet