The Textorcist, ou quand Tap’ touche rencontre l’Exorciste

Quand j’étais jeune, j’étais passionné par les exorcismes. J’avais vu un épisode de Des histoires extraordinaires à Z télé, où on nous racontait que le film l’Exorciste était en fait inspiré d’une histoire vraie, et que bref, les enfants pouvaient se faire posséder.

Ça m’a à la fois terrifié et fasciné. Je me suis mis à lire sur le sujet, me demandant même si c’était possible d’assister à un exorcisme. Aujourd’hui, je suis bien athée et je n’ai plus tellement peur d’être possédé par le démon, mais c’est un univers qui me fascine encore. C’est pourquoi j’étais excité d’essayer la beta The Textorcist, un mélange étonnant de Bullet hell et de Tap touche.

Un gameplay original

Le studio Morbidware, basé à Rome (définitivement, l’inspiration n’est pas trop loin), débarque avec une proposition étonnante: vous incarnez Ray Bibbia, un prêtre exorciste qui se dresse devant les hordes démoniaques.

Pour affronter les démons, vous devez réciter les prières qui retourneront les démons en enfer, en les tapant au clavier. Mais du même coup, vous devez également éviter les projectiles lancés par vos ennemis, en vous déplaçant avec les flèches de votre clavier.

Si c’est atypique, c’est une idée intéressante qui fonctionne assez bien. L’enjeu devient de réussir à gérer les deux tâches à la fois: votre cerveau veut se concentrer sur une seule tâche, mais vous devez alterner l’évitement des projectiles et la retranscription du texte.

Ce n’est pas nécessairement fluide; à moins que vous vous mettiez à taper à une main, vous ferez les deux activités en alternance, sans jamais vraiment marier l’attaque et la défense.

Mais c’est ce défi qui rend le jeu intéressant.

 

Le clavier utilisé à toutes les sauces

Morbidware semble s’être donné une mission en développant The Textorcist: utiliser le bon vieux clavier d’ordinateur de la façon la plus originale possible.

Non seulement devez-vous taper les prières pendant les séquences de combat, mais ces affrontements sont entrecoupés de segments qui relèvent plus du JRPG traditionnel.

Et dans ces segments, vous interagissez avec les objets en tapant l’action que vous voulez accomplir. Par exemple, pour allumer l’ordinateur, vous devrez taper «Turn on», ou pour lire le journal, vous devrez taper «Read».

Même pour vous rendre au lieu de votre prochain exorcisme, vous devez taper sur le moteur de recherche l’adresse, afin de trouver l’itinéraire et ainsi débloquer la destination.

Ce ne sont pas des innovations essentielles, ou même vraiment passionnantes. Mais je suis du moins ressorti de la beta de The Textorcist en ayant l’impression d’avoir essayé un jeu qui tente réellement d’innover, et c’est déjà beaucoup.

 

Le diable est dans les détails

Mon expérience avec la courte beta de The Textorcist a été des plus agréables, surtout que je suis plutôt fan de ce genre très niché de jeux de Tap’ touche depuis que j’ai piraté une copie de The Typing of the Dead (j’ai également pogné un virus sur mon ordi qui m’a obligé à le formater, alors ne vous inquiétez pas, le karma m’a puni).

Par contre, on voit quand même quelques petites failles se pointer à l’horizon; l’humour, omniprésent, est trop forcé pour être véritablement drôle. Le jeu semble très court selon ce qu’on annonce, et même s’il s’agit d’un bullet hell, un genre habituellement reconnu pour son niveau de difficulté relevé, The Textorcist semble être (trop) facile.

Ceci étant dit, c’est un jeu d’une grande originalité, et qui m’a beaucoup amusé pour la courte période de temps durant laquelle j’y ai joué.

Je vais donc arrêter de jouer à l’avocat du diable (get it?), et ajouter The Textorcist à ma wishlist Steam.

Catégories
Annonces
La première vidéo de Pier-Luc, c'est lui, à l'âge de 3 ans, qui joue à Duck Hunt avec le gros fusil orange. Il les a pwn 360 NO SCOPE. Depuis, il passe beaucoup (trop) de temps à jouer à des jeux, que ce soit sur Android, 3DS, Wii U (oui, il est l'une des six personnes à avoir acheté une Wii U) ou PS4. Il ne joue pas beaucoup à l'ordinateur, sauf pour les fois où il télécharge des émulateurs pour jouer à de vieux classiques (des jeux qu'il possède, bien sûr). Quand il ne joue pas, il écoute la WWE, il lit ou bien il tente de faire avancer sa carrière en humour. Mais soyons honnêtes, il passe surtout son temps à jouer.
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Dans le même sujet