Dreamhack Montréal 2018 – vivre de la compétition

Du 7 au 9 septembre dernier, la Dreamhack avait lieu à nouveau à Montréal, au Stade Olympique cette fois-ci au lieu de la place Bonaventure. Changement de décor donc,...

Du 7 au 9 septembre dernier, la Dreamhack avait lieu à nouveau à Montréal, au Stade Olympique cette fois-ci au lieu de la place Bonaventure.

Changement de décor donc, pour une exposition remplie de marchands, compétitions, et autres exposants de leur travail.

Le Stade Olympique a été pour l’occasion plongé dans la pénombre, les visiteurs ayant seulement des néons, lumières d’ écrans d’ordinateur et autres projecteurs pour s’orienter entre les stands.

Crédits Photo: Marc Shakour

 

La particularité de cet endroit par rapport aux autres emplacements est que les gradins situés tout autour de la scène permettent à un nombre impressionnants de spectateurs de regarder les différents tournois.On avait donc la plupart du temps, les matchs qui passaient sur les différents streams orientés vers les gradins avec un grand écran pour chaque jeu qui permettait de voir des 2 côtés de celui-ci l’action qui se déroulait.

Crédits Photo: Marc Shakour

 

Dreamhack est devenue une organisation internationale depuis quelques années désormais, et propose un événement supplémentaire consacré aux jeux vidéo et axé surtout sur les jeux les plus compétitifs du moment.

On pouvait ainsi participer et admirer les tournois sur notamment Starcraft 2, League of Legends, Rainbow Six Siege, Super Smash Bros Melee, Super Smash Bros for Wii U, Street Fighter V, Dragon Ball FighterZ, Brawlhalla, Counter Strike: Global Offensive, Shadowverse, Heartstone, Rocket League et quelques autres.

On note également la présence d’un stand Nintendo consacré presque exclusivement au prochain très attendu Super Smash Bros Ultimate sur Nintendo Switch.On se demandait pourquoi Nintendo n’avait pas montré la démo du jeu au Comiccon, mais l’éditeur se réservait ainsi pour un public plus hardcore-gamer.La démo fut la même que celle de l’E3 avec des matchs à 4 joueurs durant 2 minutes 30 avec les objets activés.

Je le rappelle, le moteur du jeu a été complètement refait et les habitués des précédents volets vont avoir besoin d’un temps d’adaptation aux poids et à la nouvelle physique des personnages et de chacun des mouvements.

Crédits Photo: Pierre Luc Daoust

Au sujet de Street Fighter V, il s’agissait d’un événement Capcom Pro Tour 2018, c’est à dire que les gagnants de ce tournoi remportent des précieux points afin de participer à la finale de tous les événements (se déroulant partout dans le monde) en décembre à la Playstation Experience.L’événement est évidemment totalement sponsorisé par Capcom, et on retrouve les têtes connues aux commentaires : Jakyo Manor, James Chen, Ultra David, Sajam, Yipes

Qui dit Capcom Pro Tour, dit également joueurs qui viennent du monde entier pour avoir le plus de points possibles. Ainsi les Japonais Bonchan, Mago, Momochi,les Américains Snake Eyes, Dieminion, Justin Wong, Punk, Nuckle Du, l’anglais Problem X (gagnant de l’EVO 2018), ou même le Chinois Xiaohai ont fait le déplacement

Autant vous dire que le niveau était très élevé pour tout le monde et le spectacle garanti.

Même constat du côté des deux Super Smash Bros en compétition avec beaucoup d’Américains venus pour participer et donnant beaucoup de fil à retordre à nos joueurs locaux.

Si l’année dernière, Bud Light avait reconstitué le niveau de la Flamenco Tavern de Street Fighter V pour la scène des tournois de ce jeu, cette année c’est à l’intérieur d’un ring de boxe presque classique que les experts jouaient.

Crédits Photo: Marc Shakour

Sony avait également un stand avec des concours quotidiens sur Gran Turismo, Call of Duty, Fornite, FIFA et NHL afin de gagner des goodies et accessoires Playstation.

Une des parties les plus importantes de ce Dreamhack était bien entendu le BYOC, “Bring your own computer”, de l’anglais: “Amenez votre ordinateur”. Tradition dans les événements de cette envergure, les visiteurs pouvaient apporter leur ordinateur et jouer l’intégralité des 3 jours contre d’autres fans de jeux. Il s’agit de l’incarnation moderne et grande échelle des LANs que l’on organisait à l’époque.

L'organisation No Reset Speedrun était présente, toujours la pour montrer des joueurs expérimentés finissant des jeux le plus rapidement possible. Un beau spectacle visible au salon et sur le stream tout le week-end. Cette organisation a pour noble vocation de ramasser des dons pour financer des oeuvres de charité. C'est le camp et centre de répit Saint-Louis qui accueille le fruit de leurs efforts. Et c'est un défi plus que réussi cette année, car No Reset a amassé 6118 $ durant la fin de semaine ! C'est bien plus que les précédentes itérations. Nous félicitons et remercions les organisateurs, les speedrunners, les donateurs et les spectateurs pour cette réussite.

Nous avions bien entendu un stand Multijoueur situé dans la Zone de jeux indie Loto-Québec à la manière de celle présente au Comiccon en juillet dernier. Nos amis développeurs indépendants locaux, présentaient leurs dernières productions sur tous les supports.

Nous les avons… bien entendu “libérés” après la convention. ;)

Crédits Photo: Pierre Luc Daoust

Crédits Photo: Pierre Luc Daoust

Pour ceux qui ne pouvaient pas se rendre au Stade Olympique, des streams des tournois étaient bien entendus diffusés sur Twitch avec une production d’une très grande qualité, très bien calibrée.

La Dreamhack est un événement très bien rodé que l’on voit apparaître partout dans le monde: Espagne, Suède, Etats Unis...

Avant tout destiné aux joueurs compétitifs, et professionnels, l’événement manque peut-être un peu de surprises et de différences face aux multiples événements ayant lieu à Montréal, mais cela n’empêche pas les aficionados d’en profiter pleinement.

Source image de couverture: Dreamhack Rainbow Six Siege Twitter

Catégories
ActualitésAu QuébecCS : GODota 2EsportsÉvénementsHearthstoneLeague of LegendsLocalesRainbow Six: SiegeStarcraft IISuper Smash Bros.
Après être tombé dans la marmite des grandes séries de jeux vidéo japonais depuis la NES, il n'en est jamais sorti et continue de suivre chacun des épisodes de Mario, Sonic, Castlevania, Street Fighter, Mega Man, Pokemon, Shenmue, Soul Calibur, Kirby... qui sort. Il en a même fait sa profession et est devenu programmeur de jeu.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet