FutureGrind – Des nerfs d’acier et de titane

Trials, Tony Hawk Pro Skater et Uniracers, ça vous parle? Que diriez-vous d’un jeu d’action unique avec une moto gyroscopique aux couleurs néon qui défie les lois de la gravité? Bienvenue dans le monde rétrofuturiste de FutureGrind.

C’est le studio ontarien Milkbag Games, composé de Matt Rix et Owen Goss, qui sont derrière ce petit bijou rose et bleu. Après avoir développé plusieurs jeux mobiles, c’est avec FutureGrind qu’ils font leur entrée sur Steam et consoles (PS4 et Switch).

Une moto avec une seule roue au sol et une au-dessus de votre tête, ça ne semble pas bien pratique... sauf quand vous vous retrouvez à tourner dans tous les sens et rouler sur le plafond. Le but est simplement de rouler sur les rails dont la couleur est la même que la roue qui y touche, sans quoi, c’est LA MORT!

Les contrôles sont hyper simples : le joystick pour faire tourner le véhicule sur lui-même, et un bouton pour sauter. C’est le cas classique du «facile à apprendre, difficile à maîtriser».

Chacun des 25 circuits vous propose 3 défis. Le premier est toujours un «score attack», dans lequel il faut tentez de faire le plus d’acrobatie possible pour gagner les trophées. C’est ici que le côté Tony Hawk Pro Skater prend le dessus, puisque vous devez varier vos pirouettes pour maximiser votre pointage. Malgré la simplicité du véhicule, on y trouve un nombre étonnant d’acrobaties à accomplir : s’accrocher avec une seule roue sur le dessus ou le dessous du rail, passer d’une à l’autre avec une seule rotation, bondir sur des sphères, tourner sur soi-même, rouler au plafond, etc. On se sert de ces mouvements pour gagner des points, mais ils sont aussi un outil clé pour sortir vivant des circuits plus complexes.

Les deux autres défis varient, passant de «sauter sur chacune des boules de sauts» à «ne touchez jamais à un rail blanc». À ce moment, on s’approche plus d’un «plateformer» aux niveaux courts à la Flywrench, puisque la plupart du temps on tente d’effectuer une série de mouvement précis. Il y a une façon optimale d’approcher chaque parcours, et recommencer jusqu’à la maîtrise parfaite.

Vous aurez compris qu’il vous faudra des nerfs d’acier (et de titane) pour venir à bout de FutureGrind. Pour ma part, j’ai mis environ 6 heures pour voir le générique et compléter les défis supplémentaires qui se débloquent par la suite. Et vous savez quoi? La frustration n’était pas au rendez-vous. Comme je le répète toujours pour ce genre de jeu, la difficulté élevée est un défaut uniquement lorsque les niveaux sont trop longs. Dans le cas de tous les Meat Boy et Celeste de ce monde, si je peux recommencer instantanément le niveau sans me heurter à un temps de chargement ou me faire insulter, je recommence sans trop m’en faire, jusqu’à ce que je réussisse. J’avais de la difficulté à arrêter de jouer à FutureGrind, c’est donc une preuve de qualité.

De la mécanique judicieuse

Avec la première moto, c’est facile. Les roues sont roses : il suffit simplement d’éviter de tomber dans les trous et de sauter d’un rail à l’autre. Ensuite, ça se complique énormément. Les autres véhicules ont des roues aux couleurs ou à la taille dépareillée (ce qui change votre centre de gravité). Le dernier véhicule est cauchemardesque : une seule roue est fonctionnelle, et elle change de couleur chaque fois que vous débarquez d’un rail… Bonne chance!

La plus grande faiblesse de FutureGrind est sans doute son scénario faible et inintéressant. On a seulement droit à un petit message texte de l’un des personnages avant chaque niveau. Aucune cinématique dans tout le jeu. Son pire défaut est d’être complètement dissocié du gameplay et de tomber dans les clichés de science-fiction en si peu de temps. De toute façon, ce n’est pas le genre de jeu qui bénéficierait réellement d’un scénario profond : on est là pour l’action.

À une époque où les auto-runner ont été exploitées jusqu’à la moelle osseuse, FutureGrind offre enfin quelque chose de différent. Un mélange pourtant si simple, mais exécuté avec une grâce remarquable. J’ai adoré FutureGrind, et si ces GIFs vous font envie, mettez un petit 20 $ de côté et je vous assure que vous ne serez pas déçu.

Catégories
CritiquesNintendoPC / MACPlaystation
C'est un gamer, fan de science-fiction, de BD, de jeux de société et de musique électronique. Bref, un geek. Rédacteur depuis 2008, il adore partir à la recherche de jeux uniques, peu importe leurs dates de sortie ou leurs pays d'origine.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet