Le monde se termine avec vous : Remix Final

La Nintendo Switch connaît son lot de portages depuis sa commercialisation. La majorité de ces jeux a reçu certaines améliorations au niveau graphique et/ou a eu du nouveau contenu. Le jeu « The World Ends with You : Final Remix » n’y fait pas exception.

En effet, Square Enix et h.a.n.d ont inclus à ce jeu culte de la Nintendo DS un nouveau système de combat adapté exclusivement pour la Switch, ainsi qu’un nouveau scénario que le joueur pourra expérimenter s’il complète certaines conditions imposées par un nouveau personnage. De plus, ce portage contient également de nouvelles musiques et de nouveaux badges, ce qui en fait un jeu à essayer ou à rejouer de nouveau. Et c’est sans compter l’ajout du nouveau mode coop dans les combats!

 

Un Action RPG nouveau genre

Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion d’essayer le jeu sur la Nintendo DS, sur iOS ou sur Android, je vais vous faire un bref résumé du gameplay. Il s’agit d’un jeu se passant dans le Japon moderne, divisé en trois chapitres où le joueur contrôle Neku et doit survivre dans ce qu’on appelle les Reaper’s Game (jeu des Reapers). Comme dans la plupart des Action RPG, le joueur doit compléter des quêtes pour continuer l’histoire, telles que rapporter des objets spécifiques ou encore détruire tous les monstres (les Échos) présents dans les différents quartiers de la ville. Par ailleurs, pour éradiquer la menace, Neku doit scanner les pensées des gens pour découvrir qu’il y a des monstres actifs dans la ville. Ce qui est intéressant, c’est le fait que cette mécanique de jeu permet non seulement au joueur d’affronter parfois les ennemis qu’il veut, mais aussi de résoudre certains puzzles. De plus, au fur et à mesure qu’il avance dans l’histoire, le joueur découvre différents badges dont certains sont utiles dans les combats pour réaliser différentes attaques. Par ailleurs, les badges et certains vêtements que le joueur peut acheter dans différentes villes permettent au joueur d’augmenter ou de diminuer les effets de ses attaques selon le quartier où il se situe. La seule mécanique qui n’est pas incluse dans la version de la Nintendo Switch est la fonctionnalité sans fil, qui permettait de jouer à un mini-jeu avec d’autres joueurs sur iPhone ou sur Android (pour la version de la Nintendo Switch, l’utilisation des deux Joy-Con sur une même console est nécessaire pour ce mini-jeu).

 

 

Une esthétique époustouflante

Que dire de l’esthétique du jeu, à part que l’expérience que le joueur peut ressentir est assez incroyable. Tout d’abord, il y a les graphismes qui ont évolué par rapport aux autres versions. Qu’il soit en mode portable ou en mode salon, l’expérience en HD permet au joueur de voir entre autres certains détails qu’il était difficile de voir dans de plus petits écrans. De plus, les graphismes de ce jeu (similaire aux mangas japonais) donnent un style artistique inspiré du quartier Shibuya et de sa jeune culture, ce qui en fait un jeu unique en son genre. À la différence des versions antérieures, le design pour les personnages et les différents ennemis est beaucoup mieux travaillé et présenté, de sorte qu’il soit encore plus agréable pour les yeux de les voir. Mis à part les éléments visuels, il y a également les éléments auditifs qui sont très intéressants. Plus de la moitié des musiques contiennent de la voix. Ceci nous surprend à la première impression, mais nous arrivons à nous y habituer après quelques temps de jeu et c’est un élément qui rend le jeu encore plus unique. De plus, le son a été retravaillé et amélioré depuis les anciennes versions, ce qui permet une immersion encore plus importante dans cet univers.

Des contrôles presque parfaits

Avec un port sur la Nintendo Switch, les développeurs ont voulu inclure un nouveau système de combat où les joueurs auraient la possibilité d’utiliser le touch screen en mode portable, ou bien les Joy-Con en mode salon. Selon les badges que le joueur a préalablement choisis, il doit faire différentes actions qui seront interprétées comme une attaque, tel qu’appuyer sur l’un des ennemis pour effectuer une attaque, ou encore faire un balayage à l’écran. La différence est qu’avec le manque du deuxième écran qu’il y avait avec la Nintendo DS, le joueur doit maintenant utiliser un badge spécifique pour que son partenaire puisse l’aider dans ses combats (cette mécanique avait été préalablement incluse dans la version pour les appareils intelligents). Pour ce qui est de la Switch, le mode portable avec l’écran tactile fonctionne super bien, puisque le joueur doit faire les mêmes types de commandes qu’autrefois. Pour le mode salon, c’est une tout autre histoire. En effet, avec les Joy-Con, c’est plus compliqué de combattre les monstres dû à la difficulté de refaire les mêmes mouvements que ce qu’il faut faire avec un écran tactile. De plus, puisque les mouvements du personnage dans les différents combats et même lorsqu’il se trouve dans la ville ne sont réalisables qu’avec l’utilisation d’un des Joy-Con comme un pointeur vers la TV, le joueur doit constamment recalibrer son Joy-Con, ce qui brise le flow du jeu. Malgré tout, il est intéressant d’essayer ou de rejouer à ce jeu en mode portable ou en mode salon !

 

Catégories
CritiquesNintendo
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet