Aperçu de Shadow of the Tomb Raider

Le jeudi 27 avril, 2018 se déroulait une soirée privée au New City Gas à Montréal dédiée au lancement du prochain jeu mettant en scène Lara Croft: Shadow of the Tomb Raider. Seulement la presse et les influenceurs étaient conviés. La réalisation de l’événement était très réussie, les médias étaient traités comme des rois dans un lieu chic.

On nous a présenté le jeu comme étant le dernier de la trilogie de reboot de Tomb Raider (2013).

Si le premier opus se consacrait principalement sur la survie, et le deuxième sur le pillage de tombe, le troisième sera dédié à l’héritage Croft, c’est à dire le père de Lara et elle-même. On nous a répété maintes fois que le jeu mettait en avant les émotions et allait surprendre le joueur.

Ce troisième opus aura nécessité 3 ans et demi dans sa conception, 110 millions de dollars (75 pour la production, 35 pour le marketing) et les efforts de 180 employés. Il a été réalisé pour la première fois à 95% au Québec, chez Eidos Montréal.

Les deux précédents opus étaient réalisés conjointement entre Crystal Dynamics et Eidos Montréal. Cette fois, on nous a vanté de nombreuses nouveautés et changements.

Nous avons eu l’occasion de tester une démo. Les fans ne seront pas déçus. Il s’agit toujours d’un jeu cinématique, d’une montagne russe constante pour Lara. Il s’agit également toujours d’un scénario cauchemardesque où elle est sur le point de mourir pratiquement dans toutes les séquences. Tout s’effondre constamment, elle est tout le temps en danger, elle survit à peine à chaque fois.

La violence de Tomb Raider (2013) est toujours là. Lara Croft se fait malheureusement empaler, tombe de 300 mètres, se fait égorger pour chaque erreur sur un obstacle. Quelques baisses de framerate pendant les cutscenes au début de la démo sont aussi à signaler.

Certaines touches et mécanismes n’étaient pas très bien expliqués dans cette démo, il m’est arrivé de lutter sur des passages parce qu’on m’avait pas indiqué qu’elle pouvait sprinter. Ici nul doute que ce sera mieux dans le jeu final.

Au niveau des points positifs - car oui je sais les apprécier également. La réalisation est de toute beauté. Les animations sont remarquables, les environnements fabuleux. J’aime la motion capture de Lara, sa voix, gestuelle et animation faciale.

Si Uncharted nous montre des ciels bleus parfois avec des situations catastrophiques certes, mais des personnages détendus, qui font de l’humour, Lara Croft dans ce troisième opus continue de traverser un cauchemar sans fin, des environnements claustrophobiques, avec des personnages constamment stressés sur lequel l’avenir de la Terre entière repose.

Ce ne sera pas non plus un jeu pour moi comme les 2 précédents, mais je comprends que l’on puisse l’apprécier.

 

Catégories
ActualitésAu QuébecÉvénementsLocales

Après être tombé dans la marmite des grandes séries de jeux vidéo japonais depuis la NES, il n’en est jamais sorti et continue de suivre chacun des épisodes de Mario, Sonic, Castlevania, Street Fighter, Mega Man, Pokemon, Shenmue, Soul Calibur, Kirby… qui sort.

Il en a même fait sa profession et est devenu programmeur de jeu.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet