City of Brass: La fusion de Prince of Persia, Aladdin et Indiana Jones

Si vous vous êtes déjà demandé ce que donnerait un mélange de première personne et Prince of Persia, le résultat serait sûrement très près de City of Brass. À travers ce titre, le studio Uppercut Games Pty Ltd a frappé très fort en apportant un jeu captivant et demandant.

Viser le mille

Chacune des cartes est une course contre la montre. Vous devez travailler pour atteindre le centre de la ville le plus rapidement possible. Jusque là, le principe est assez simple. En plus de vous dépêcher, vous devez ramasser le plus d’objets de valeur possible. Comment sait-on si un objet est de valeur ou non? Il est automatiquement transféré en argent que vous pourrez dépenser plus tard. Si un objet est ordinaire, vous pourrez l’utiliser pour lancer sur les ennemis. Équipé à temps plein de votre fidèle fouet et de votre cimeterre, vous devrez vous surpasser pour éviter les trappes et vaincre les ennemis sans mourir.

T’auras jamais un ami comme moi! - Génie, Aladdin.

C’était évident, dans un jeu basé sur les légendes arabes, il fallait des génies. En moyenne les génies sont vos alliés. Certes, il y a quelques exceptions à la règle, mais somme toute, il sont généralement présents pour vous aider. Ils vous aident en vous vendant des pouvoirs ou de la vie. Si certains génies sont unidimensionnels, d’autres sont vous offriront plusieurs possibilités. De plus, vos choix vous suivront jusqu’à votre (prochaine) mort. En espérant que le génie que vous trouviez soit celui qui peut réaliser votre souhait.

 

Pour les amateurs de The Last of US

Je ne sais pas si vous vous rappelez des bloaters? Les zombies qui se garochent sur vous dès qu’ils vous voient. City of Brass offre des zombies sensiblement équivalents. Il ne font que vous toucher et vous perdez de la vie. Comme cette dernière est très limitée et se décrit comme les coeurs dans The Legend of Zelda, vous constaterez rapidement que la ressource est précieuse.

Les nuits d’Arabie, la chute sera fatale.

En ayant des trappes à la God of War ou à la Tomb Raider, vous avez un ennemi supplémentaire à contrer : l’erreur. City of Brass laisse très peu de place à l’erreur. Plus vous avancez dans le jeu, plus les trappes sont fatales. Dans un concept de Speed Run, il n’y a rien de pire que de mettre des trappes derrière chaque porte ou au tournant de chaque mur. C’est exactement ce que le jeu vous offre. Avec une gradation de la difficulté qui  est très bien conçue, vous aurez la chance de développer vos talents de détection des pièges avant de tomber dedans.

De plus, les pièges ne sont pas seulement vos ennemis, vous pouvez aussi les utiliser pour ralentir ou éliminer les zombies. Il va falloir utiliser votre environnement pour vous aider à traverser la ville rapidement et à défaut de semer les monstres, vous pouvez au moins leur mettre quelques bâtons dans les roues.

 

Pour mon dernier voeux, je souhaite...

City of Brass apporte beaucoup d’éléments intéressants dans l’univers du jeu à la première personne. Visuellement impeccable, ce jeu mérite d’être essayé. L’un des seuls éléments négatifs de cet univers est le côté saccadé. Comme les tableaux se font rapidement, cela enlève le côté addiction au jeu. City of Brass est idéal pour les casual gamers qui cherchent un bon défi, mais pour les joueurs plus intenses, il manque un petit quelque chose. Dans son ensemble, il est très réussi et mérite votre attention.

Catégories
CritiquesMicrosoftPC / MACPlaystation

Natif de St-Valère et bachelier en linguistique depuis 2015, je me suis toujours intéressé au domaine des jeux vidéo. J’adore tous les types de jeux, ma seule condition: avoir du plaisir à jouer. Je me spécialise en RPG, en jeux de sports et en licences oubliées.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet