L’univers fascinant de Simon Stålenhag

Peu de gens s’en rendent compte, mais c’est surtout Simon Stålenhag qui est responsable de l’énorme hype de No Man’s Sky. Après la bande-annonce vague et beaucoup trop ambitieuse, on nous a laissé avec une image qui captura notre imagination : une peinture de Simon Stålenhag qui allait rester gravée dans notre mémoire. Un monde étrange et impossible qu’on a envie d’explorer, comme le reste de son œuvre.

No Man's Sky, illustration conceptuelle par Simon Stålenhag

Simon Stålenhag est un peintre suédois qui se spécialise en art conceptuel (dont No Man’s Sky). Sa spécialité : la science-fiction rétrofuturiste.

Bien qu’il utilise une tablette graphique et que toutes ses peintures soient digitales , il met beaucoup d’efforts pour qu’elles semblent réelles. On voit la texture du canevas et les coups de pinceau : toute la beauté traditionnelle avec les avantages de la technologie. Rétrofuturiste, même dans sa méthode de travail.

Étonnamment, Stålenhag a étudié en game design au Future Games Academy à Stockholm, bien qu’il n’ait pas encore utilisé cet outil dans ses projets. L’homme aux mille et un talents a aussi composé la trame sonore pour quelques courts et longs métrages.

Mais c’est vraiment ces peintures qui ont attiré l’attention du grand public, et je suis carrément obsédé par celles-ci.

The Loop and the Flood

Amateur de photographie, c’est lorsqu’il s’est amusé à peindre des paysages de la Suède en y ajoutant des vestiges de véhicules robotisés que sa carrière a éclaté. Ce n’était qu’un simple passe-temps jusqu’à ce qu’un article sur The Verge à propos de lui soit tombé viral et l’a propulsé vers la gloire.

La particularité de son œuvre, c’est qu’elle raconte une histoire. Son premier recueil publié est beaucoup plus qu’un « artbook » : chaque pièce est accompagnée de textes qui les relient entre elles, qui forme un univers unique.

Tales from the Loop est arrivé à temps pour la résurgence des années 80. Dans ce livre de 2015, Stålenhag raconte son enfance en suède, mais en y ajoutant des éléments fictifs. C’est un peu comme s’il fouillait dans ses souvenirs et qu’ils étaient distortionnés par le temps.

Cette Suède alternative abrite un accélérateur de particules gigantesque souterrain (The Loop), qui constitue une avancée technologique importante pour l’époque. Il transforma la vie de la population qui vit au-dessus, permettant la création de véhicules volants propulsés par d’énormes aimants circulaires. Depuis la construction du Loop en 1969, les installations se sont quelque peu détériorées. Notre petit Simon (fictif) des années 80 grandissait donc entouré de reliques métalliques rouillées, comme les vestiges d’une civilisation mystérieuse disparue.

Une version RPG papier basée sur le premier livre est aussi disponible! Elle est issue d’un Kickstarter qui rassembla plus de 5600 contributeurs. Il y a définitivement une ambiance « Stranger Things » dans ce RPG, ce qui fait changement du traditionnel univers médiéval fantastique.

La grande nouvelle de la semaine, c’est qu’une minisérie de 8 épisodes basés sur Tales from the Loop vient d’être commandée par Amazon! Elle sera produite par Fox 21, scénarisé par Nathaniel Halpern (Legion) et réalisé par Mark Romanek (Never Let Me Go). C’est à surveiller!

Things from the Flood, sorti en 2016 est une suite directe, couvrant les années 90 de l’adolescence semi-fictive de Stalenhag. L’accélérateur de particules a été fermé, mais une montée d’eau noire provenant des laboratoires souterrains sème la terreur. Il y a aussi ces robots terrifiants qui vivent en tribu dans les bois...

Un phénomène qu’ils appellent « le cancer des machines » affecte le matériel électronique de la manière la plus cauchemardesque qui soit. L’art de Stalenhag n’a pas pour but spécifique de vous effrayer, mais la plupart du temps, elle contient une aura inquiétante qui réussit à vous transmettre un léger frisson dans le dos.

Si les descriptions que j’en ai fait ont réussi à vous intriguer, je vous recommande fortement de vous procurer ces deux volumes, d’autant plus que leur prix ne cesse d’augmenter vu la popularité grandissante de Stalenhag.

Après Avengers Infinity War, The Electric State

Son troisième livre, The Electric State a été financé par une campagne Kickstarter qui fit tourner bien des têtes, dont celles des frères Russo, les réalisateurs de Avengers Infinity War. Après la grande finale de Marvel en mai 2019, ils ouvriront leur propre studio de production, et ont choisi d’acquérir les droits de The Electric State pour en faire leur prochain projet. C’est Andy Muschietti, le réalisateur de « It », qui assistera à la réalisation. On se retrouve donc avec une équipe du tonnerre, qui promet d’en faire quelque chose de grandiose.

Si vous êtes comme moi et que vous avez manqué la campagne Kickstarter, vous pouvez présentement précommander The Electric State sur Amazon pour le recevoir à sa sortie américaine officielle, le 25 septembre 2018.

N’ayant pas pu mettre la main dessus, je ne peux donc pas vous donner énormément de détails sur son scénario, mais nous savons qu’il se déroulera pour la première fois en Amérique, avec une population obsédée par la réalité virtuelle. On nous confirme que ce livre fait partie du même univers, simplement vu de l’autre côté de l’océan.

L’Amérique, avec sa pub plus grande que nature, a laissé des carcasses de mascottes un peu partout. (Vous saviez que Stalenhag a grandi avec un Sega Genesis? C’est un tantinet plus évident avec la peinture ci-dessous. Sonic, est-ce que c’est toi?)

Labyrenten

Puisqu’il a déjà complété The Electric State, c’est le moment pour Stålenhag de se lancer sur son prochain projet : Labyrenten. Les images sont peu à peu dévoilées sur son site officiel . Jusqu’à maintenant, on y voit une famille qui laisse leur fils en sécurité dans une base isolée au beau milieu d’un décor brumeux et désertique, alors qu’ils doivent se dirige en ville pour étudier un phénomène étrange...

Qui sait ce que cette nouvelle aventure nous réservera. Et comme toujours, chaque image m’absorbe dans un tourbillon de questionnement et de fascination.

Entre-temps, sachez que ses toiles sont offertes en version imprimées sur son compte officiel RedBubble.

Catégories
Dossiers
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet