E3 2018 : Bethesda – Applaudissez… s’il vous plaît

Dimanche soir avait lieu la tant attendue conférence de Bethesda à l’E3. Fidèle à ses habitudes, l’éditeur n’a pas hésité à se jouer des attentes de ses fans en distribuant bonbons et déceptions en égales mesures. Bilan d’une présentation aux silences parfois éloquents… et souvent gênants.

Nous, on ne vous fera pas poireauter

Commençons par ce qui était le plus attendu avant de passer au reste : Fallout 76. Sir Todd, seigneur de Howard, prince pour plusieurs, a fait son entrée royale à la mi-temps de la conférence. Oh! bien sûr, il a commencé par quelques boutades au sujet de Skyrim qu’ils sortent pour toute forme d’appareil contenant ne serait-ce qu’un centimètre carré de circuits imprimés mais ils en est vite venu au vif du sujet : de l’information officielle sur l’un des jeux les plus attendus de l’E3, et ce, de la bouche de la personne la mieux placée pour la donner.

Fallout 76 offrira un monde ouvert aux proportions gigantesques : quatre fois plus grand que son prédécesseur Fallout 4 et présentant 16 fois plus de détails dans le rendu. Le monde comporte six zones différentes avec chacune ses propres défis, créatures et récompenses. Todd Howard a confirmé que le jeu était « entièrement en ligne », réalisant ainsi le rêve de plusieurs : jouer à un jeu de Fallout en coop. Cependant, les joies de la coopération viennent aussi avec un risque : selon l’une des vidéos présentées, Fallout 76 comporterait aussi un élément de PVP, ce qui risque d’en refroidir plus d’un. Heureusement, il sera aussi possible de s’embarquer dans cette nouvelle aventure en solo, puisque cette récente mouture conservera les notions de niveaux, de quêtes et de progression de personnage des anciennes.

Todd Howard s’est amusé à décrire le jeu comme du « softcore survival », en ce sens que la mort – qui viendra fréquemment, prédisons-le – ne signifiera en rien la perte de votre personnage ni de vos acquis. Ainsi, l’accent est mis sur la pérennité des progrès accomplis individuellement ou en groupe avec les quelques douzaines de personnes qui partageront votre instance. D’ailleurs, à ce titre, la construction de bases est fortement mise de l’avant comme un élément central du gameplay. Non seulement sera-t-il possible de bâtir n’importe où, mais encore pourra-t-on déplacer nos œuvres. Reste à voir comment tout ça va marcher.

Nous n’aurons pas à patienter très longtemps pour en avoir le cœur net : Fallout 76 pourra tomber entre nos mains avides le 14 novembre de cette année.

 

 

Le Bethesda nouveau est arrivé

Pour ce qui est des autres annonces, je vous les jette ici « en touffe, sans les mettre en bouquets », comme disait Cyrano de Bergerac.

Présenté comme « l’open-world shooter le plus fou jamais créé », RAGE 2 a ouvert le bal avec sa plus belle robe rose fluo. Une fois passée une performance musicale qui a laissé le public de glace, nous avons eu droit à une nouvelle vidéo de gameplay montrant le protagoniste, « Walker, le dernier ranger du wasteland », casser du méchant. Combat véhiculaire, mécaniques de FPS nerveuses et rapides, pouvoirs spéciaux – tout pointe vers un enfant bâtard de Borderlands et de Mad Max… ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi. RAGE 2 sort au printemps 2019.

The Elder Scrolls Online aura deux nouveaux DLC. Wolfhunter aura comme sujet les loups-garous (AGROU-GROU) tandis que Murkmire nous amènera chez les Argoniens.

Bonne nouvelles pour les fans de DOOM : ils auront droit à une suite, DOOM Eternal, un jeu qui nous promet « deux fois plus de démons ». À en croire la vidéo promotionnelle, on serait en situation d’invasion de la terre par les forces infernales. On en saura plus au QuakeCon du mois d’août.

Autres gâteries : Prey a reçu une mise à jour importante le soir même avec trois modes de jeu : Story, New Game Plus et Survival. Gratos, mes amis! On réservera tout de même les réjouissances les plus marquées pour le DLC Mooncrash, une sorte de campagne roguelike où les ennemis et les récompenses changent à chaque partie, disponible maintenant. Autre DLC : Typhon Hunter, un mode PVP qui opposera un joueur humain à cinq joueurs mimic sortira cet été pour la modique somme de rien du tout.

La série Wolfenstein continue de grandir et accueillera un nouveau-né en 2019 : Wolfenstein : Youngblood mettra en scène les filles jumelles de B.J. Blazkowicz alors qu’elles affrontent les méchants nazis dans le Paris des années 1980. Des jumelles? Oui, alors assurément on pourra jouer en coop pour la première fois à un Wolfenstein. Autre sortie en 2019 : un nouveau jeu exclusivement en VR, Wolfenstein : Cyperpilot, vous permettra d’incarner un hacker farfouillant dans les entrailles de robots nazis. Quant à The New Colossus, il sera disponible sur la Nintendo Switch à la fin du mois.

En compétition avec Skyrim pour le jeu qui a infesté le plus de plates-formes, Fallout Shelter s’est glissé le soir même sur la PS4 et la Switch, toujours gratuit, soit dit en passant.

Enfin, ce qui s’est voulu une grosse annonce : Todd Howard a présenté un tout nouveau jeu, Elder Scrolls : Blades. Il s’agit d’un jeu de rôle à la première personne qui a la particularité d’être sur mobile. Ils ont fait beaucoup de cas du fait qu’on pouvait y jouer à une seule main, mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’il s’agira d’une expérience de jeu diversifiée avec du roguelike, du PVP mais aussi une histoire traditionnelle avec quêtes et progression de personnage. Elder Scrolls : Blades sera disponible cet automne et sera gratuit. Bien que la première version se trouvera sur le Apple App Store et Google Play, Bethesda compte développer le jeu pour le plus de plates-formes possible, et ce, avec possibilité de jeu cross-platform total.

 

 

Secrets de Polichinelle

Juste pour vous donner une idée de l’impact de ce qui aurait pu constituer les deux plus grosses annonces de la conférence, je vais leur accorder la même proportion de mots dans mon article que de temps qui leur a été alloué au E3.

Vous êtes prêts?

Bethesda travaille sur Starfield, une toute nouvelle licence dans la veine de la science-fiction, et The Elder Scrolls VI est une chose qui existe et qui sortira un jour.

Merci, bonsoir.

 

 

 

Le malaise…

Depuis le temps qu’on s’en doute, les jeux publiés par Bethesda sont créés par des gens. Parce que, vous savez, on trouve des gens qui travaillent chez Bethesda. Oui, oui! Maintenant que nous avons indiscutablement dissipé le moindre doute à ce sujet, est-ce que l’éditeur pourrait s’il vous plaît cesser avec ses vidéos montrant le train-train de ses employés? La formule est plus qu’éculée. Dans une conférence qui dure une heure, ça ne fait qu’étirer le temps avant qu’on en vienne aux infos vraiment pertinentes.

Dignes de mention aussi : les pauvres hères qu’on a chargés de venir nous parler d’Elder Scrolls : Legends et de Quake Champions. Les miettes qu’ils avaient à lancer aux pigeons de la presse étaient si maigres qu’ils se sont vite trouvés les mains vides devant une volée de journalistes affamés. Elder Scrolls : Legends obtiendra du nouveau artwork; Quake Champions offrira de nouvelles fonctionnalités qu’on pourra mieux examiner en août au QuakeCon. Voilà : deux phrases qui auraient pu être prononcées par Pete Hines entre deux autres annonces sans avoir à forcer ces jeunes hommes à venir quémander un peu d’enthousiasme à un public indifférent.

Parlant d’indifférence, le malaise était palpable à certains moments de la conférence alors que plusieurs présentateurs peinaient à composer avec le manque de réaction de la foule. Outre les susmentionnés, on aura noté les longs silences entre les répliques de Tom Willits et Magnus Nedfords alors qu’ils s’efforçaient de nous vendre un jeu qu’on voulait déjà acheter, RAGE 2. Il faudrait apprendre aux futurs conférenciers que ce n’est pas obligatoire de prendre une pause pour les applaudissements quand il n’y en a simplement pas.

 

 

Finalement, le grand absent

Est-ce que je suis le seul à avoir remarqué que, même s’ils ont parlé de toute une pléthore de licences – même certaines qui n’avaient pratiquement rien à offrir de nouveau comme Elder Scrolls : Legends – la licence Dishonored n’a reçu aucune mention? Je comprends que le développeur Arkane Studios a eu fort à faire avec tout le contenu qu’ils ont développé pour Prey, mais il me semble qu’il aurait été sage de rassurer les fans que la série n’est pas morte et enterrée?

Ou du moins plus pertinent que de name-dropper The Elder Scrolls VI sans rien dire de plus?

Catégories
E3
Littéraire académique défroqué mais toujours pratiquant, Yannick Morin est tombé dans l'enfer dantesque des jeux vidéo quand il a réalisé qu'il aimerait bien faire ce qu'il aime dans la vie. Il s'y vautre depuis, pour votre grand plaisir.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet