18 AUTRES jeux indies de 2018 à surveiller

Il faut croire qu’un article sur 18 jeux à surveiller en 2018 n’était pas assez. L’originalité ne cesse de déborder du côté des indies : des concepts jamais vus, des réinventions de mécaniques, bref, on ne peut s’empêcher de les souligner. Sortez votre wishlist Steam, c’est parti !

Untitled Goose Game

C’est House House, le studio derrière Push Me Pull You qui ont eut l’idée ridicule de vous mettre dans la peau d’une oie vraiment désagréable. Ce pauvre jardinier essaie seulement de faire son boulot, mais vous devrez tout faire pour ruiner sa journée. Manger son sandwich, voler ses outils, l’arroser… pourquoi ? Parce que vous êtes une oie, c’est tout.

Twelve Minutes

Twelve Minutes m’obsède. Peut-être que c’est en partie dû à ses visuels par le même artiste qui avait façonné l’île de The Witness, ou peut-être parce que l’idée d’être un homme piégé dans un time loop a tellement de potentiel côté narratif. 12 minutes dans lesquels vous devrez éviter un meurtre. Le jeu se joue en temps réel : vous devrez rejouer ce 12 minutes encore et encore pour trouver être au courant de tout ce qui se passe dans la maison, et éventuellement trouver la solution ultime qui brisera le time loop. Le créateur nous dit qu’il vous faudra en moyenne 8 heures pour compléter le jeu… si vous êtes bon dans les jeux de puzzle.

Shakedown Hawaii

Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais complété Retro City Rampage. Trop difficile et un peu trop vieillot à mon goût. Peut-être que sa suite spirituelle par les mêmes créateurs, Shakedown Hawaii sera plus ma tasse de thé. Déjà, le style 16-bit est beaucoup plus invitant, et sa sortie initiale sur Switch est peut-être la meilleure plateforme pour profiter de ce jeu. C’est ce qui se rapproche le plus d’un Grand Theft Auto sur une console de Nintendo.

Nour

« On ne joue pas avec la nourriture ! », vous a probablement dit un de vos parents lorsque vous étiez petit. Maintenant que vous êtes grand, pourquoi ne pas en profiter ? Nour est un jeu expérimental issu d’un Kickstarter qui vous propose justement de vous plonger la main dans vos aliments et de leur faire faire n’importe quoi. Son créateur est ultra-sympathique, et s’amusait en convention à vous faire essayer le démo de Nour avec un contrôleur étrange à 16 boutons. Ce n’est peut-être pas un jeu à proprement parler, mais who cares, ça a l’air hilarant.

No Longer Home

Dans « 29 », le premier chapitre gratuit de No Longer Home, on suit Bo et Ao, alors qu’ils termineront leur colocation à la suite de la conclusion de leur étude. Ils se lanceront dans le néant de la vie, (le monde du travail,) incertain de leur futur. Avec sa touche de réalisme magique, on peut y trouver une influence de Kentucky Route Zero (ce qui est une très bonne chose). Sachez que si vous supportez Humble Grove sur Patreon, cet épisode est disponible en version bêta dès maintenant!

Super Meat Boy Forever

Le jeu original étant maintenant en vente sur Switch (ainsi que toutes les plateformes imaginables), il était grand temps que Team Meat nous offre une suite digne de ce nom. Forever était d’abord censé être un jeu mobile, c’est pourquoi son côté « auto-runner » est si différent du premier jeu. Je pense que son prix de lancement aura un gros impact sur l’opinion générale, puisqu’il est en compétition contre d’excellentes plateformer sur la même plateforme, soit The End is Nigh, Runner 3, Splasher, Celeste, bref, ce n’est pas le choix qui manque.

Ape Out

Je suis toujours autant étonné de voir à quel point les jeux publiés par Devolver Digital son cohérents dans leur style et gameplay, même s’ils proviennent de développeurs complètement différents. Ape Out, c’est un Hotline Miami sans arme. En fait, vous êtes un gorille en furie qui tentera de s’échapper, malgré la centaine de gardes qui se trouveront sur son chemin. C’est violent, c’est rythmé, c’est coloré, c’est tellement Devolver. Un démo est présentement disponible sur Steam!

My Friend Pedro

Dans la même veine, on retrouve un autre jeu de Devolver Digital, qui vous décrochera la mâchoire. En termes d’action spectaculaire, on ne peut pas faire mieux. Tout y est : bullet time, dual wielding, wall jump, vaulting et plein, plein d’autres anglicismes sont au rendez-vous. Le protagoniste peut parer les balles avec les objets qu’il a sous la main, pendant qu’il enchaîne les roulades et pirouettes pas du tout nécessaires. C’est tellement exagéré que ça me fait rigoler.

Desert Child

La force des indies, c’est de parfois nous sortir des concepts si étrange qu’on a de la difficulté à les classifier. Dans le cas de Desert Child, on a le droit à un RPG de course d’hoverboard, inspiré par Akira et Cowboy Beebop. Les courses prennent la forme et le gameplay d’un space shooter, dans lequel la récolte des bonus et la destruction des ennemis est la priorité. Entre celles-ci, on pourra se balader dans différentes villes post-apocalyptiques pour y manger des ramen. Ce projet issu de Kickstarter déborde d’originalité, je lui souhaite toute l’attention qu’il mérite!

Manifold Garden

William Chyr a sans aucun doute eu un moment d’illumination en jouant à Antichamber: le style visuel de son premier jeu, Manifold Garden, est carrément identique. Il faut pourtant avouer que sa version a l’air tout à fait géniale. Elle vous plonge dans des univers infinis, sans plafond ni plancher, qui se répètent pour l’éternité. Les casse-têtes vous demanderont d’inverser la gravité pour atteindre des points précis, de quoi vous faire perdre le nord.

A Way Out

Le mode écran partagé, ce n’est pas nouveau. Par contre, un jeu narratif où deux personnages vivent les mêmes évènements de deux points de vue différents, c’est délicieusement innovant. A Way Out ne sort malheureusement pas des sentiers battus côté scénario : encore une histoire d’évasion de prison. On peut tout de même laisser le bénéfice du doute à Josef Fares qui était responsable du magnifique Brothers A Tale of Two Sons. Après son discours alarmant au Video Game Awards, je lui souhaite un succès commercial, sinon...

Noita

Dans l’univers infini du rogue-lite généré aléatoirement, on a trop souvent affaire à de la répétition de blocs ou de pièces préétablie. Noita offre exactement le contraire. Chaque pixel est simulé. En gros, ça veut dire que le terrain sera affecté par le feu, l’acide, l’eau ou tout autre liquide qui interagissent d’une façon réaliste. On pourra utiliser ces physiques de particules à notre avantage, pour que chaque partie soit différente de la précédente.

Chasm

Pour plusieurs d’entre-vous, Chasm est sur votre radar depuis déjà trop longtemps. La description de Chasm peut sembler un peu générique, mais le gameplay présenté à date est très convaincant. Attention, voici les mots-clés : metroidvania-plateformer-aventure-hack and slash-dungeon crawler aux niveaux généré aléatoirement, en pixel art. Ouf ! Tout y est, je crois !

The InnerFriend

Le premier jeu du studio Montréalais Playmind a fait tourner les têtes lors de sa présence au MEGA en novembre dernier, et avec raison. Beau, artistique et effrayant. The InnerFriend vous met dans la peau d’un enfant brisé (littéralement) par les mauvaises expériences dans sa vie. C’est au travers de ses cauchemars que vous comprendrez ce qui le traumatise, dans ce jeu d’exploration narratif d’horreur. J’ai entendu entre les branches qu’il serait aussi compatible avec le PlayStation VR, question de vous donner encore plus de sueur froide...

Outward

Nine Dots Studio ont peut-être un des projets indie Québécois les plus ambitieux à date. Il s’agira d’un RPG/survival à monde ouvert, entièrement jouable en écran partagé. Pour un jeu indépendant, je dois avouer être impressionné par la beauté des paysages. On nous promet un système de magie complexe, des quêtes différentes à chaque fois que vous recommencez le jeu, et une difficulté notable.

Ashen

Oui oui, le même Ashen qu’on nous présente à la conférence E3 de Microsoft depuis plusieurs années. C’est lui aussi un RPG d’action, mais ce sera peut-être son mode multijoueur qui le fera sortir du lot. Comme dans Journey, il n’est pas possible de jouer directement avec un ami. Vous commencez le jeu seul, et vous rencontrerez peut-être un autre joueur au hasard avec qui vous devrez collaborer. (Enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre, nous n’avons pas encore beaucoup de détail sur le jeu).

The Gardens Between

Escalader des dizaines de montagnes en colimaçon est peut-être plus difficile qu’on pense, lorsqu’on doit manipuler le temps pour y arriver. Rassurez-vous, les développeurs le décrivent comme « un jeu complexe le plus simple possible », et c’est une description idéale pour un jeu de puzzle. Les casse-têtes doivent être innovateurs, tandis que tout le reste devrait être le plus épuré possible pour ne pas nuire à la réflexion. Ne retenez pas votre souffle, The Gardens Between est prévu pour un lointain Q3 2018. Néanmoins, sa page Steam déjà en ligne vous permet de l’ajouter à votre liste de souhait, question de ne pas l’oublier.

Wattam

Quand j’ai vu la bande-annonce de Wattam pour la première fois, je n’y comprenais rien. J’ai ensuite réalisé qu’il était développé par le créateur de Katamari Damacy. J’ai alors réalisé qu’il n’y avait rien à comprendre. Juste de la pure folie. Il contiendra une centaine de personnages différents, tous plus mignon les uns que les autres.

Catégories
À venirCritiquesDossiersJeuxMicrosoftMobileNintendoPC / MACPlaystation
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet