DJMAX Respect – La compilation ultime

Les jeux de rythme semblent avoir repris du poil de la bête dernièrement, avec un nombre surprenant de sorties Switch et mobile. Étant un amateur du genre, c’est avec les bras ouverts que j’accueille DJMAX Respect, un des rares titres de la série à venir nous visiter en Amérique. Normalement sur console portable (PSP), ce DJMAX est d’autant plus intéressant par cette première apparition sur console de salon (PS4).

«Press X to pay Respect», nous dit l’écran titre du jeu, avec comme arrière-plan des pierres tombales nommées «Portable1, 2, 3, et Technika». Le message est clair : la PSP et la Vita sont mortes. C’est par respect pour les fans que Neowiz nous offre cet ultime hommage à la série : une compilation qui tente de regrouper tout le contenu des titres précédents.

DJMAX, c’est un jeu de rythme à 4 boutons. Et 5 boutons. Ou 6 boutons. Ou même 8 boutons. En fait, c’est ce qui le différencie des IIDX ou Sound Voltex de ce monde : il n’y a pas de façon officielle d’y jouer. On peut configurer la Dualshock selon notre désir, tandis qu’on nous offre des modes de jeu à 4,5, 6 et 8 boutons. Certains choisiront les gâchettes, d’autres iront avec le d-pad et les boutons carré, triangle et cercle, alors que d’autres préféreront l’utilisation d’un contrôleur spécial totalement optionnel (j’y reviens plus tard). Contrairement à toutes les autres séries où le contrôleur dirige l’expérience, dans DJMAX, c’est le joueur qui la façonne.

C’est sur un rail vertical (fortement influencé par Beatmania) que les notes défileront. Il faut évidemment appuyer sur la bonne touche lorsque la note en question atteint la ligne au bas de l’écran. En jouant, on accumule du «fever», un multiplicateur de points à la Rock Band ou Guitar Hero qu’on devait activer une fois plein. Dans Respect, on peut le mettre à «automatique», ce qui nous laisse nous concentrer sur les notes.

L’énorme avantage de la version PS4, c’est qu’on peut y jouer à deux personnes à la fois. La musique sera la même pour les deux joueurs, mais il est possible de choisir le nombre de boutons et la difficulté indépendamment. Vous pouvez donc y aller pour une compétition entre amis (même difficulté pour les deux joueurs, où chacun tente d’accumuler un meilleur pointage), ou vous pouvez initier quelqu’un à la série en lui permettant de jouer au niveau le plus facile, sans que ce soit ennuyant pour vous. C’est génial.

Du contenu à profusion

Le jeu de base contient 147 chansons, dont 40 compositions originales pour Respect (ce qui est énorme pour un jeu de rythme). Neowiz a l’intention d’y ajouter l’intégralité des chansons des anciens jeux via plusieurs DLC.

Outre la quantité de contenu en termes de chansons, Respect fait beaucoup d’effort pour garder votre attention. En jouant, vous accumulez des points d’expérience : chaque level up débloque plus de contenu, comme de nouvelles pistes audio, ou encore des skins pour modifier l’apparence de l’interface. Un système «d’achievements» est aussi en place, qui débloque lui aussi des items lorsque vous aurez atteint des étapes importantes (un nombre de parties, de combos, etc.).

Finalement, un mode mission vous propose des défis spécifiques, tel que réussir à atteindre un combo ou pointage dans une série de chansons prédéfinie. On a l’habitude des jeux de rythme standard dans lesquels on fait des cycles de 3 chansons pour ensuite être rejeté par un écran «thank you for playing / game over». Bien qu’il existe dans DJMax le mode arcade qui se déroule comme ceci, on ne manque pas de choses à faire.

EZMAX et Virgoo Fever

Comme je le mentionnais plus haut, DJ Max n’exige pas de contrôleur spécial, mais ça ne veut pas dire qu’il n’en existe pas! DJ Dao et Virgoo ont tous deux fabriqué un mastodonte capable de subvenir aux besoins des joueurs de DJMax. Étant donné que DJMax se joue avec 4, 5, 6 ou 8 touches, une seule configuration de touches n’est pas suffisante. On se retrouve donc avec un contrôleur à 16 boutons et deux platines!

L’énorme avantage qu’ils amènent, c’est la compatibilité avec presque tous les gros jeux de rythme, autant sur PS4 que sur PC. Ça comprend Beatmania, Sound Voltex, Project Diva, Musync, Stepmania, Osu et même Pop’n Music (si on le tourne à 180 degrés pour utiliser les 9 boutons au centre du EZMAX).

Ce n’est pas une solution parfaite, particulièrement pour Sound Voltex où les tables tournantes font office de «knob», mais ça reste tout à fait génial pour tester différents jeux avant d’investir dans une multitude de contrôleurs différents.

Le EZMax est disponible présentement pour 300 $ US, tandis que le Virgoo Fever est en rupture de stock.

DJ MAX vs Beatmania IIDX

Je ne peux m’empêcher de comparer DJMAX à Beatmania. Pas nécessairement parce qu’ils sont similaires à première vue, mais surtout parce que je me suis mis à IIDX depuis l’automne dernier. Mon point, c’est qu’il y a une différence de qualité notable entre les compositions musicales des jeux Bemani et celles des DJMAX. J’écoute les trames sonores des IIDX à l’extérieur du jeu. DJMAX? Pas vraiment… Je sais, c’est 100 % subjectif, mais jusqu’à un certain point, ça peut affecter le gameplay. Si la mélodie est quelque peu discutable, elle devient difficile à suivre et imiter. Écoutez la percussion et le synthétiseur de White Blue, à la vingt-cinquième seconde du vidéo ci-dessous.

Étrange, n’est-ce pas? Dans les Bemani, j’ai toujours l’impression que je peux comprendre les «patterns» simplement en écoutant la musique, alors que c’est plus ou moins le cas dans les DJMAX. Le plus facile à voir, c’est dans Dance Dance Revolution où les chansons en difficulté facile contiennent surtout des notes sur les «beats» et «demi-beats». Dans DJMAX (ou SuperBeat Xonic), ce n’est pas le cas : elles suivent la mélodie, peu importe le timing. C’est donc peut-être un peu plus difficile au début de décortiquer la construction de chaque chanson.

Gardez en tête que je suis plus un joueur qui se dirige par le son. Si vous êtes plutôt quelqu’un de visuel, rien de tout ceci ne vous dérangera. (En gros, c’est probablement moi le problème, mais bon, il fallait que ça sorte).

Tap Sonic World Champion

Au passage, je ne pouvais m’empêcher de vous glisser un mot à propos de son homologue mobile : TAPSONIC World Champion. Gratuit, il offre ses chansons en DLC. Sa trame sonore inclut les mêmes que l’on retrouve dans les DJMAX. Un écran tactile ne sera jamais aussi efficace que des boutons, mais quant à moi, TapSonic réussit parfaitement à combler ma soif de jeu de rythme dans les transports en commun.

Sinon, il n’y a pas de question à se poser : si vous aimez les jeux de rythme, il est évident que DJMAX sur PlayStation 4 est un indispensable. Il offre une tonne de contenu, de la rejouabilité à n’en plus finir et du multijoueur bien agréable. Qui sais, peut-être que le succès de DJMAX encouragera Konami à exporter les Bemani en Amérique?

Catégories
CritiquesPlaystation
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet