Paper Cult et PopAgenda, survivre dans le monde du PR quand on est indie

Avec sa hache, son build tout neuf et son PopAgenda, Paper Cult voyage léger à Pax West. Le fondateur Raphaël Toulouse embarque juste l’essentiel car il sait que toutes les opportunités sont déjà sur le terrain, il suffit d’être un peu créatif et de bien planifier. Ou du moins, c’est ce que j’ai appris en jouant à Bloodroots, le nouveau jeu sandbox d’action-découverte imaginé par ce studio montréalais. Aiguillés par les savants conseils de PopAgenda, nouvel outil de relations publiques local tout en un, ils sont fin prêts à affronter la horde de nouveaux joueurs assoiffés de jeux neufs. Voici leurs quelques conseils de survie...

Préparer ses munitions

Ultra violent vu de loin, ultra créatif et presque cartoonesque de près, Bloodroot est avant tout un jeu de combat qui incite le joueur à s’adapter constamment.

Avec des armes éphémères, des munitions et des ennemis agressifs, on est sans cesse obligés d’innover et de planifier pour mieux utiliser l’environnement et vaincre les ennemis d’une façon chorégraphiée; un peu comme dans un film de Jackie Chan en fait ! 

“La violence dans Bloodroots n’est pas une direction artistique mais une direction créative”

Le scénario original teinté de soif de vengeance quant à lui, nous promet quelques surprises : “La violence dans Bloodroots n’est pas une direction artistique mais une direction créative” nous explique Raphaël.

Vouloir frapper fort

Pax West pour eux, c’est l’occasion de faire une première annonce du jeu au public, de montrer leur variété mécanique et toute la créativité qu’il peut y avoir dans le jeu. Avec une équipe de moins de 10 personnes passionnées et 2 ans de développement acharné, ça laisse peu de temps pour planifier tout ce qui a trait au marketing, aux événements et à la gestion de communauté, surtout quand c’est leur premier projet de cette ampleur.

Avec une multiplicité de besoins qui commençaient à se diviser en une variété de casquettes trop nombreuses à porter, Raphaël s’est tourné vers son ancien collègue de Boréalys Games, Nicolas Bertrand-Verge, qui démarrait justement sa compagnie spécialisée en communication, marketing et production: PopAgenda.

Être bien outillé

Là où le marketing, l’événementiel, la gestion de communauté et le développement d’affaires n’ont plus de secrets pour Nicolas Bertrand-Verge et Geneviève St-Onge qui ont travaillé ensemble chez Square Enix à Montréal, pour Marie-Christine Bourdua, c’est plutôt la production de jeux indie! À eux trois et avec une présence simultanée sur la côte Est et Ouest de l’Amérique du Nord étant donné que Geneviève s’est relocalisée à San Francisco, ils se disent qu’ils pourraient dominer le monde en offrant un encadrement en production, marketing et développement d’affaires qui s’adapte aux besoins très spécifiques des studios indies et de l’avancement de leur projet. Pouf, PopAgenda est né!

Timer ses attaques

Ayant travaillé directement au sein des équipes créatives de jeu chez Square Enix Montréal, Nicolas nous explique que même si on a tendance à communiquer sur la sortie d’un jeu 2 mois avant et 3 mois après sa sortie, il est toujours plus payant d’impliquer les équipes marketing le plus tôt possible sur les projets. De cette façon, c’est beaucoup plus facile de faire coïncider les décisions design du projet avec les ambitions marketing.

Par exemple, dans le cas de Bloodroots, Nicolas et Raphaël ont pu travailler ensemble pour identifier les points forts du jeu comme son émergence créative. Ainsi, autant dans le jeu que dans leur plan marketing, ils ont pu mettre en place des outils qui permettront de rendre l’enchaînement de combos plus facilement partageables avec des GIF et de mettre en place des plateformes de discussion qui pourront permettre à la communauté de se fédérer (Discord, twitter, etc.).

“Quand on est indie on aime bien le rapport d’humain à humain.”

De son côté, Paper Cult est assez content de pouvoir avoir accès au couteau suisse de services de Pop Agenda tout en travaillant avec une petite équipe comme eux : “Quand on est indie on aime bien le rapport d’humain à humain” nous explique Raphaël.

Foncer le regard confiant

Après son baptême du feu à PAX West, Bloodroots nous réservera sans doute davantage de contenu dans les mois qui viennent jusqu’à sa sortie prévue sur Steam et consoles pour mars-avril 2019.

En ce qui concerne PopAgenda, après avoir déjà assuré le lancement sur Switch d’Outlast de Red Barrels, Floor Kids ou encore Just Shapes & Beats de Berzerk Studio, en plus de Bloodroots, ils seront sur le plancher de la PAX West pour présenter The Messenger de Sabotage qui vient tout juste de sortir sur PC et Nintendo Switch!

Catégories
ActualitésAperçusAu QuébecFaits au QuébecLocales
Rédactrice, narrative designer, scénariste de jeu vidéo et multi-task à temps partiel, elle porte une attention toute particulière à la dimension narrative des jeux ainsi qu'à la scène du développement indépendant.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet