À vos manettes! : la blague de trop

Nouvelle sélection de titres à (re)découvrir!

Cette semaine, alors que de l'autre côté de la frontière on transfère les problèmes de violence vers les jeux vidéo, ici, on s'intéresse à quelque chose de plutôt joyeux: le rire. Quoi de mieux pour atténuer la réalité du quotidien que de rire un bon coup?

Cette semaine, nos rédacteurs vous parlent de certains jeux qui les ont fait rire. Un rire honnête, parfois interminable. Le genre de rire qu'on veut partager. Bonnes découvertes!

  • Adventures of Bertram Fiddle (Episode 1) - Steam (Windows et Mac) - Martin Brisebois

Adventures of Bertram Fiddle est ce qui se rapproche le plus d’un dessin animé (à part Cuphead, mettons); pas seulement grâce à son style très « Cartoon Network », mais aussi par son humour absurde et candide. Il compte parmi les rares jeux d’aventure point-and-clic dont même les descriptions d’objets ont réussi à me faire rire. Côté gameplay, ses casse-têtes sont un peu trop simples et sa durée de moins de 2 heures pourrait en faire rager plus d’un, mais c’est son humour qui m’a tenu accroché du début à la fin. Ça adonne bien, puisque l’épisode 2 est disponible depuis la fin d’août! On me souffle à l’oreille que ce deuxième épisode est encore parsemé de bugs; je vous conseille alors d’attendre un peu ou de profiter du premier épisode qui ne coûte que 6,50 $.

  • South Park: The Stick of Truth - PS3, Xbox 360, PS4, Xbox One, Windows - Pier-Luc Ouellet

Ce n’est pas une réponse nécessairement étonnante; South Park: The Stick of Truth est un jeu reconnu comme hilarant par les fans de la série télévisée.

Ce qui est plus étonnant toutefois, c’est que je ne suis pas du tout fan de la série. Pas que je la déteste non plus, mais plus jeune mes parents m’interdisaient (avec raison) de l’écouter, et je n’ai juste jamais embarqué par la suite.

Mais j’ai quand même décidé d’essayer le jeu, et j’ai tout de suite été conquis.

Les références sont nombreuses, même si vous ne suivez pas nécessairement la série. On parodie les codes des jeux vidéo et des univers fantastiques; on s’amuse avec des références de culture populaire.

C’est vulgaire, c’est irrévérencieux, ça va souvent trop loin, et on rit, énormément. Mention spéciale au boss final de la clinique d’avortement.

  • Gang Beasts - Steam (Windows, Mac OS et Linux) et PS4 - Simon Forget

Gang Beasts est simplement fantastique lors d'une soirée en groupe pour simplement éclater de rire et s’amuser. Ce jeu de combat en arène dans des lieux absurdes (comme une usine de saucisse ou des camions) a des contrôles qui donnent l’impression que notre personnage est complètement ivre. Résultats : personne n’est réellement bon à Gang Beasts. On ne fait que se balancer n’importe comment, s’accrocher au bord d’un précipice et provoquer des meurtres sordides. Coloré, pas de sang, simple et hilarant à regarder.

La série Disgaea se distingue par son humour étrange et parfois déplacé; un humour rempli de sous-entendus et de blagues douteuses à chaque détour, sans compter la constellation de mauvais jeux de mots. En somme, un humour qui me plait et qui me surprend malgré tout, surtout s'il y a une critique derrière les caricatures. Ajouter à cela de complexes mécaniques de J-RPG tour par tour avec d'innombrables possibilités, et me voilà conquis.

Le cinquième opus n'est guère épargné et reprend fidèlement la chandelle. On ne se bidonne pas nécessairement; plutôt, on se laisse surprendre par la qualité d'un jeu de mots, par une référence bidon bien placée. Un rire discret et sincère. Et puis, entre ça et Gang Beasts...

Airight. Gang Beasts est vachement plus hilarant. Mais ne m'enlevez pas mes jeux de mots et mes blagues à deux balles, pitié?

Catégories
AnnoncesJeux
Rédacteur, linguiste et étudiant à la maîtrise en traductologie, il oriente son regard vers les impacts sociaux et culturels des jeux.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet