Diablo 3 Eternal Collection : le diable ne meurt jamais

Arrivé plus d'une décennie après Diablo 2, Diablo 3 est sorti en 2012 sur PC. Puis il est sorti en version console sur PS3 et Xbox 360 en 2013. Pour l’occasion, les contrôles ont été ajusté aux manettes et la possibilité de coopérer à 4 joueurs en local sur le même écran a été ajouté. L’extension Reaper of Souls a été ajouté plus tard à toutes les versions ainsi que le pack de Nécromancien, ajoutant une classe. Diablo Eternal Collection contient tous ces ajouts ! Cela veut dire 7 classes de personnages, 5 actes ( chapitres de l’histoire contenant des différents environnements) et des saisons.

La version Switch contient quelques ajouts propre à Nintendo comme la fameuse armure qui permet à ton personnage de ressembler à Ganondorf, le célèbre ennemi juré de Link dans la série des Zelda. L’Eternal Collection est néanmoins disponible sur PS4 et Xbox One.

C’est une sortie très importante pour Nintendo parce qu’elle annonce une nouvelle collaboration avec Blizzard depuis… Starcraft 64 sur Nintendo 64, les portages de Blackthorne et Rock N Roll Racing sur GBA.

C’est honnêtement un plaisir de voir débarquer tous les éditeurs tiers sur Nintendo Switch. Les jeux pullulent et pour une fois, une console Nintendo se suffit à elle-même et n’est pas une console d’appoint.

 

Qu’est-ce que Diablo?

C’est un dungeon-crawler dont le premier épisode est sorti en 1996.

C’est à dire que vous choisissez une classe de personnage parmi Mage, Nécromancien, Militant, Chasseur de démons, Moine, Barbare ou Sorcier, et vous partez à l’aventure explorer des donjons générés aléatoirement dans un univers heroic-fantasy.

Grâce à vos capacités, et équipements qui progressent au cours des parties, vous tranchez, brûler, atomisez des centaines de squelettes, chauves-souris, chimères et tout le reste du bestiaire, dans des cimetières, tours, cathédrales, châteaux… en bref tous les ingrédients nécessaires pour un bon récit de Tolkien.

Le village vous sert de point central dans chaque acte, vous permettant à la fois de refaire le plein d’énergie, d’acheter de nouvelles armes et autres armures et de chercher vos quêtes.

Les effets de lumières de vos attaques recouvrent parfois une bonne partie de l’écran, donnant lieu à des feux d’artifice d’explosion.

Que l’on soit clair, Diablo est un jeu fait pour être joué en boucle. Vous allez recommencer de nombreuses fois les mêmes environnements, avec différentes quêtes et ennemis, et lorsque vous aurez fini le mode histoire, vous aurez accès à la même chose mais en plus difficile.

Et lorsque ce sera fini, un autre mode de difficulté se débloque.

Lors de mes premières heures dans le monde de Diablo, j’ai rencontré très peu de difficultés à parcourir les mondes. Je m’approchais d’un groupe de monstres et je maintenais enfoncé mon bouton de sort. Les ennemis disparaissaient alors sous les feux de mes attaques. Heureusement on peut changer de difficulté en plein milieu de la partie… en pratique cela ne change pas grand chose. Les ennemis ont plus de points de vie et points de dégats certes mais ne changent pas de motifs d’attaque.

Au fur et à mesure des heures passées sur le jeu, on se rend compte qu’il n’y a pas grand chose à faire de plus qu’aller à point A, tuer les ennemis ou le boss, aller à un point B, tuer le bestiaire local….

Pour jouer à ce jeu, vous mettez votre cerveau à côté de votre sofa et vous vous défoulez sur les monstres après une journée de travail. C’est pratiquement comme un beat’em all mais avec des points d’expérience et un sentiment de progression.

Tout l’intérêt vient des trésors que vous allez collecter et ramasser sur les monstres et sur vos capacités qui vont s’améliorer au fur et à mesure.

Le grind est le maître mot de ce titre. Jouer pour obtenir de plus en plus d’expérience et de pouvoirs.

 

À plusieurs

Les versions consoles ont un atout: on peut prendre 4 manettes et directement jouer sur le même écran, et ça c’est ce que je préfère.

Parcourir les donjons et progresser devient formidable, jusqu’à ce que la lassitude arrive à nouveau. Les environnements sont trop grands, les ennemis ne présentent pas de défis. On peut se soigner et ressusciter à l’infini. A cause de cela, il n’y a plus d’enjeu à faire attention à ce que l’on fait et c’est bien dommage.

On peut bien entendu jouer en ligne sur cette version Switch lorsqu’on paye l’abonnement. On peut le faire avec des amis ou laisser des inconnus nous rejoindre dans nos parties.

A noter que lors d’une partie multijoueurs, il faut réactiver soit-même dans les options l’indispensable mini-carte pour ne pas trop se perdre.

De plus, il arrive que des textes de l’interface se superposent en plein gameplay. Vous voyez constamment votre objectif écrit en haut à gauche de l’écran, mais lorsque le troisième joueur obtient des équipements, les descriptions se superposent, rendant le tout illisible.

La différence Nintendo

J’en parlais plus haut, on peut déguiser notre personnage en Ganondorf avec ces différentes pièces d’armure. Chaque partie coûte 50 000 gold à “transmografier” et il faut 6 parties pour ressembler totalement au célèbre personnage, donc 300 000 gold.

On peut aussi avoir une poule Cucco qui nous suit partout, ou bien un cadre de Triforce pour entourer son portrait. En gros rien de bien extraordinaire.

L’attrait de la Switch de pouvoir la transporter partout est toujours présent, il peut être agréable de passer le temps en jouant à ce titre. En mode portable, le jeu bascule en 720p, tandis qu’en mode “docked” c’est du 960p. Quelques effets visuels comme le Bloom ont disparus par rapport aux consoles plus puissantes mais c’est vraiment très difficile à remarquer.

Le framerate reste très stable constamment, Iron Galaxy, les développeurs à l’origine de ce portage, ont réalisé un excellent travail.

L’autre attrait de la Switch, c’est la panoplie de manettes utilisables:

  • Avec un Pro Controller ou 2 Joy-Cons, c’est la manière optimale de jouer.
  • Avec un seul Joy-Con… Il manque littéralement la moitié des boutons et le deuxième stick. Et du coup, on peut ouvrir l’inventaire avec la touche “-” mais on ne peut pas accéder du tout au menu principal. A aucun endroit ou moment, il est indiqué qu’il y a un quelconque raccourci pour y accéder. Au lieu de rendre le jeu compatible avec cette manette, les développeurs auraient juste du empêcher son utilisation. Je ne sais pas comment cela a pu passer avec les niveaux habituels d’exigence de Nintendo.
  • Avec la manette GameCube, ce n’est juste pas jouable. Il manque beaucoup trop de boutons mais au moins, personne n’encourage cette manette pour jouer.

Un autre  excellent point est le fait qu’en dehors du temps de chargement initial, tous les autres sont instantanés. Je me rappelle encore de la version PC qui mettait beaucoup de temps à charger entre les zones. Ici ca change la vie.

 

Pour qui?

Avec tellement d’années loin des éditeurs tiers, certains fans de Nintendo ont pu rater cette série. Dans ce cas la, ce jeu est pour eux. Il faudra vous armer de beaucoup de patience pour arriver jusqu’au bout et affronter Diablo.

Attendez vous à grinder et vous perdre dans des mondes énormes et labyrinthiques pendant des centaines d’heures.

C’est un bon jeu coopératif mais dont de nombreux défauts rendent l’expérience lassante.

Pour ceux qui souhaitent une satisfaction plus grande et plus rapide, passez votre chemin. D’autres RPGs, hack & slash, ou beat em all, existent sur le marché et pourront vous amuser davantage.

Jeu fourni par l’éditeur

Captures d’écran réalisées directement dans le jeu.

79.99 CAD

Éditeur : Nintendo

Développeur: Iron Galaxy (portage), Blizzard (jeu original)

Taille: 13.2 GB lorsque digital.

Jouable de 1 à 4 joueurs.

Jouable en ligne avec l’abonnement Switch Online.

Catégories
CritiquesNintendo
Après être tombé dans la marmite des grandes séries de jeux vidéo japonais depuis la NES, il n'en est jamais sorti et continue de suivre chacun des épisodes de Mario, Sonic, Castlevania, Street Fighter, Mega Man, Pokemon, Shenmue, Soul Calibur, Kirby... qui sort. Il en a même fait sa profession et est devenu programmeur de jeu.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet