Transference: est-ce qu’un jeu peut être trop court?

Vous vous rappelez avoir vu débarquer Elijah Wood et son regard inquiétant à l’E3 en juin dernier?

Eh bien c’était pour faire la promotion du jeu VR Transference, qui est sorti la semaine dernière.

C’est un jeu extrêmement court. Ça m’a pris environ 1h30 pour en voir la fin, et ce, malgré le fait que je ne suis pas très futé et que je suis resté bloqué sur quelques casse-têtes un peu trop longtemps.

Mais 1h30, est-ce que c’est trop court?

 

Une question de sous

Si vous êtes un peu plus serrés financièrement, et que vous devez donc être sélectif dans vos achats de jeux, probablement que vous allez trouver que Transference est trop court.

Beaucoup de gens aiment utiliser l’unité de mesure dollar/heure de jeu pour mesurer la «valeur» d’un jeu.

Si on utilise cette unité de mesure, un jeu comme The Witcher 3 serait un excellent deal. La version complète se détaille souvent dans les 40 dollars, et vous risquez de mettre 130 heures à compléter le jeu et ses extensions (et encore là, je suis conservateur). On parlerait alors d’une valeur de 0,30$/de l’heure.

Disons que c’est beaucoup moins cher qu’aller au cinéma et payer 15$ pour deux heures de film.

Si on décide de calculer ainsi, Transference ne serait donc pas une valeur extraordinaire. Le jeu se vend en ce moment au prix de 33,50$. On parle d’environ 22$/heure. C’est encore plus cher que le cinéma!

 

La valeur, cette notion subjective

Par contre, je trouve ce calcul simplet et grossier. Mesurer la valeur d’une oeuvre artistique à son prix de l’heure, ça me semble limité. Il y a des films qui vont changer votre vie en 1h45, et il y a des séries de 9 saisons que vous aurez oubliées aussitôt Netflix fermé.

De la même façon, j’ai passé 150h sur Fallout 4 tout en détestant chaque instant (oui, j’aurais pu arrêter avant, mais j’aime souffrir), mais The Messenger s’est instantanément hissé parmi mes jeux préférés, même s’il ne prend que 10 heures à terminer.

Pour moi, ce qui compte réellement, c’est si un jeu utilise bien le temps qu’on lui accorde.

Malheureusement, avec Transference, j’ai l’impression que la réponse est non.

 

Transference: quelques minutes gaspillées

Transference se veut une expérience narrative stressante, un thriller psychologique audacieux.

Mais il ne réussit qu’à être une promenade qui sombre vite dans la banalité. Je n’ai pas ressenti la tension qu’on voulait créer. Dès les premières minutes, non seulement le jeu nous montre-t-il la bête qui rôde dans le noir, mais il nous fait entrer en collision avec elle.

Tout de suite, l’illusion est rompue. Ce qui fait peur, dans un film d’horreur, c’est la peur d’avoir peur. Ce qu’on s’imagine est toujours bien plus effrayant que la réalité.

Mais ici, pas de raison d’avoir peur; la bête m’a attrapé et il ne s’est rien passé. Toute tension est brisée dès les premiers moments.

Pareil pour le scénario. Il y a là quelque chose qui aurait pu être. Quand j’ai terminé le jeu, je me suis demandé s’il n’y avait pas un deuxième degré qui m’aurait échappé. Je me disais qu’il y avait quelque chose de plus profond que l’histoire qui m’avait été présentée.

Mais non, pas vraiment.

Je reste vague, parce que je ne veux pas vous gâcher l’histoire si vous comptez jouer, mais il reste que pour moi, il y a au niveau du scénario une occasion manquée d’aller plus loin.

Bref, à mon sens, la durée d’un jeu ne devrait pas être le seul critère pour en mesurer la valeur. Mais quand un jeu est court ET qu’il ne réussit pas à nous marquer, il y a là trop de bonnes raisons de passer son chemin.

 

Catégories
CritiquesFaits au QuébecJeuxPC / MACPlaystationRéalité virtuelle - VR
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet