MIGS 2017 : finir 2017 avec un sommet du jeu vidéo

Le MIGS n'est plus à présenter; l'un des plus grands sommets de jeu vidéo en Amérique du Nord en est à sa 14e édition. Deux journées de conférence pour clore l'année en beauté.

Des professionnels, des curieux et des étudiants de tous horizons se sont rassemblés au Montréal International Game Summit (MIGS) les 12 et 13 décembre derniers pour discuter des enjeux et problèmes propres au milieu vidéoludique. En plus d'offrir la chance de rencontrer des recruteurs de plusieurs grands studios (Ludia, Gameloft, EA, Warner...), l'évènement a offert un contenu particulièrement pertinent pour quiconque désire approfondir ses connaissances du milieu et y travailler. Un aperçu des conférences est disponible ici.

Plusieurs développeurs étaient présents pour discuter de leurs jeux. Crédit photo : Martin Sauvé

Objectif : du marché local au marché international

Ce MIGS s'est déroulé lors des dernières semaines de 2017, offrant du coup un excellent regard sur les évènements survenus durant la dernière année. Cela a permis d'avoir des conférences sur un large choix d'évènements, notamment les fameuses microtransactions.

Le MIGS, c'était aussi un curieux, mais habile mélange entre les grandes compagnies et les plus humbles. Confortablement installés dans une zone dédiée, les titres indépendants étaient accessibles durant les deux jours de conférences : il était ainsi possible de discuter avec les développeurs et de découvrir les enjeux qui leur tenaient à coeur. La salle d'exposition, quant à elle, mettait de l'avant les compagnies plus connues (les Warner et EA de ce monde) pour recruter le précieux talent québécois.

Pour encourager le développement, un concours a été organisé parmi les développeurs indépendants. 5 000 $ ont été remis pour soutenir l'effort de création.

En ce sens, le MIGS se situe à la croisée des chemins, et chaque année sa pertinence se renouvèle par la performance  de la scène indépendante mondiale en constate évolution, mais surtout celle du Québec où elle permet de promouvoir le talent et savoir faire québécois.

Conférence d'ouverture avec les développeurs de Cuphead. Crédit photo : Martin Sauvé

Ouvrir le bal avec Cuphead

Le phénomène Cuphead s'est fait particulièrement présent cette année. Non seulement ce jeu canadien a raflé trois prix aux Game Awards, mais en plus l'équipe derrière le jeu a été invitée pour donner une entrevue sur scène en guise de conférence d'ouverture. Une fleur pour le studio canadien qui a abordé les principaux enjeux derrière la réalisation d'un jeu Indie de cette ampleur ! Au coeur des discussions, les difficultés financières d'un studio qui démarre ainsi que les attentes propres aux développeurs quant à la qualité finale du produit. Avec humour et légèreté, mais aussi avec tout le professionnalisme nécessaire pour conseiller et aiguiller.

Compétition de Aftercharge lors du MIGS. Crédit photo : Martin Sauvé

Un MIGS axé esport

Cette année, le MIGS offrait trois conférences sur les enjeux de l’e-sport. Trois conférences peuvent paraître peu; qu'à cela ne tienne, cela représente un bon ratio quant à l'éventail des sujets présentés, allant de la monétisation à la résolution de problèmes narratifs dans des jeux à monde ouvert, en passant par des réflexions sur le jeu comme objet culturel.

Cet aspect e-sport transparaissait notamment par la mise en place de deux tournois e-sport de jeux indépendants : Darwin Project et After charge ont été mis à l'honneur lors de joutes amicales tout au long de la fin de semaine, visant à promouvoir la qualité des jeux à vocation e-sport.

Un clin d'oeil non-négligeable à cette scène en pleine effervescence qui devient de plus en plus importante en sol canadien. Avec le concours de Loto Québec récemment, avec qui d'ailleurs la soirée d'ouverture du MIGS a été organisée, il va de soi que l'e-sport aura de quoi nous surprendre l'an prochain.

Des studios passionnés présentaient en détail le fruit de leur labeur. Crédit photo : Martin Sauvé

Une belle façon de terminer l'année. Terminer en faisant le point sur les bons et mauvais coups du milieu, tout en favorisant l'amélioration et la discussion. De quoi partir 2018 de bon bien.

Catégories
ActualitésAu QuébecÉvénements

Rédacteur, linguiste et étudiant à la maîtrise en traductologie, il oriente son regard vers les impacts sociaux et culturels des jeux.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet